Coronavirus : pourquoi la Thaïlande n'a pas fermé ses frontières à la Chine

Des employés attendent les touristes à l'entrée du marché flottant de Pattaya. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La nouvelle norme : un employé du marché flottant de Pattaya reste assis et attend l'arrivée des touristes

En Thaïlande, la saison touristique dure toute l'année et la période qui va de fin novembre à début avril est souvent la plus populaire auprès des voyageurs qui affluent vers les sanctuaires, les plages et les stations balnéaires thaïlandais, attirés par le temps sec et les températures plus fraîches.

Mais aujourd'hui, une visite des principales destinations touristiques de la Thaïlande raconte une autre histoire.

Les lieux célèbres et autrefois très animés semblent aujourd'hui calmes et sans vie.

Lire aussi :

Les groupes de touristes chinois qui semblaient autrefois faire partie du paysage dans des villes telles que Bangkok, Pattaya, Phuket et Chiang Mai ont disparu.

Si le tourisme thaïlandais a été gravement touché, il en va de même pour la santé publique.

Le pays a connu le cinquième taux d'infection à Covid-19 le plus élevé en dehors de la Chine continentale - 35 personnes ont contracté la maladie.

L'année dernière, les touristes chinois représentaient plus de 27 % des 39,7 millions de touristes qui sont arrivés en Thaïlande.

Aujourd'hui, les plaintes concernant les pertes d'activité sont généralisées, des vendeurs de fleurs aux guides touristiques, des vendeurs de rue aux propriétaires d'hôtels.

Coup dur

Mais en raison des mesures sévères prises par le gouvernement chinois pour empêcher la propagation du coronavirus, des millions de ses citoyens sont maintenant punis et ne peuvent plus voyager à l'étranger.

Pour le tourisme thaïlandais, qui dépend fortement des visiteurs chinois, cela a été un coup dur.

Selon les analystes commerciaux Fitch Solutions, les recettes du tourisme représentent environ 13 à 14 % du PIB en Thaïlande.

Alors que le pays était confronté à une diminution du nombre de touristes européens, le nombre de visiteurs chinois a connu une croissance significative au cours des dernières années.

C'est pourquoi, contrairement à la plupart de ses voisins qui ont imposé des restrictions plus sévères aux voyageurs chinois entrant dans le pays, la Thaïlande est allée dans la direction opposée.

Les organismes gouvernementaux et les entreprises locales font savoir que leurs portes restent grandes ouvertes aux visiteurs de Chine.

Note de bienvenue

Dans le sillage de l'épidémie, certaines agences gouvernementales, telles que l'Autorité du tourisme de Thaïlande et l'Administration métropolitaine de Bangkok, ont produit des clips vidéo offrant un soutien moral au peuple chinois.

King Power, le plus grand détaillant de produits hors taxes du pays et propriétaire du club de football de Leicester City, a également produit sa propre vidéo de soutien.

Lire aussi :

Dans les vidéos, on voit des professionnels du tourisme brandissant des drapeaux chinois et des célébrités - dont des footballeurs de Leicester City - prononcer des phrases joyeuses en mandarin.

Le message est bien plus qu'une note de courtoisie ou une manifestation de solidarité.

La Thaïlande est fortement tributaire du tourisme chinois et l'économie du pays elle-même pourrait souffrir énormément si le virus n'est pas rapidement maîtrisé.

Copyright de l’image Wasawat Lukharan/ BBC
Image caption Les danseurs du sanctuaire d'Erawan à Bangkok, autrefois très animé, ne sont pas aussi occupés que d'habitude

The Association of Thai Travel Agents estimates that the effects of the coronavirus could lead to losses of at least $1.7 billion in the first quarter of 2020.

L'Association des agents de voyage thaïlandais estime que les effets du coronavirus pourraient entraîner des pertes d'au moins 1,7 milliard de dollars (+ de 1 000 milliards FCFA) au cours du premier trimestre 2020.

Les projections les plus pessimistes pour l'ensemble de l'année prévoient des pertes pouvant atteindre 9,6 milliards de dollars (+ de 5 000 milliards FCFA).

