Sida: un deuxième patient guéri du VIH, selon les médecins

  • Par SUY Kahofi Jischvi
  • Journaliste BBC Afrique
Adam Castillejo

Crédit photo, Andrew Testa/New York Times/Redux/eyevine

Légende image,

Adam Castillejo veut être "un ambassadeur de l'espoir".

Un homme vivant à Londres est devenu la deuxième personne au monde à être guérie du VIH, selon les médecins.

Adam Castillejo est toujours indemne du virus plus de 30 mois après l'arrêt de la thérapie antirétrovirale.

Il n'a cependant pas été guéri par les médicaments anti-VIH, mais par un traitement à base de cellules souches qu'il a reçu pour un cancer qu'il avait également, rapporte la revue Lancet HIV.

Les donneurs de ces cellules souches possèdent un gène peu commun qui leur confèrent, et maintenant à M. Castillejo, une protection contre le VIH.

En 2011, Timothy Brown, le "patient de Berlin", est devenu la première personne déclarée guérie du VIH, trois ans et demi après avoir suivi un traitement similaire.

A lire aussi:

Les greffes de cellules souches semblent empêcher le virus de se répliquer à l'intérieur du corps en remplaçant les propres cellules immunitaires du patient par celles du donneur qui résistent à l'infection par le VIH.

Adam Castillejo - le "patient londonien", aujourd'hui âgé de 40 ans, qui a décidé de rendre son identité publique - n'a pas d'infection active au VIH détectable dans son sang, son sperme ou ses cellules, selon ses médecins.

Un an s'est écoulé depuis qu'ils ont annoncé qu'il n'était plus porteur du virus et qu'il n'est toujours pas infecté par le VIH.

Le professeur Ravindra Kumar Gupta, chercheur principal à l'université de Cambridge, a déclaré à BBC News : "Cela représente un remède contre le VIH avec une quasi-certitude.

"Nous avons maintenant eu deux ans et demi de rémission sans antirétroviraux.

Nos conclusions montrent que le succès de la transplantation de cellules souches comme remède contre le VIH, signalé pour la première fois il y a neuf ans chez "le patient de Berlin", peut être reproduit".

Crédit photo, Science Photo Library

Mais ce ne sera pas un traitement pour les millions de personnes vivants avec le VIH dans le monde.

La thérapie agressive a été principalement utilisée pour traiter les cancers des patients, pas leur VIH.

Et les médicaments anti-VIH actuels restent très efficaces, ce qui signifie que les personnes atteintes du virus peuvent vivre longtemps et en bonne santé.

Le professeur Gupta a déclaré qu'il est important de noter que ce traitement curatif est à haut risque et n'est utilisé qu'en dernier recours pour les patients atteints du VIH qui présentent également des malignités hématologiques potentiellement mortelles.

"Par conséquent, ce n'est pas un traitement qui serait proposé à grande échelle aux patients séropositifs qui suivent avec succès un traitement antirétroviral".

Mais il pourrait offrir l'espoir de trouver un remède, à l'avenir, grâce à la thérapie génique.

A voir aussi:

Légende vidéo,

La mode d'Antonio : "garder nos jeunes"

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le CCR5 est le récepteur le plus couramment utilisé par le VIH-1 - la souche de VIH qui domine dans le monde - pour pénétrer dans les cellules.

Mais un très petit nombre de personnes qui sont résistantes au VIH ont deux copies mutantes du récepteur CCR5.

Cela signifie que le virus ne peut pas pénétrer dans les cellules de l'organisme qu'il infecte normalement.

Les chercheurs affirment qu'il pourrait être possible d'utiliser la thérapie génique pour cibler le récepteur CCR5 chez les personnes atteintes du VIH.

Il s'agit du même récepteur sur lequel le scientifique chinois He Jiankui, aujourd'hui emprisonné, a travaillé lorsqu'il a créé les premiers bébés génétiquement modifiés au monde.

S'agit-il d'un remède permanent ?

Les tests suggèrent que 99% des cellules immunitaires de M. Castillejo ont été remplacées par des cellules de donneurs.

Mais il a encore des restes du virus dans son corps, tout comme M. Brown.

Et il est impossible de dire avec une certitude absolue que son VIH ne reviendra jamais.

M. Castillejo l'a déclaré au New York Times : "C'est une situation unique, une situation unique et très humiliante".

"Je veux être un ambassadeur de l'espoir. Je ne veux pas que les gens pensent : "Oh, vous avez été choisi". Non, c'est juste arrivé. J'étais au bon endroit, probablement au bon moment, quand c'est arrivé."

"Étant donné le grand nombre de cellules prélevées ici et l'absence de tout virus intact, le patient de Londres est-il vraiment guéri ?", se demande le professeur Sharon Lewin, de l'Université de Melbourne, en Australie.

"Les données supplémentaires fournies dans ce rapport de cas de suivi sont certainement encourageantes mais malheureusement, en fin de compte, seul le temps nous le dira".

A lire aussi: