George Floyd : Trois façons dont les Noirs sont traités injustement aux États-Unis

  • Par Reality Check team
  • BBC News
Un manifestant tenant une pancarte avec la photo de George Floyd

Crédit photo, Getty Images

La violence a éclaté dans les villes américaines suite à la mort de l'Afro-Américain George Floyd, après qu'il a été physiquement retenu par la police à Minneapolis.

Nous avons examiné certaines données sur la criminalité et la justice aux États-Unis, et ce qu'elles révèlent sur l'expérience des Afro-Américains en matière d'ordre public.

Lire aussi :

1. Les Afro-Américains sont plus susceptibles de se faire tirer dessus mortellement

Les chiffres disponibles concernant les incidents au cours desquels la police tire et tue des personnes montrent que les Afro-Américains ont beaucoup plus de chances d'être tués par balle que l'ensemble de la population américaine.

Ilustración infantil de rostros.
Getty
Comment s'informer sur les préjugés raciaux ?

Le processus d'apprentissage des préjugés raciaux ressemble beaucoup à celui d'une nouvelle langue : il y a une période critique d'apprentissage précoce et une fenêtre ultérieure o

  • A 6 moisle cerveau peut remarquer les différences basées sur la race

  • Entre 2 et 4 ansles enfants peuvent intérioriser les préjugés raciaux.

  • A 12 ansDe nombreux enfants sont déjà fermement convaincus.

Source : Académie américaine de pédiatrie

En fait, en 2019, bien que les Afro-Américains représentent moins de 14 % de la population (selon les chiffres officiels du recensement), ils étaient à l'origine de plus de 23 % des quelque 1 000 fusillades mortelles commises par la police.

Et ce chiffre est relativement constant depuis 2017, alors que le nombre de victimes blanches a diminué depuis lors.

2. Les Afro-Américains sont plus souvent arrêtés pour abus de drogues

Les Afro-Américains sont arrêtés pour abus de drogue à un taux beaucoup plus élevé que les Américains blancs, bien que les enquêtes montrent que la consommation de drogue est à un niveau similaire.

Arrestations pour abus de drogue, selon la race. .  Les hispaniques ne sont pas comptés séparément. Les autres sont des Asiatiques, des Amérindiens, des Hawaïens ou des insulaires du Pacifique..

En 2018, environ 750 Afro-Américains sur 100 000 ont été arrêtés pour abus de drogue, contre environ 350 Américains blancs sur 100 000.

Les enquêtes nationales précédentes sur la consommation de drogue montrent que les Blancs consomment de la drogue à des taux similaires, mais les Afro-Américains continuent à être arrêtés à un taux plus élevé.

Par exemple, une étude de l'Union américaine des libertés civiles a révélé que les Afro-Américains avaient 3,7 fois plus de chances d'être arrêtés pour possession de marijuana que les Blancs, même si leur taux de consommation de marijuana était comparable.

Lire aussi:

3. Davantage d'Afro-Américains sont emprisonnés

Les Afro-Américains sont emprisonnés à un taux cinq fois supérieur à celui des Américains blancs et à un taux presque deux fois supérieur à celui des Hispano-Américains, selon les dernières données.

En 2018, les Afro-Américains représentaient environ 13 % de la population américaine, mais près d'un tiers de la population carcérale du pays.

Décès en détention, selon l'origine ethnique. Sur la base de 163 décès en détention en dix ans jusqu'en 2018-19.  .

Les Blancs américains représentaient environ 30 % de la population carcérale - bien qu'ils représentent plus de 60 % de la population américaine totale.

Cela représente plus de 1 000 prisonniers afro-américains pour 100 000 Afro-Américains, contre environ 200 détenus blancs pour 100 000 Blancs américains.

Population carcérale sur 100 000 personnes, selon la race. .  .

La population carcérale américaine est définie comme les détenus condamnés à plus d'un an dans une prison fédérale ou d'État.

Le taux d'incarcération des Afro-Américains a diminué au cours de la dernière décennie, mais ils représentent toujours plus de la population carcérale que toute autre race.

Regarder aussi :

Légende vidéo,

"En tant que Noire Américaine, je suis terrifiée"