'De héros à zéro'

"Pour nous, les touristes chinois étaient nos héros, mais maintenant leur nombre est tombé à zéro", a déclaré Ronnarong Chewinsiriamnuai, président de l'Association de l'alliance touristique Thaïlande-Chine.

"Nous ne savons pas non plus quand ces restrictions prendront fin, mais ce que nous savons, c'est qu'elles ont tellement nui à nos activités qu'elles pourraient même entraîner des suppressions d'emplois", a ajouté M. Ronnarong.

Un représentant d'un conseil local de guides touristiques professionnels, qui a requis l'anonymat, a affirmé que les pertes d'emplois sont, en fait, déjà en cours, puisque 25 000 guides touristiques qui travaillent en Thaïlande avec des touristes chinois n'ont pas de clients.

Lire aussi :

Plages de sable, chambres vides

Connue pour ses plages de sable, Pattaya, dans le golfe oriental de Thaïlande, était autrefois connue comme un "terrain de jeu de plage" pour les Chinois du continent.

Mais pas plus tard que la semaine dernière, la BBC thaïlandaise a appris qu'un hôtel de 300 chambres dans la ville n'avait que 4 de ses chambres occupées.

Et aucun des clients n'était chinois.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un vendeur de hors-bord attend les touristes à Pattaya, une station balnéaire qui attire normalement les touristes chinois, mais qui est maintenant vide

Au sanctuaire d'Erawan à Bangkok, un site hindou qui est un lieu incontournable pour les touristes chinois, la vendeuse de guirlandes Ple Sinsunthornsap a déclaré à la BBC thaïlandaise que ses revenus provenant de la vente de fleurs aux fidèles étrangers ont diminué de moitié après l'apparition du virus.

"Avant l'épidémie, je gagnais 32 dollars par jour (19 393 FCFA), mais maintenant je gagne moins de 16 dollars ( 9 696 FCFA) par jour", a déclaré cette mère de deux enfants, tout en retenant ses larmes.

Elle a ajouté que les touristes chinois dépensaient beaucoup en fleurs et autres offrandes rituelles au sanctuaire du Bouddha à quatre faces.

Lire aussi :

Danse solitaire

Deux des danseurs qui interprètent des numéros traditionnels au sanctuaire ont fait part de témoignages similaires à la BBC thaïlandaise.

"Il est évident que mes revenus ont baissé, de 50 à 60%. Je n'ai pas encore de plan B. J'espère qu'il va s'assouplir dans les deux prochains mois," a déclaré Suwanna Thongpiw.

"Sinon, mes économies seront épuisées. Pour l'instant, ça se présente très mal", dit-elle.

"Par exemple, une personne de l'équipe du vendredi matin devrait exécuter environ 200 à 250 danses. Mais ce vendredi, il est 14h15, et je n'ai fait que 120 danses", a-t-elle ajouté.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le somptueux temple Wat Arun de Bangkok est l'un des points de repère de la ville, mais il est rare qu'il soit aussi vide à cette époque de l'année

"Le nombre de touristes a diminué de moitié par rapport à la normale. Je vais devoir trouver d'autres emplois complémentaires et commencer à dépenser moins", a déclaré sa collègue Thanatchanok Thusaranon.

"Je crains une épidémie, mais ce qui m'inquiète le plus, c'est que je n'ai plus d'argent", a ajouté Suwanna.

A seulement cinq kilomètres de là, sur un marché de nuit de Ratchadapisek Road, le vendeur de fruits de mer Patpatsorn Thanyatanawongchai a déclaré qu'elle devait réduire son personnel car sa clientèle a chuté de 70% après l'épidémie et les restrictions de voyage annoncées par la Chine.

"J'engageais dix personnes dans ce restaurant. Pour faire face à cette situation cruciale, j'ai dû demander à deux d'entre eux de prendre un congé sans solde, tout en recherchant davantage de clients locaux," explique-t-il.

Lire aussi :

Pas d'interdictions

Suite à la pression croissante des utilisateurs des médias sociaux le mois dernier, le ministre thaïlandais de la santé publique, Anutin Charnvirakul, a proposé la suspension temporaire du système actuel de visas à l'arrivée des touristes chinois en Thaïlande.

Mais la proposition a été rejetée par le gouvernement le jour suivant.

