Coronavirus : les scientifiques espèrent trouver un vaccin en un temps record

Un document de l'agence australienne CSIRO montre un chercheur travaillant sur un vaccin contre le 2019-nCoV Copyright de l’image EPA
Image caption Les chercheurs ont utilisé différentes méthodes pour tenter de stimuler la réponse immunitaire au nouveau coronavirus

Alors que de nouveaux cas de coronavirus se répandent dans le monde, la course au développement d'un vaccin contre cette menace, jusqu'alors inconnue, repousse les frontières de la technologie médicale.

Les gouvernements, les instituts de recherche, l'industrie pharmaceutique et les donateurs investissent de l'argent et des ressources dans la lutte pour contenir le virus, qui est apparu dans la ville chinoise de Wuhan en décembre 2019.

Il faut généralement des années pour mettre au point des vaccins, mais les chercheurs qui travaillent sur de nouvelles techniques affirment que ce délai peut être considérablement réduit.

A lire aussi sur BBC Afrique:

Voici un aperçu de quatre des tentatives les plus prometteuses.

Pince moléculaire

À l'Université du Queensland (UQ) en Australie, un nouveau vaccin est en cours de développement à une "vitesse sans précédent", en utilisant une nouvelle technologie inventée par les chercheurs de l'UQ appelée "pince moléculaire".

Elle permet aux scientifiques d'imiter les protéines à la surface du virus qui induisent une réponse de notre système immunitaire.

Copyright de l’image EPA
Image caption Les protéines qui fixent la surface du coronavirus déclenchent également des réponses immunitaires de l'organisme

Dans un vaccin, ces protéines sont "souvent instables et s'effondrent ou changent de structure au point de ne pas induire les bons anticorps", a déclaré à la BBC le professeur Paul Young, directeur de l'École de chimie et de biosciences moléculaires de l'UQ.

Une pince moléculaire les enferme dans une structure qui imite avec précision leur forme à la surface du virus, permettant au système immunitaire de le reconnaître en cas d'infection.

Le vaccin pourrait être disponible pour des tests dans un délai de six mois seulement, selon l'UQ.

Le professeur Young a déclaré que la rapidité de la réponse est due à la libération rapide du code génétique du virus par les autorités chinoises.

A lire aussi sur BBC Afrique:

"Une rapidité sans précédent"

Les vaccins sont traditionnellement fabriqués à partir d'une forme affaiblie du virus ou de la bactérie responsable de la maladie. Mais il est maintenant possible de synthétiser des parties de l'ADN du virus en utilisant l'information génétique, ce qui réduit considérablement le temps nécessaire pour développer un vaccin.

La Chine a publié ces informations en ligne le 10 janvier, trois jours après l'identification du virus, désormais connu sous le nom de 2019-nCoV.

Les travaux de l'Université du Québec sont financés par la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), qui est composée et financée par des gouvernements et des organisations philanthropiques du monde entier.

Le groupe fait appel aux institutions du monde entier qui disposent d'une technologie vaccinale éprouvée pouvant être utilisée contre le 2019-nCoV pour demander des subventions.

Image caption Les scientifiques ont pu commencer à développer un vaccin après que la Chine ait rapidement publié le code ADN du virus

La CEPI et le géant pharmaceutique GSK ont également annoncé un partenariat pour l'utilisation d'un agent qui renforce la réponse immunitaire, appelé adjuvant. Lorsqu'il est ajouté à certains vaccins, il peut créer une immunité plus forte et plus durable contre les infections.

"Un adjuvant est particulièrement important dans une situation de pandémie, car il nous permet de n'utiliser que de petites quantités de l'antigène du vaccin, ce qui permet de produire plus de doses du vaccin", a déclaré la société à la BBC.

L'adjuvant en question a déjà été utilisé lors des pandémies de grippe porcine et aviaire.

D'autres articles sur BBC Afrique:

Codage des logiciels génétiques

Une technologie différente est utilisée aux États-Unis par Moderna Inc et en Allemagne par CureVac. Elle fait appel à l'ARN messager (ARNm), une molécule qui indique au corps humain comment produire ses propres défenses immunitaires.

Si vous considérez l'ADN comme une clé USB qui stocke des informations génétiques, l'ARN est le lecteur qui les décode.

Lorsque la cellule a besoin de produire certaines protéines, cette information génétique est transportée vers les "usines" de la cellule par les ARNm.

