Coronavirus : Anatomie de la pandémie de Covid-19

Investigating Coronavirus

Enquêter sur une épidémie n'est pas sans rappeler le travail d'un détective à la recherche d'un tueur. Il s'agit d'une course contre la montre vers la scène du crime avant que les preuves ne disparaissent ; les témoins sont interrogés - et les recherches commencent alors, pour retrouver et neutraliser le tueur avant qu'il ne frappe à nouveau.

Mais en dépit d'un effort international sans précédent, le coronavirus continue de progresser, tuant des milliers de personnes chaque jour.

Six mois plus tard, qu'ont découvert les scientifiques en essayant de contenir le coronavirus ?

Donner l'alerte

Légende vidéo,

Africa Eye : coronavirus en Sierra Leone - la maison pour seul refuge

Il est essentiel de comprendre l'origine de tout virus afin de prévoir ses effets sur notre santé et la vitesse à laquelle il pourrait se propager. Mais, dès le début, le nouveau coronavirus a pris tout le monde par surprise.

Alors qu'une grande partie du monde se préparait à accueillir la nouvelle année, le Dr Li Wenliang travaillait au service des urgences de l'hôpital central de Wuhan où sept patients, tous atteints de pneumonie - une infection des poumons - avaient été mis en quarantaine.

Le 30 décembre, il a fait part à ses collègues dans un groupe privé WeChat de ses pires craintes - était-il témoin d'une nouvelle vague de Sars (syndrome respiratoire aigu sévère) ? Le Sars, un autre type de coronavirus, est apparu pour la première fois en Chine en 2003 et s'est répandu dans 26 pays, infectant plus de 8 000 personnes.

Toutefois, ce que le Dr Li a identifié n'était pas une deuxième vague de Sars, mais la première vague du virus Covid-19 (Sars-Cov-2).

Trois jours après avoir envoyé des SMS à ses pairs, les avertissant d'une possible épidémie, le Dr Li a été arrêté par la police, avec huit autres personnes, pour avoir "répandu des rumeurs", selon les médias chinois.

Peu de temps après son retour au travail, le Dr Li a contracté le Covid-19. Il est décédé le 7 février, à l'âge de 34 ans, laissant derrière lui un fils et sa femme enceinte.

Crédit photo, Getty Images

Scène du crime

Au cours des dernières semaines de décembre 2019, alors que de plus en plus de médecins et d'infirmières aux côtés du Dr Li commençaient à mettre en garde contre une possible épidémie virale, ce sont les professionnels de santé qui ont été les premiers à réaliser le lien - la majorité de leurs patients travaillaient au marché aux fruits de mer de Huanan.

Situé dans la partie la plus récente de la ville, le marché aux fruits de mer de Huanan était un véritable tourbillon de petits étals, vendant de tout, de la volaille vivante au poisson, en passant par les reptiles et le gibier sauvage.

Alors que de plus en plus de cas de ce virus mystérieux apparaissaient, le 31 décembre, la Commission de la santé de Wuhan a déposé son premier rapport officiel à Pékin. Le lendemain, le marché a été mis en quarantaine.

Légende audio,

« Repenser la solidarité mondiale et apprendre de l’Afrique »

Aujourd'hui, les scientifiques sont unanimes à penser qu'une importante épidémie a eu lieu sur le marché aux fruits de mer, mais il semble désormais peu probable que ce soit l'endroit où le virus est apparu pour la première fois.

Des échantillons prélevés sur des personnes et des animaux vivants au marché ont depuis été testés positifs à la Covid-19. Pourtant, selon des chercheurs de Wuhan, le premier cas humain de maladie à coronavirus a été découvert près de quatre semaines avant l'apparition de l'épidémie au marché : un homme âgé de Wuhan qui a développé des symptômes dès le 1er décembre 2019 et n'avait aucun lien probant avec le marché de fruits de mer de Huanan.

En janvier dernier, alors que les professionnels de la santé de Wuhan commençaient à assister à une explosion du nombre de cas dans les hôpitaux de la ville, personne n'avait prédit la vitesse dévastatrice à laquelle le virus se propagerait, non seulement en Chine, mais aussi sur le continent asiatique.

Neuf jours seulement après le premier décès signalé d'un patient atteint de la Covid-19, le 11 janvier, de nouveaux cas étaient déjà signalés au Japon, en Corée du Sud et en Thaïlande.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Dr Li Wenliang

C'est ainsi qu'a commencé la chasse au tueur, dans laquelle, malgré tous les progrès de la médecine et de la technologie dans le monde, nous avions toujours un coup de retard sur le virus...

