Les scientifiques découvrent "pourquoi le stress rend les cheveux blancs"

Une femme regarde l'apparition de cheveux gris Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une femme regarde l'apparition de cheveux gris

Les scientifiques affirment avoir découvert pourquoi le stress fait blanchir les cheveux, et un moyen potentiel d'empêcher que cela ne se produise sans avoir recours à la teinture.

Lors d'expériences sur des souris, les cellules souches qui contrôlent la couleur de la peau et des cheveux ont été endommagées par un stress intense.

Dans une découverte fortuite, des souris à fourrure foncée sont devenues complètement blanches en quelques semaines.

Lire aussi :

Les chercheurs américains et brésiliens ont déclaré que cette piste méritait d'être explorée plus en profondeur pour mettre au point un médicament qui empêche la perte de la couleur des cheveux due au vieillissement.

Les hommes et les femmes peuvent avoir des cheveux gris à tout moment à partir de la trentaine, la période où la couleur des cheveux des parents changent, donnant la plupart des indices sur le moment où ça arrive.

Bien que cela soit principalement dû au processus naturel de vieillissement et aux gènes, le stress peut également jouer un rôle.

Mais les scientifiques ne savent pas exactement comment le stress affecte les cheveux de notre tête.

Media playback is unsupported on your device
Médecine : la Guinée à la traîne

Lire également :

Les chercheurs à l'origine de l'étude, publiée dans Nature, des universités de Sao Paulo et de Harvard, ont estimé que les effets étaient liés aux cellules souches des mélanocytes, qui produisent la mélanine et sont responsables de la couleur des cheveux et de la peau.

Et en menant des expériences sur des souris, ils sont tombés sur des preuves que c'était le cas.

"Nous savons maintenant avec certitude que le stress est responsable de ce changement spécifique de la peau et des cheveux, et de son fonctionnement", déclare le professeur Ya-Cieh Hsu, auteur de recherches à l'université de Harvard.

Media playback is unsupported on your device
Bangladesh - médecine : 1 dollar pour sauver des enfants

'Les dégâts sont permanents'

Chez les souris, la douleur a déclenché la libération d'adrénaline et de cortisol, ce qui a fait battre plus vite leur cœur et augmenter leur pression sanguine, affectant le système nerveux et provoquant un stress aigu.

Ce processus a ensuite accéléré l'appauvrissement des cellules souches qui produisent la mélanine dans les follicules pileux.

"Je m'attendais à ce que le stress soit mauvais pour l'organisme", a déclaré le professeur Hsu.

Media playback is unsupported on your device
C'est l’un des grands défis de la médecine moderne : trouver de nouveaux antibiotiques.

Lire aussi :

"Mais l'impact néfaste du stress que nous avons découvert a dépassé ce que j'avais imaginé", dit-elle.

"Après seulement quelques jours, toutes les cellules souches qui régénéraient les pigments ont été perdues", soutient-elle.

"Une fois qu'elles ont disparu, vous ne pouvez plus régénérer le pigment - les dommages sont permanents," explique le professeur Hsu.

Copyright de l’image William A Goncalves
Image caption La souris avant l'apparition de la douleur (en haut) et quelque temps après (image du bas)

Dans une autre expérience, les chercheurs ont découvert qu'ils pouvaient bloquer les changements en donnant aux souris un antihypertenseur, qui traite l'hypertension artérielle.

Et en comparant les gènes de souris souffrant avec ceux d'autres souris, ils ont pu identifier la protéine impliquée dans les dommages causés aux cellules souches par le stress.

Lorsque cette protéine - la kinase dépendante de la cycline (CDK) - a été supprimée, le traitement a également empêché un changement de la couleur de leur fourrure.

Lire aussi :

Les scientifiques peuvent ainsi aider à retarder l'apparition des cheveux gris en ciblant la CDK avec un médicament.

"Ces découvertes ne constituent pas un remède ou un traitement pour les cheveux gris", a déclaré le professeur Hsu à la BBC.

"Notre découverte, faite sur des souris, n'est que le début d'un long voyage pour trouver une intervention pour les gens", prévient le chercheur.

"Elle nous donne également une idée de la façon dont le stress peut affecter de nombreuses autres parties du corps", a-t-elle déclaré.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
À la découverte du «Siinque», un bâton transmis de génération en génération.