En bricolant avec l'ARNm, CureVac a développé des thérapies contre le cancer, des thérapies à base d'anticorps, des traitements pour les maladies rares et des vaccins.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les chercheurs affirment qu'ils peuvent bricoler la messagerie génétique pour apprendre aux cellules du corps à construire leurs propres défenses

Le Dr Tilman Roos, directeur principal du développement des premiers processus, a déclaré à la BBC qu'il ne faut que quelques heures aux cellules pour renforcer les défenses de l'organisme.

Un vaccin contre le 2019-nCoV pourrait être prêt pour les essais cliniques "en quelques mois", dit-il.

Mais le projet de la société de développer une "imprimante d'ARN" portable qui pourrait être amenée sur le lieu où le vaccin est nécessaire pourrait encore changer la donne. Elle pourrait fournir rapidement de l'ARNm pour stimuler la production des vaccins sur place.

La technologie de l'ARN messager est également utilisée par Moderna Inc, basée dans le Massachusetts, grâce à des fonds de la CEPI et de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses.

Les premières études cliniques chez l'homme pourraient avoir lieu aux États-Unis dans trois mois seulement, mais le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, a averti qu'"aucun fabricant ne pourra disposer d'un vaccin prêt pour l'été".

Propagation du coronavirus d’une personne à l’autre: que faut-il savoir ?

Premier décès de coronavirus confirmé en Europe

S'attaquer aux faiblesses du virus

Dans le laboratoire d'Inovio à San Diego, les scientifiques utilisent un type relativement nouveau de technologie de l'ADN pour développer un vaccin - et prévoient de le soumettre à des essais sur l'homme au début de l'été.

"Nos vaccins à ADN sont nouveaux en ce sens qu'ils utilisent des séquences d'ADN du virus pour cibler des parties spécifiques de l'agent pathogène auxquelles nous pensons que le corps réagira le plus fortement", a déclaré à la BBC Kate Broderick, première vice-présidente de la recherche et du développement chez Inovio.

"Nous utilisons ensuite les propres cellules du patient pour devenir une usine à vaccins, renforçant les mécanismes de réponse naturelle de l'organisme".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Inovio prévoit d'organiser de vastes essais de son vaccin en Chine d'ici la fin de l'année - si la première phase des tests est couronnée de succès

Selon Inovio, si les premiers essais sur l'homme sont un succès, des essais plus importants suivront, idéalement dans un contexte d'épidémie en Chine "d'ici la fin de l'année".

La société affirme avoir développé un vaccin prêt à être testé sur l'homme après l'infection virale de Zika en un temps record de sept mois.

"Nous pensons que nous pouvons encore améliorer ce calendrier accéléré pour relever le défi actuel de l'émergence du coronavirus chinois", a déclaré le PDG d'Inovio, J. Joseph Kim.

Regarder aussi:

Media playback is unsupported on your device
c

Effort mondial

Et ce ne sont là que quelques exemples des recherches menées pour lutter contre ce coronavirus - d'autres institutions dans le monde, du Royaume-Uni au Japon, et bien sûr en Chine même, sont également à la recherche d'une solution.

L'agence scientifique nationale australienne, la CSIRO, par exemple, étudie le temps nécessaire au virus pour se développer et se répliquer, l'impact qu'il a sur le système respiratoire et la manière dont il peut être transmis.

En France, l'Institut Pasteur a mis en place un groupe de travail chargé de comprendre le nouveau coronavirus, de développer un vaccin et de mettre au point de nouveaux outils de diagnostic et de nouvelles stratégies de lutte contre les épidémies.

Toutefois, même si le délai de mise au point d'un vaccin est considérablement réduit, l'épidémie actuelle pourrait bien avoir pris fin avant qu'il ne soit prêt à être utilisé à grande échelle.

Mais le Dr Gregory Glenn, directeur de recherche du laboratoire Novavax basé aux États-Unis, affirme que cela ne signifie pas que les efforts actuels seraient vains.

"Le coronavirus pourrait évoluer pendant une épidémie et il serait très important de disposer d'un vaccin qui apporte une réponse à grande échelle", a déclaré le Dr Glenn aux journalistes.

"L'autre chose est que nous pensons qu'il est possible qu'il y ait une deuxième vague - une épidémie beaucoup plus importante, beaucoup plus large. Nous voulons être prêts".

Sur le même sujet

Lire plus