En six mois seulement, la Covid-19 s'est propagée dans 188 pays et a infecté plus de 6,6 millions de personnes en six mois.

Le profil d'un tueur

"Notre première question est toujours de savoir ce que c'est", déclare le professeur d'immunologie Kristian Andersen.

Le laboratoire d'Andersen est spécialisé dans la génomique des maladies infectieuses. Il étudie comment les virus passent des animaux aux humains et provoquent des épidémies à grande échelle.

Fin janvier, quelques heures après l'admission des premiers cas à l'hôpital, des prélèvements nasaux du virus mystérieux étaient analysés par les scientifiques de l'Institut de virologie de Wuhan.

Ils recherchaient son génome - son code génétique complet - qui révélerait exactement ce qu'il est et comment il pourrait se propager.

Les génomes sont essentiellement une longue chaîne de lettres - le génome humain, par exemple, est constitué de plus de trois milliards de lettres génétiques. Un virus de la grippe commun ressemble à 15 000 lettres, et codées dans cette chaîne sont toutes les instructions dont un virus pourrait avoir besoin pour se répliquer des millions de fois, entraînant la propagation de maladies et d'infections.

Il faut généralement des mois, voire des années, pour déchiffrer le génome d'un virus. Cependant, avec une rapidité exceptionnelle, le 10 janvier, les scientifiques de l'Institut de virologie de Wuhan - dirigé par le professeur Yong-Zhen Zhang - ont publié la première séquence génomique de Covid-19, la première pièce du puzzle, et sans doute la plus cruciale.

"Dès que nous avons vu cette première séquence, nous avons su immédiatement qu'il s'agissait d'un type de coronavirus - et qu'il était identique à 80% au Sars", explique le professeur Andersen.

Les coronavirus sont une grande famille de virus, dont on sait que des centaines circulent parmi les animaux tels que les porcs, les chameaux, les chauves-souris et les chats. Le Covid-19 n'est que le septième coronavirus dont on pense qu'il soit passé d'un autre animal à un humain.

"Notre deuxième question est de savoir comment le diagnostiquer - ce qui conduit à tester et à comprendre le mode de transmission du virus", explique le professeur Andersen.

Légende vidéo,

Comment retrouver une alimentation équilibrée

"Et la troisième question est de savoir comment nous pouvons développer des vaccins contre ce virus ? La réponse à toutes ces questions peut être apportée en utilisant la génétique", ajoute-t-il.

Le professeur Anderson affirme qu'il existe des preuves irréfutables que le virus provient d'une chauve-souris.

"Cela a finalement commencé dans une chauve-souris. Nous savons qu'il s'agit d'un virus entièrement naturel, car il y a tellement de virus similaires chez les chauves-souris. Ce que nous ne savons pas, c'est comment il est arrivé dans la population humaine", explique-t-il. ""

L'équipe d'Andersen a étudié un autre coronavirus trouvé chez une chauve-souris, qui était identique à 96% au Covid-19. Ils ont également constaté de fortes similitudes avec un autre virus de type corona trouvé chez les pangolins, l'un des mammifères les plus victimes de trafic en Asie.

Le virus aurait-il pu passer d'une chauve-souris à un autre animal intermédiaire tel qu'un pangolin, où il a capté des protéines supplémentaires, avant de passer finalement à un humain ? Pour les scientifiques, l'enquête se poursuit.

Crédit photo, Getty Images

En Chine, deux jours seulement après avoir partagé la première séquence génétique de Covid-19 avec le reste du monde, le laboratoire du professeur Zhang a été fermé par les autorités locales et leur licence de recherche révoquée. Selon les médias chinois, aucune raison officielle n'a jamais été donnée - mais la contribution de l'équipe avait déjà fait effet.

"Sans cette première séquence, nous n'aurions pu commencer aucun de ces travaux. C'est grâce à ces scientifiques qui nous ont fourni des informations cruciales à une vitesse incroyable", déclare le professeur Andersen.

Suivre, tracer, isoler

Lorsque la pandémie s'est installée, les efforts se sont déplacés de la recherche des origines du virus vers les efforts d'endiguement de l'épidémie.

Les scientifiques ont commencé à suivre le virus de deux manières : sur le terrain, des enquêteurs appelés "traceurs de contacts" ont commencé à traquer et à isoler les personnes que l'on pensait infectées ; tandis qu'à distance, les experts ont commencé à tracer le génome du virus, son code génétique, afin de comprendre à quelle vitesse il se propageait dans le monde.