Le ministre lui-même semblait avoir soudainement changé d'avis lorsqu'il a déclaré, une semaine plus tard seulement, que l'imposition d'une interdiction de voyage aux touristes chinois en Thaïlande n'aiderait pas le gouvernement à lutter contre cette épidémie.

Malaise dans le Mékong

Giang Nguyen, rédacteur en chef vietnamien de la BBC

Dans la région du Mékong, la Thaïlande n'est pas le seul pays dont l'industrie du tourisme a été durement touchée par l'épidémie de coronavirus en Chine.

Au Vietnam, l'industrie du tourisme a subi des pertes massives.

Lire aussi :

Le commerce entre le Vietnam et la Chine a atteint, selon les estimations, 106 milliards de dollars (+de 64 250 milliards FCFA) avant l'épidémie de l'année dernière.

Et les visiteurs chinois représentaient près de 30 % des 15,5 millions de voyageurs internationaux estimés qui se sont rendus au Vietnam en 2019.

Copyright de l’image AFP
Image caption Les attractions au Vietnam, comme le pont d'or dans les collines de Ba Na près de Danang, sont populaires auprès des touristes chinois

Avant le Nouvel An lunaire de cette année, le Vietnam avait enregistré une croissance de 72,6 % du nombre de touristes chinois visitant le pays en un mois seulement, selon Zing, un portail d'information de Hanoi.

Cependant, le coronavirus a stoppé cette tendance, et bien qu'il n'y ait pas eu d'interdiction nationale spécifique pour les citoyens chinois d'entrer au Vietnam, quelques restrictions temporaires ont été mises en place dans les ports de Haiphong et Danang, causant beaucoup de confusion.

Lire aussi :

Le fait est que la Chine a également arrêté de nombreux vols vers le Vietnam, et Vietnam Airlines, le transporteur national, a fait de même avec ses lignes populaires vers les principales villes de Chine.

Le tourisme a contribué à l'économie vietnamienne à hauteur de 30 milliards de dollars par an en moyenne.

Il n'existe pas encore de chiffres officiels sur l'ampleur exacte des souffrances du Vietnam, mais la presse locale a diffusé des plaintes de propriétaires d'hôtels et de restaurants, de guides touristiques et de responsables du conseil du tourisme.

Il a également ajouté que dans de nombreux pays ou territoires qui ont imposé de telles restrictions, ou même dans ceux qui ont totalement fermé leurs frontières aux touristes chinois, l'infection a encore été trouvée.

Par conséquent, a déclaré le ministre, la Thaïlande a choisi de mettre davantage l'accent sur le dépistage et le traitement médical.

Une interdiction de voyager, a déclaré M. Anutin, n'est pas une solution.

'Une grande amitié'

Copyright de l’image EPA
Image caption En 2018, les touristes chinois à l'étranger ont dépensé 277,3 milliards de dollars dans le monde entier, selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies

Ronnarong Chewinsiriamnuai, président de l'Association de l'Alliance touristique Thaïlande-Chine, a défendu cette décision, affirmant qu'elle était un moyen de maintenir des liens étroits avec la Chine et de renforcer sa proximité avec la nation voisine.

"En gardant nos frontières ouvertes aux Chinois, nous montrons que notre amitié est grande", a-t-il déclaré.

Mais la décision est loin d'être unanime. Le professeur assistant Prajak Kongkirati, de la faculté de sciences politiques de l'université de Thammasat, a critiqué ce qu'il considère comme un compromis avec la Chine qui l'emporte sur les implications en matière de santé publique.

Lire aussi :

"Les préoccupations de santé publique et les relations internationales sont des questions distinctes. Il existe de nombreuses façons d'offrir un soutien pour de meilleures relations, comme les efforts humanitaires", a-t-il expliqué.

Ce politologue a ajouté que la décision prise par le gouvernement thaïlandais reflétait un manque d'efficacité dans le contrôle des maladies et de compétence dans la gestion des relations internationales. "La santé publique doit passer en premier", a-t-il souligné.

Il semble que tout le monde en Thaïlande ne souscrive pas à ce point de vue.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
Coronavirus : la Chine construit un hôpital en 10 jours