Mike Pompeo : Les USA mettent en garde l'Afrique du Sud contre les saisies de terres

Mike Pompeo Copyright de l’image AFP
Image caption Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a averti que le plan du gouvernement sud-africain d'exproprier des terres sans compensation sera "désastreux" pour l'économie et la nation.

M. Pompeo a fait ces commentaires en Éthiopie, dernière étape de sa visite en Afrique, qui l'a également conduit en Angola et au Sénégal.

"L'Afrique du Sud débat d'un amendement visant à permettre l'expropriation de la propriété privée sans compensation. Ce serait désastreux pour cette économie, et surtout pour le peuple sud-africain", a-t-il déclaré selon l'agence de presse Bloomberg.

A lire aussi

Le secrétaire d'Etat américain félicite le président angolais

D'importants contrats signés entre sénégalais et américains

Les économies africaines ont besoin "d'un État de droit fort, du respect des droits de propriété [et] d'une réglementation qui encourage les investissements", a-t-il ajouté.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s'est engagé à poursuivre la modification de la constitution pour permettre l'expropriation des terres sans compensation afin de lutter contre "l'injustice historique" causée par la règle de la minorité blanche.

La plupart des fermes et des exploitations agricoles du pays sont détenues par des fermiers blancs - 72%, selon les statistiques du gouvernement. Les Blancs représentent 9 % de la population.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption La terre est une question très sensible en Afrique du Sud

Le plan du gouvernement a rencontré une résistance farouche de la part du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique, et principalement des groupes de pression blancs.

En 2018, le président américain Donald Trump a déclaré avoir demandé à M. Pompeo "d'étudier de près les saisies et expropriations de terres et d'exploitations agricoles et l'assassinat à grande échelle d'agriculteurs".

Le gouvernement sud-africain a déclaré que M. Trump était "mal informé" et qu'il allait s'occuper de cette question par la voie diplomatique.

Sur le même sujet