Les traceurs de contact

La Corée du Sud, un pays de 51 millions d'habitants, se distingue comme l'un des pays ayant le mieux réussi à contenir la Covid-19.

Légende image,

Pr Kim Jong-Yeon à Daegu City

Une grande partie de ce succès a été attribuée à la capacité du pays à mobiliser une petite armée de traceurs de contacts : des détectives formés pour relier les points entre un cas positif de Covid-19 et tous leurs contacts les plus récents.

Les traceurs doivent ensuite décider qui doit s'isoler ou, dans certains cas, de mettre en quarantaine tout un bâtiment ou une organisation, comme un hôpital, une maison de soins ou un bureau. Avec seulement une poignée de cas en janvier et début février, de nombreux Sud-Coréens ont pensé qu'une grande épidémie avait peut-être été évitée. Cependant, fin février, à partir d'une seule ville, une escalade soudaine de milliers de cas a été signalée en l'espace de quelques jours seulement.

L'épidémie dans la ville de Daegu a depuis été attribuée aux mouvements d'une seule personne, le super-épandeur de la Corée du Sud - le désormais tristement célèbre patient 31. Le patient 31 a été testé positif au coronavirus le 17 février. Ce n'est que grâce au travail de traçage que tous ses contacts les plus récents - étonnamment, plus de 1 000 personnes en l'espace de 10 jours - ont été retrouvés et ont reçu l'instruction de s'isoler, évitant ainsi une épidémie encore plus importante.

Légende vidéo,

G

En tant qu'adjoint de l'équipe d'épidémiologie de Daegu, le professeur Kim Jong-Yeon est responsable du service de la ville chargé du traçage des contacts - souvent d'anciens employés du gouvernement, ainsi que des médecins en formation. Selon lui, les gens ne recourent à des méthodes plus rigoureuses, comme l'examen de leurs transactions par carte de crédit et de leur historique téléphonique ou GPS que s'ils ne sont pas coopératifs. Des personnes comme le patient 31. "La patiente 31, au début, ne nous a pas dit qu'elle était de l'église Shincheonji. C'est nous, les traceurs de contacts, qui avons découvert plus tard qu'elle en était membre", explique le professeur Kim.

Avec environ 300 000 membres dans tout le pays, la doctrine de l'Église Shincheonji de Jésus affirme que leur fondateur, Lee Man-hee, est la seconde venue de Jésus-Christ et que lui seul peut interpréter la Bible. De nombreuses églises chrétiennes traditionnelles en Corée du Sud considèrent le groupe comme une secte et critiquent depuis longtemps leur recrutement agressif de jeunes.

Crédit photo, Shincheonji

Mais la patiente 31 n'est pas devenue tristement célèbre simplement pour avoir dissimulé son affiliation à l'église Shincheonji. Comme l'ont révélé des traces de contact, au cours des dix jours précédant le test, elle a voyagé dans la ville de Daegu et est entrée en contact avec plus de 1 000 personnes, malgré les symptômes qu'elle présentait.

Après avoir été impliquée dans un accident de voiture le 6 février, la patiente 31 a été admise à l'hôpital le 7 février, où elle est entrée en contact étroit avec environ 128 personnes. Elle est ensuite sortie temporairement de l'hôpital afin de rentrer chez elle pour récupérer ses effets personnels, un aller-retour de deux heures et demie, avant de retourner à l'hôpital. Plus tard dans la semaine, elle est sortie plusieurs fois, une fois pour aller déjeuner avec un ami, et deux fois pour assister à un service religieux de deux heures avec une congrégation de 1 000 personnes.

En raison de la nature secrète de l'église Shincheonji, le professeur Kim dit que la partie la plus difficile de l'enquête a été d'établir qui a également visité l'église pendant cette semaine. "Nous avons finalement obtenu une liste des 9 000 membres de l'église. Au début, nous avons commencé à les appeler et à leur demander à tous s'ils présentaient des symptômes. Environ 1 200 personnes nous ont dit que oui, mais certaines ont refusé de se faire tester et de se mettre en quarantaine", a-t-il déclaré.

Des centaines de personnes étant réticentes à révéler leur association avec l'église secrète, le professeur dit qu'elles n'ont pas eu le choix.

Légende vidéo,

Coronavirus : qu'est-ce que l'immunité collective ?

"La question était de savoir à quelle vitesse nous pouvions séparer ces membres de l'église du reste des citoyens de Daegu. Le gouvernement a donc publié un décret pour que tous les membres de l'église s'isolent", raconte le Professeur. L'enquête rigoureuse de la ville sur tous les nouveaux cas, combinée à des tests à grande échelle, a rapidement freiné la propagation du virus - et début avril, la ville de Daegu ne signalait plus aucun nouveau cas de Covid-19.

Cependant, ailleurs dans le monde, le virus a continué à progresser sans relâche. Pour la communauté scientifique, il est devenu vital de suivre le virus, non seulement au-delà des frontières, mais aussi des continents.

La réponse à ce problème réside dans le génome, les indices laissés dans le code génétique du virus lorsqu'il a commencé à se répliquer et à se propager.

Un chapelet de preuves

Un seul point violet sur Wuhan, représentant les premiers prélèvements nasaux effectués sur des patients atteints de Covid-19 et analysés par les scientifiques pour révéler le génome du virus - une chaîne de 30 000 lettres génétiques contenant tout ce dont le virus a besoin pour se répliquer et se propager.

Depuis la découverte du génome par l'équipe du professeur Yong-Zhen Zhang en janvier dernier, les scientifiques du monde entier ont continué à analyser des dizaines de milliers de prélèvements nasaux, en téléchargeant leurs résultats dans GISAID, l'une des rares bases de données open source.

En séquençant le génome des milliers de fois, au fur et à mesure qu'il se répand, les scientifiques sont capables de suivre les mutations du code génétique, c'est-à-dire les petites erreurs, les "fautes de frappe" dans la chaîne de lettres. Comme une traînée d'indices laissée par le virus, le fait de suivre séquentiellement une chaîne de mutations peut montrer comment le virus se propage au-delà des frontières.

Par exemple, si un échantillon prélevé sur un patient à New York révèle trois mutations uniques, et que plusieurs échantillons de Wuhan portent également ces trois mêmes typos dans leur génome, il est fort probable que tous ces cas proviennent d'une seule transmission. En établissant par la suite une chronologie des événements, les experts sont en mesure de comprendre quand et comment le virus a sauté de Wuhan à New York.

Avec plus de 37 000 échantillons maintenant séquencés dans le monde entier, la nature infectieuse dévastatrice du Covid-19 a été pleinement révélée.

Le Dr Emma Hodcroft, épidémiologiste, travaille avec Nextstrain, un groupe de scientifiques et de codeurs qui extraient des informations clés des dizaines de milliers de séquences téléchargées sur le GISAID, afin de créer une carte open source - un instantané en temps réel du génome en mutation au fur et à mesure que le virus se répand dans le monde. "En suivant le génome, nous sommes en mesure d'obtenir des informations qui vont au-delà du simple fait de parler aux gens. Ils peuvent ne pas savoir quand ils ont été infectés ni où ils sont allés. Mais les données sur le génome sont beaucoup plus fiables", déclare le Dr Hodcraft. Surtout là où il y a un manque d'information, comme en Iran.

Liens mystérieux

Fin janvier, le Dr Hodcraft et l'équipe Nextstain ont commencé à remarquer un certain nombre d'échantillons, tous dotés de génomes extrêmement similaires, partageant souvent des mutations identiques, mais provenant de huit pays différents, dont l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine et les Pays-Bas.

En suivant la piste dans le temps, l'équipe n'a pas pu, dans un premier temps, déterminer d'où venait ce groupe de faux échantillons.

"Ils étaient très proches les uns des autres. C'était une surprise, car les gens semblaient n'avoir rien en commun. Mais nous avons découvert que plusieurs des échantillons australiens provenaient d'Iran", explique Hodcraft.

"C'était vraiment fort, parce qu'à l'époque nous n'avions pas d'échantillons provenant d'Iran. Mais cette découverte nous a permis de dire, avec une grande certitude, que tous ces échantillons avaient été infectés soit en Iran, soit par quelqu'un qui s'y était rendu récemment", raconte le scientifique. Le suivi du génome est un outil si puissant parce que le virus mute relativement peu souvent. Par conséquent, même quelques échantillons suffisent aux scientifiques pour comprendre comment le virus se propage dans toute une région.

Crédit photo, AFP

En examinant ces échantillons provenant d'Iran, comme des frères et sœurs et des cousins dans un arbre généalogique, l'équipe de Nextstrain a pu conclure que non seulement ces échantillons provenaient tous d'une seule transmission originale en Iran, mais que l'épidémie entière en Iran était aussi très probablement issue de cette même transmission unique.

