La Finlande accorde aux pères le même congé parental qu'aux mères

Une mère tient son bébé dans ses bras à Helsinki Copyright de l’image Getty Images
Image caption En Finlande, les pères bénéficient actuellement de 2,2 mois de congé parental

Le nouveau gouvernement finlandais a annoncé son intention d'accorder le même congé parental à tous les parents, dans le but d'inciter les pères à passer plus de temps avec leurs enfants.

L'allocation versée sera portée à 14 mois, soit 164 jours par parent.

La Suède voisine a le système de congé parental le plus généreux d'Europe, avec 240 jours chacun après la naissance d'un bébé.

La Finlande déclare vouloir "promouvoir le bien-être et l'égalité des sexes".

La ministre de la santé et des affaires sociales, Aino-Kaisa Pekonen, a déclaré aux journalistes qu'une "réforme radicale des prestations familiales" avait été engagée, dans le but de renforcer la relation entre les parents dès le départ.

A lire aussi

Poutine cherche à stimuler le taux de natalité en Russie

A 67 ans une Chinoise devient maman

Décrochage scolaire : mère de jumeaux et détentrice du record du monde

Pousser les pères à prendre leur congé

Dans le système actuel en Finlande, le congé de maternité est de 4,2 mois, tandis que les pères se voient accorder 2,2 mois jusqu'à ce que l'enfant ait deux ans. En outre, six mois supplémentaires de congé parental peuvent être partagés.

Toutefois, en moyenne, seul un père sur quatre prend ce qui lui est accordé. Les projets actuels ne parlent plus que de congé parental.

Chaque parent bénéficierait de 6,6 mois de congé (164 jours dans le cadre du système finlandais d'allocations de six jours) et les femmes enceintes recevraient un mois d'allocation supplémentaire.

Les parents seraient autorisés à transférer 69 jours de leur quota. Les parents isolés seraient autorisés à utiliser les deux allocations.

Le mois dernier, le Premier ministre finlandais Sanna Marin a déclaré que son pays avait encore du chemin à parcourir pour parvenir à l'égalité des sexes et s'est plaint que trop peu de pères passaient du temps avec leurs enfants lorsqu'ils étaient jeunes.

Le reste de l'Europe suit le même chemin

Anne Lise Ellingsaeter, professeur à l'université d'Oslo qui a mené une enquête sur le congé parental, a déclaré à la BBC que les pays nordiques avaient ouvert la voie en donnant aux pères des droits qui ne pouvaient être transférés aux mères.

L'UE s'est également engagée dans cette voie, avec une directive de 2019 donnant aux États membres trois ans pour accorder à chaque parent au moins quatre mois de congé, dont deux mois non transférables.

Le Portugal dispose déjà d'un système non sexiste, avec 120 jours payés à 100 % du salaire et 30 autres jours facultatifs à 80 % du salaire.

Selon le professeur Ellingsaeter, donner aux pères des droits accrus n'a pas été un succès complet dans les pays nordiques.

"La Norvège a été le premier pays en 1993 à avoir un congé non transférable pour les pères, puis la Suède a suivi le mouvement. Mais le Danemark a institué un quota pour les pères en 1998 avant de l'abolir par la suite, et cela n'a pas été réintroduit", a-t-elle déclaré.

Media playback is unsupported on your device
Au Kenya, des femmes Massaï ont peur de la nouvelle maternité.

Au Danemark, les pères disposent de deux semaines après la naissance. La mère et le père peuvent se partager 32 semaines supplémentaires.

Depuis décembre, la Finlande est gouvernée par une coalition de cinq partis, tous dirigés par une femme.

Mme Marin, 34 ans, a déclaré que ce n'était "pas si grave" en termes finlandais d'avoir des femmes au pouvoir.

Le gouvernement estime que ces changements coûteront 100 millions d'euros supplémentaires (110 millions de dollars).

La Suède, la Norvège, l'Islande, l'Estonie et le Portugal ont été félicités dans un rapport de l'Unicef l'année dernière pour avoir proposé les meilleures politiques favorables à la famille.

Le Royaume-Uni, l'Irlande, la Grèce, Chypre et la Suisse ont été classés au dernier rang des 31 "pays riches".

Sur le même sujet