Radicalisation : Comment sortir quelqu'un du gouffre ?

Shamima Begum, anciennement marié dans le groupe ISIS, photographiée dans un camp de réfugiés syrien lors d'une interview avec Quentin Sommerville, correspondant de la BBC au Moyen-Orient.
Image caption Shamima Begum a déclaré qu'elle était prête à retourner au Royaume-Uni et à "se réhabiliter".

Le cas de l'adolescente Shamima Begum a suscité un débat sur la manière de traiter les personnes liées à l'État islamique - et sur la manière de les réintégrer, le cas échéant, dans la société britannique.

Lorsqu'elle a été retrouvée dans un camp de réfugiés syrien, la jeune femme de 19 ans a été décrite comme une "mariée endoctrinée par l'EI" par le journaliste qui l'a trouvée.

Et dans une interview donnée à la BBC, Mme Begum semblait consciente de ce qui pourrait l'attendre si elle recenait - "un cours de déradicalisation".

Mais qu'est-ce que cela pourrait impliquer - et cela fonctionne-t-il ?

Lire aussi:

Un Français, "présumé terroriste" devant la justice

Mali : les jeunes du Sahel et du Maghreb se font entendre

Qu'est-ce que la déradicalisation ?

Les programmes de déradicalisation ont commencé à apparaître au début des années 2000, selon le Centre de recherche et d'information sur les menaces à la sécurité, dirigé par des universitaires.

Ce qui les différencie des autres stratégies est l'objectif de changer les idées et les attitudes d'une personne.

Au Royaume-Uni, le gouvernement gère le système Prevent, qui vise à identifier les personnes vulnérables et à intervenir dans leur vie avant qu'elles ne deviennent des terroristes.

L'année dernière, 7 318 personnes ont été orientées vers ce programme.

Autres articles sur l'EI:

Le programme Prevent comporte différents volets. Le programme Channel s'adresse aux personnes qui suscitent une telle inquiétude qu'elles ont besoin d'une aide concertée pour se déradicaliser.

Un autre volet est le programme 'Desistance and Disengagement', qui vise à réhabiliter les personnes déjà condamnées pour des infractions terroristes ou qui reviennent de zones de conflit.

En juin dernier, le gouvernement a annoncé qu'il prévoyait de doubler les investissements dans ce volet.

Le gouvernement affirme qu'il vise à s'attaquer à l'idéologie d'une personne, ainsi qu'aux problèmes personnels qui peuvent entraîner une radicalisation - par exemple autour de l'estime de soi et de l'identité.

Il peut s'agir de mentorat individuel, d'aide à l'obtention d'un emploi ou d'une éducation et d'aide psychologique.

Regarder aussi:

Media playback is unsupported on your device
La ville de Raqqa après l'offensive des Forces démocratiques syriennes

Le Dr Sarah Marsden, professeur de radicalisation à l'université de Lancaster, a déclaré que le type de mentorat proposé dépend de l'individu.

Les sessions peuvent être hebdomadaires ou mensuelles et peuvent inclure des spécialistes formés - tels que des travailleurs de jeunesse ou des imams - qui peuvent commencer par établir la confiance, a-t-elle dit.

Et les conversations dépendent des raisons initiales de la personne qui s'engage dans l'extrémisme violent :

"Dans certains cas, il y aura un mentor qui travaillera uniquement sur des questions sociales", a-t-elle déclaré.

"Dans d'autres cas, ils parleront spécifiquement d'idéologie - qu'elle soit d'extrême droite ou islamiste. Ils se concentreront davantage sur la lecture de textes ou de positions idéologiques, et en discuteront afin d'introduire l'individu à d'autres façons d'interpréter les textes et de l'aider à essayer de comprendre que ce n'est pas la seule version", ajoute-t-elle.

A lire aussi:

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le Dr Marsden, qui a passé du temps avec des organisations qui travaillent avec des extrémistes, a déclaré qu'il n'y a pas assez de preuves pour dire quelles techniques particulières fonctionnent le mieux.

Mais ses recherches suggèrent que l'une des méthodes les plus utiles consiste à découvrir pourquoi une personne est attirée par l'extrémisme violent, puis à "réorienter ces motivations" pour créer un avenir plus positif.

"En fin de compte, le changement doit venir de l'intérieur", dit-elle, "il faut être motivé pour le faire, sinon ce n'est qu'un engagement de pure forme.

"La motivation peut venir de l'individu par ce qu'il a vu ou vécu et qu'il ne veut pas revivre. Ou bien il peut être motivé par le fait que d'autres personnes travaillent avec lui pour lui insuffler cette motivation".

A suivre:

Media playback is unsupported on your device
Femmes de djihadiste

Hanif Qadir, un ancien conseiller du gouvernement et qui a travaillé avec des extrémistes dans des programmes de déradicalisation, a déclaré que Mme Begum était une "candidate idéale" pour un tel programme.

Lui-même radicalisé en 2002, il s'est rendu en Afghanistan pour rejoindre Al-Qaïda, mais il est rapidement revenu lorsqu'il a vu de jeunes enfants être recrutés comme kamikazes.

Il a déclaré que le langage de Mme Begum dans les interviews - par exemple, parler au passé de la façon dont elle comprenait l'idéologie d'EI - était une "faille dans son armure" qui pourrait être un point de départ pour des discussions.

Comment savoir si la déradicalisation a fonctionné ?

La déradicalisation n'est pas une science exacte et des erreurs peuvent être commises, par exemple avec le bombardier Parsons Green de 2017 qui avait été inscrit au programme Prevent.

C'est une tâche "vraiment complexe" de déterminer si quelqu'un qui prétend avoir changé ses opinions extrémistes l'a réellement fait, a déclaré le Dr Marsden.

Copyright de l’image Met Police
Image caption Le poseur de bombe de Parsons Green, Ahmed Hassan, avait été inscrit à Prevent, mais a quand même perpétré son attentat

"Comment savez-vous que quelqu'un ne dit pas cela juste pour se faciliter la vie ?"

Mais elle a ajouté que "les gens changent d'avis" et que les professionnels de la justice pénale "connaissent très bien cette énigme".

Des jugements sur la crédibilité de l'individu sont rendus, ainsi que des évaluations des risques par une série de professionnels.

"Si [l'extrémiste] ne croit plus en ces idées, vous pouvez considérer que cela réduit les risques, mais ce n'est pas une garantie. De même, le fait d'avoir des opinions politiques très fortes ne signifie pas qu'il va commettre un crime".

A lire aussi:

Trois Marocains condamnés à la peine de mort

Algérie: deux suspects arrêtés

Nikita Malik, qui dirige le Centre sur la radicalisation et le terrorisme de la Henry Jackson Society, a mené des recherches sur les femmes qui ont rejoint l'EI puis sont rentrées chez elles avec leurs enfants.

Elle a déclaré : "Malheureusement, même le programme de déradicalisation que nous avons pour les rapatriés - qui est un programme 'Desistance and Disengagement' - incite les personnes qui y participent à mentir parce que les notes sont partagées avec les juges qui déterminent alors la fréquence à laquelle ils peuvent voir leur enfant".

Hanif Qadir, directeur général de l'Active Change Foundation, se souvient d'avoir travaillé avec un jeune homme qui avait été condamné pour terrorisme.

Pour tester ses progrès, il a demandé à l'homme de parler de ses expériences à une foule d'autres jeunes.

"Quand il a commencé à s'ouvrir [sur son extrémisme], il est devenu très, très émotif. Deux jeunes hommes l'ont approché après la conférence et lui ont dit : "C'est exactement ce que nous ressentons.

"Il m'en a ensuite parlé. C'était une mesure de succès car il n'aurait pas pu me parler de ces gars."

A regarder aussi:

Media playback is unsupported on your device
En Syrie, la désillusion des combattants étrangers de l'EI