Coronavirus : les fausses nouvelles se répandent rapidement

Rory Cellan-Jones, BBC

"Le coronavirus de Wuhan est un banc d'essai de la 5G LED pour les lampadaires intelligents."

Crédit photo, YouTube

Légende image,

"Le coronavirus de Wuhan est un banc d'essai de la 5G LED pour les lampadaires intelligents."

À mesure que le coronavirus - ou plus précisément le Covid-19 - se répand dans le monde, il devient de plus en plus important d'obtenir des informations précises sur la maladie.

Et à l'ère des réseaux sociaux, cela engendre une lourde responsabilité pour Facebook et YouTube par exemple.

Ce sont les plateformes sur lesquelles des milliards de personnes comptent aujourd'hui pour s'informer, et elles offrent déjà un terrain fertile à ceux qui veulent diffuser des informations erronées. Sur Facebook, c'est dans les groupes qui s'opposent aux vaccins et ceux qui font campagne contre les réseaux de téléphonie mobile 5G que les histoires alarmistes semblent le plus susceptibles de s'imposer.

"J'ai entendu dire que ce n'est pas un 'virus'de vrai"

J'ai scanné un certain nombre de groupes 5G, et j'ai trouvé de nombreux commentaires suggérant qu'il y a un lien entre le virus et les nouveaux réseaux. Le groupe britannique Stop 5G compte plus de 27 000 membres, dont l'un a publié ce message : "J'ai entendu dire que ce n'est pas un "virus" de vrai, c'est aussi grave qu'une grippe ou un rhume. C'est donc vraiment un plan parfait pour dissimuler les maladies liées aux CEM/5G".

D'autres ont partagé des liens vers des sites web et des vidéos reliant le coronavirus au déploiement du 5G dans la partie de la Chine d'où il est originaire. "La 5G est lancée à Wuhan, quelques semaines avant l'apparition du coronavirus", peut-on lire en gros titre, dans une publication appelée News Commenter.

Une vidéo YouTube intitulée "WUHAN CORONA VIRUS IS A 5G L.E.D SMART STREET LIGHT TEST BED" (LE CORONAVIRUS DE WUHAN EST UN BANC D'ESSAI DE la 5G DE L.E.D. POUR LES LAMPADAIRES INTELLIGENTS) a également été largement partagée dans ce groupe et dans d'autres.

Crédit photo, Empics

Légende image,

Les théories du complot suggèrent un lien entre le navire de croisière qui a été mis en quarantaine et la 5G de Wuhan.

D'autres vidéos YouTube partagent des théories de conspiration complexes, notamment une suggestion selon laquelle le navire de croisière Diamond Princess, dont les passagers ont dû être mis en quarantaine, a été touché par le virus parce qu'il utilisait la technologie 5G pour sa connectivité.

Il existe une autre théorie populaire selon laquelle le virus a été conçu dans un laboratoire et délibérément libéré par le gouvernement chinois ou américain.

"Une arme biologique"

Sur le groupe Facebook 5G et les radiations micro-ondes, un article de Technocracy News affirme : "Il devient assez clair que le coronavirus du Hunan est une arme biologique qui a été délibérément ou accidentellement lâchée."

Recherchez "coronavirus" sur sa plateforme, et les meilleurs résultats seront des informations fiables provenant de sites tels que l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Si vous trouvez un groupe anti-vaccination auquel vous souhaitez adhérer, un message apparaît vous indiquant "Découvrez pourquoi l'Organisation mondiale de la santé recommande les vaccinations pour prévenir de nombreuses maladies".

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Selon des messages publicitaires véhiculés par la désinformation, les masques faciaux servant à prévenir la propagation du virus seront interdites sur Facebook.

YouTube semble lui aussi tenter de calmer les craintes, avec une bannière publicitaire de l'OMS apparaissant au-dessus de toute vidéo sur le virus. Mais sur au moins une vidéo concernant la théorie de la conspiration, des publicités apparaissent encore, ce qui signifie que le propriétaire du site, Google, profite encore de la désinformation.

"Des informations utiles et opportunes"

Facebook affirme qu'en plus de promouvoir des informations exactes, il a pris des mesures pour lutter contre la propagation de la désinformation sur le coronavirus. Ses enquêteurs indépendants font des investigations sur les allégations douteuses, et lorsqu'ils jugent que des informations sont fausses, la société limite leur diffusion sur Facebook et Instagram.

Les publicités qui pourraient désinformer les gens ou suggérer que quelque chose est en quantité limitée sont interdites. Par exemple, Facebook n'autoriserait pas une publicité affirmant que les masques faciaux sont garantis à 100 % pour empêcher la propagation du virus.

Légende image,

Andrew Pattison, de l'OMS, s'est rendu aux États-Unis pour s'entretenir directement avec des entreprises technologiques au sujet de la désinformation sur le coronavirus.

Un porte-parole de YouTube a déclaré que l'entreprise s'engageait à fournir "des informations utiles et opportunes" et à réduire la diffusion d'informations erronées nuisibles. Mais si YouTube interdit les vidéos faisant la promotion de moyens médicalement non fondés pour prévenir le virus, il semble qu'il ne supprime pas ou ne signale pas les éléments qui favorisent les théories de conspiration à son sujet.

J'ai contacté une société dont les publicités sont apparues avant l'une des vidéos, MVH Marketing, basée à Londres. Un porte-parole a déclaré que l'entreprise dépensait son budget publicité sur YouTube plutôt qu'auprès des créateurs de la vidéo, et que la plateforme veillait généralement à ce que les publicités ne soient pas placées à côté de contenus inappropriés.

Les fausses nouvelles, une denrée encore très demandée ?

Elle déclare que l'entreprise avait désormais garanti que ses publicités ne seraient plus diffusées sur cette vidéo : "Il est évident que nous ne voudrions pas être associés à quelque chose qui ne correspond pas à notre marque."

Les plateformes de réseaux sociaux semblent s'améliorer pour empêcher la désinformation de devenir virale, au moins dans les messages publics. Mais au sein des groupes privés, dont beaucoup comptent des milliers de membres, les fausses nouvelles sont une denrée qui semble encore très demandée.