Mangeriez-vous un "steak" imprimé par des robots ?

  • Par Emma Woollacott
  • Reporter Technology of Business
L'usine Sonova fabrique des prothèses auditives

Crédit photo, Sonova

Légende image,

La plupart des aides auditives sont fabriquées par un procédé d'impression en 3D

Vous ne le savez peut-être pas, mais si vous portez une aide auditive, vous faites probablement partie de la révolution de l'impression 3D.

Aujourd'hui, presque tous les appareils auditifs sont fabriquées selon cette technique.

Aussi connue sous le nom de fabrication additive, l'impression 3D consiste à assembler des couches de matériaux - plastique, métal ou résine - et à les lier entre elles, jusqu'à ce que vous obteniez le produit fini.

"Auparavant, la production était l'apanage des modélistes qui finissaient chaque pièce unique à la main selon un processus long et coûteux", explique Stefan Launer, vice-président senior de Sonova, qui fabrique des appareils auditifs.

"Maintenant, une fois la commande passée, il suffit de quelques jours pour que le produit fini soit livré, et le client reçoit une aide auditive avec un ajustement individuel", dit-il.

Crédit photo, Sonova

Légende image,

Les aides auditives imprimées en 3D peuvent être fabriquées rapidement et adaptées aux besoins individuels

Lorsque l'impression en 3D a commencé à émerger il y a 20 ans, ses promoteurs ont promis qu'elle allait révolutionner de nombreuses industries.

Et à bien des égards, elle a été un grand succès. En 2018, 1,4 million d'imprimantes 3D ont été vendues dans le monde, et ce chiffre devrait passer à 8 millions en 2027, selon Grand View Research.

"En termes de technologie, de nouvelles applications sont constamment découvertes, avec de nouveaux matériaux et de nouvelles machines dévoilés chaque année", déclare Galina Spasova, analyste de recherche senior chez IDC Europe.

A lire aussi:

Cette technique a "révolutionné" le secteur dentaire, dit-elle, en réduisant le temps nécessaire à la fabrication des couronnes et des ponts, et en les rendant plus précis.

À plus grande échelle, Boeing utilise des pièces imprimées en 3D dans ses vaisseaux spatiaux, ses avions commerciaux et militaires, tandis que BAE Systems utilise cette technologie pour fabriquer des composants pour le chasseur Typhoon.

Il y a même une imprimante 3D sur la Station spatiale internationale, où elle est utilisée pour créer des pièces de rechange.

Crédit photo, Nova

Légende image,

Le steak végétal de Nova imite le muscle grâce à l'impression 3D

Mais de nombreuses applications sont encore à une échelle plus réduite et expérimentale.

Par exemple, les aliments peuvent être imprimés en 3D. La société Nova Meat, basée à Barcelone, a récemment dévoilé un steak végétal fait à base de pois, de riz, d'algues et d'autres ingrédients.

L'impression en 3D permet de déposer les ingrédients sous forme de filaments entrecroisés, qui imitent les protéines intracellulaires des cellules musculaires.

"Cette stratégie nous permet de définir la texture en termes de mastication et de résistance à la traction et à la compression, et d'imiter le goût et les propriétés nutritionnelles d'une variété de viandes et de fruits de mer, ainsi que leur apparence", explique Guiseppe Scionti, le fondateur de Nova Meat.

D'ici l'année prochaine, dit-il, les restaurants pourraient imprimer les steaks eux-mêmes.

Crédit photo, Nova Meat

Légende image,

Des couches de "steak" peuvent être posées en s'entrecroisant pour créer une texture

L'un des domaines les plus passionnants pour l'impression 3D est la médecine. Depuis un certain temps, les professionnels de la médecine impriment des prothèses en 3D, qui peuvent être fabriquées pour une fraction du prix habituel.

Elles peuvent également être facilement personnalisées pour chaque patient. En effet, au début de cette année, un chat en Russie a reçu quatre pattes en titane imprimées en 3D après avoir perdu les siennes à cause d'engelures.

Les médicaments peuvent être imprimés en 3D, ce qui est particulièrement utile pour traiter les jeunes enfants, qui ont besoin de doses de médicaments plus faibles en standard.

Comme le souligne Matthew Peak, co-directeur du centre de recherche clinique pour la médecine expérimentale des NIHR Alder Hey, "la majorité des médicaments disponibles pour les enfants n'ont pas été conçus pour les enfants ou, en fait, testés dans des essais cliniques impliquant des enfants".

L'année dernière, son équipe est devenue la première au monde à donner à un enfant une pilule imprimée en 3D ; pendant ce temps, d'autres chercheurs créent des pilules personnalisées pour chaque patient.

Légende vidéo,

L'entreprise américaine Desktop Metal vise à rendre possible la fabrication de pièces imprimées en 3D à l'échelle industrielle.

Le plus extraordinaire de tous est peut-être le travail effectué pour imprimer en 3D des organes humains. Des chercheurs du Rensselaer Polytechnic Institute aux États-Unis ont récemment annoncé qu'ils avaient développé un moyen d'imprimer en 3D de la peau vivante, avec ses vaisseaux sanguins, qui pourrait être utilisée comme greffe pour les victimes de brûlures.

Il reste des obstacles à surmonter : la technique n'a été utilisée jusqu'à présent que sur des souris, et il faut s'assurer que les greffes ne seront pas rejetées. Mais, selon le professeur associé Pankaj Karande, une fois greffés sur un type spécial de souris, les vaisseaux de la peau imprimée ont pu se connecter avec les propres vaisseaux de la souris.

"C'est extrêmement important, car nous savons qu'il y a en fait un transfert de sang et de nutriments vers le greffon, ce qui maintient le greffon en vie", dit-il..

Crédit photo, SQ4D

Légende image,

Les murs de cette maison ont été construits par des robots - il faut encore des humains pour construire le toit

Certains espèrent que cette technologie pourra être utilisée à une bien plus grande échelle.

"Nous pensons que les maisons et les bâtiments d'impression en 3D vont changer la façon dont le monde est construit", déclare Kirk Andersen, ingénieur en chef de la société new-yorkaise SQ4D.

Au début de cette année, sa société a construit une maison de 1 900 pieds carrés en huit jours seulement, en utilisant un robot pour construire les murs couche par couche.

Le toit doit encore être construit par des ouvriers du bâtiment.

Selon M. Anderson, ce procédé réduit "radicalement" la quantité de matériaux et les coûts de main-d'œuvre utilisés dans la construction. L'entreprise estime que sa maison coûte 70 % moins cher à construire qu'une propriété équivalente construite selon des méthodes traditionnelles.

La technologie est encore en cours de développement, mais un certain nombre de bâtiments imprimés en 3D ont été réalisés dans le monde entier, donnant une idée de ce qui pourrait un jour être possible.

Si l'impression en 3D est courante dans la construction automobile et l'aérospatiale, où cette technique est appréciée pour la réalisation de prototypes, d'outils et de pièces, la plupart des articles que vous achetez sont susceptibles d'être produits en série sur des chaînes de production pendant un certain temps encore.