Vers une interdiction de la chirurgie de restauration de la virginité?

Surgeon holding a scalpel Copyright de l’image Getty Images
Image caption Au moins 22 cliniques privées proposent la chirurgie réparatrice de l'hymen au Royaume-Uni

Des activistes exhortent le gouvernement britannique à interdire la chirurgie de restauration de l'hymen ou de restauration de la virginité.

Une action qui risque d'être lourde de conséquence.

De nombreuses femmes musulmanes risquent d'être exclues, ou dans des cas extrêmes, tuées, si leur conjoint ou leurs familles découvrent qu'elles ont eu des relations sexuelles avant le mariage.

Et certaines optent pour une procédure médicale dans laquelle les médecins restaurent une couche de membrane à l'entrée du vagin.

Mais on craint qu'une interdiction n'augmente les dangers pour les femmes musulmanes en rendant cette procédure clandestine.

Selon les directives du Conseil médical général (GMC), le consentement d'une patiente à subir une procédure doit être remis en question si l'on soupçonne qu'elle est "donnée sous la pression ou la contrainte exercée par une autre personne".

Vivre dans la peur

Halaleh Taheri, fondatrice de la Middle Eastern Women and Society Organisation, a parlé à BBC News d'une étudiante marocaine qui se cachait à Londres après avoir appris que son père avait engagé quelqu'un pour l'assassiner.

Après être venue au Royaume-Uni en 2014 pour étudier, la femme, aujourd'hui âgée de 26 ans, avait rencontré un homme et ils avaient emménagé ensemble.

Mais lorsque son père a découvert leur relation, il a exigé qu'elle retourne au Maroc, où il l'a emmenée dans une clinique pour un "test de virginité" et a découvert que son hymen n'était plus intact.

A lire aussi

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les femmes musulmanes sont humiliées dans cette procédure, selon les militants

Elle s'est enfuie à Londres, mais vit désormais dans la crainte constante que son père découvre où elle vit.

Une assistante d'enseignement née au Maroc, âgée de 40 ans, a déclaré à la BBC qu'après avoir été forcée de subir cette procédure dans la vingtaine, elle ne pouvait pas imaginer faire pression sur ses enfants pour qu'ils fassent de même.

"Je ne leur ferais jamais, jamais une telle chose. J'essaie de leur apprendre à être libres".

Nuit de noces

Il existe actuellement au moins 22 cliniques privées au Royaume-Uni qui proposent des opérations de réparation de l'hymen.

Elles facturent jusqu'à 3 000 livres sterling (3900 dollars) pour l'opération, qui dure environ une heure.

Les militants des droits de la femme affirment que ces cliniques profitent des musulmanes qui ont peur de ce qui pourrait leur arriver si elles ne sont pas "pures" pour leur nuit de noces.

Et beaucoup détaillent la procédure sur leurs sites web, le Gynae Centre de Londres disant aux femmes qui visitent son site que "certains mariages sont même annulés" lorsqu'un mari découvre que l'hymen de sa femme a été défloré.

BBC News a contacté la clinique pour obtenir des commentaires, mais n'a pas reçu de réponse.

Une pratique épouvantable

Le ministre de la santé Matt Hancock a déclaré qu'il étudierait les moyens de mettre fin à cette "pratique épouvantable", mais le ministère de la santé a refusé de commenter la manière dont une éventuelle interdiction serait appliquée.

"Les filles pourraient finir par mourir si l'interdiction de cette procédure n'est pas faite avec les soins appropriés", a déclaré Mlle Taheri.

Dr Khalid Khan, professeur de santé des femmes à Barts et à la London School of Medicine, qui a été le témoin direct de la procédure, a déclaré qu'une interdiction "n'est pas une réponse appropriée".

Et tant qu'une "information de bonne qualité" est mise à la disposition des patients, la décision devrait être laissée à chaque femme.

"Je crois que les motifs des médecins sont véritablement de se protéger contre les abus", a-t-il ajouté.

Zéro bénéfice

Cependant, le Dr Naomi Crouch, qui préside la Société britannique de gynécologie pédiatrique et adolescente, craint que les femmes et les jeunes filles ne soient contraintes de subir une procédure dont le bénéfice médical est "nul".

"Les devoirs d'un médecin sont clairement définis dans les normes établies par le GMC", a-t-elle déclaré.

"En tant que professionnels de la santé, nous sommes tenus par un serment de ne pas nuire aux patients et tout service de bonne réputation qui s'engage dans ces procédures est ouvert à l'audit et à l'examen".

Colin Melville, directeur médical et directeur de l'éducation et des normes au GMC, a déclaré qu'il est vital que les médecins prennent d'abord en compte les "vulnérabilités et les besoins psychologiques de leurs patients".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption On constate une augmentation du nombre de femmes ayant recours à la chirurgie esthétique sur leurs parties génitales

"Si un patient subit des pressions excessives de la part d'autres personnes pour suivre une intervention particulière, son consentement peut ne pas être volontaire. Si un médecin juge qu'un enfant ou un adolescent ne veut pas d'une intervention esthétique, celle-ci ne doit pas être pratiquée", a-t-il déclaré.

D'autres interventions génitales cosmétiques, telles que la labiaplastie, qui consiste à raccourcir ou à remodeler les lèvres du vagin, sont devenues de plus en plus populaires, en particulier chez les jeunes femmes, de tous les milieux au Royaume-Uni.

Et les activistes affirment que les effets à long terme de ces procédures sont peu connus et s'inquiètent du fait que les femmes ne reçoivent pas suffisamment de soutien psychologique avant d'opter pour la chirurgie.

Mme Taheri souligne que "ces femmes, à un certain niveau, ne se voient pas comme autre chose qu'un objet à désirer, mais plutôt comme un être humain".

"Pour les femmes musulmanes, le moteur est le sentiment de honte et la peur de la punition".

"Pour d'autres, cela se résume à un manque de satisfaction de leur propre corps, alimenté par ce que la société leur dit être normal."