Les traceurs de contact sur le terrain ont depuis attribué la principale épidémie en Iran à la ville sainte de Qom. Visitée quotidiennement par des milliers de pélerins, le virus s'est propagé de Qom à toutes les provinces iraniennes en moins de deux semaines.

Grâce à la recherche des contacts et au suivi à distance du génome, les scientifiques ont révélé la vitesse réelle avec laquelle le Covid-19 s'est répandu dans le monde. Cependant, malgré toutes les découvertes des six derniers mois, les experts restent incapables de prédire quand et où le virus frappera la prochaine fois.

Lorsqu'il s'agit de contenir le Covid-19, un énorme problème subsiste : la capacité unique du virus à se déplacer dans une population déclenchant parfois une maladie mortelle, mais plus souvent, causant des symptômes légers, voire inexistants.

Il est très difficile d'enquêter sur la propagation silencieuse du Covid-19 chez des personnes ne présentant aucun symptôme. Cependant, un minuscule village rural du nord de l'Italie a fourni une pièce importante du puzzle.

Une menace invisible

Crédit photo, Getty Images

La première mort de Covid-19 en Italie a eu lieu, non pas dans l'une de ses nombreuses villes animées, mais dans le petit village isolé de Vo', dans la région de Vento. Abritant environ 3 000 personnes, Vo' se trouve au pied des collines euganéennes, un parc national à moins d'une heure de Venise.

Dès l'annonce du premier décès dans le pays le 21 février, les autorités locales ont pris la décision de boucler tout le village et ont commencé à effectuer des prélèvements répétés sur tous les habitants, qu'ils présentent ou non des symptômes. Sur le plan scientifique, cela est unique, plusieurs milliers de personnes ayant subi des tests répétés alors qu'elles vivaient en confinement.

L'enquête a été menée par le microbiologiste local, le professeur associé Enrico Lavezzo. Il explique que la découverte la plus importante de leur étude a été ce qu'il appelle la "propagation silencieuse" du virus : la proportion étonnamment élevée de personnes testées positives, mais qui présentaient des symptômes légers ou nuls.

"Plus de 40% des personnes porteuses du virus n'étaient même pas conscientes qu'elles pouvaient infecter d'autres personnes. C'est un énorme problème pour contenir une telle maladie infectieuse", déclare le professeur Lavezzo.

"La plupart des personnes symptomatiques resteront chez elles, mais la plupart des personnes asymptomatiques se comporteront normalement. Elles sortiront, rencontreront des gens, entreront en contact étroit avec d'autres personnes - sans même savoir qu'elles peuvent transmettre le virus", explique-t-il.

Le groupe de M. Lavezzo a été l'un des premiers à établir l'ampleur du problème des cas asymptomatiques. Depuis, d'autres études ont établi des estimations allant jusqu'à 70 %.

L'autre découverte surprenante de l'enquête italienne est que, sur 3 000 villageois, pas un seul enfant de moins de 10 ans n'a été testé positif.

"Nous ne disons pas que les enfants ne peuvent pas être infectés. D'autres études l'ont démontré. Mais le fait qu'au moins une douzaine d'entre eux vivaient avec des personnes infectées, mais n'étaient pas eux-mêmes infectés est étrange et doit faire l'objet d'une enquête plus approfondie", déclare le professeur Lavezzo.

La principale raison pour laquelle le Covid-19 continue de progresser sans relâche est que, comparé à d'autres coronavirus, il semble capable de d'infecter un grand nombre de personnes, qui aident involontairement le virus à se propager encore plus.

Mais pourquoi le Covid-19 est-il si unique dans sa capacité à provoquer un si grand nombre de symptômes, allant d'une légère toux à des difficultés respiratoires potentiellement mortelles ? Et d'après les résultats du professeur Lavezzo, pourquoi les enfants seraient-ils moins touchés ?

Une combinaison mortelle

Les scientifiques ont découvert que le virus ne peut pénétrer dans le corps humain que d'une seule manière, en se fixant sur des récepteurs spécifiques situés à la surface des cellules humaines, appelés ACE-2. Le laboratoire du professeur Michael Farzan a été le premier à découvrir le récepteur ACE-2, lors de l'épidémie de Sars en 2003.

Cependant, comme l'explique Michael, le problème avec l'ACE-2, c'est qu'il existe dans tout le corps, dans le nez, les poumons, les intestins, et même le cœur, les reins et le cerveau.

Cette vaste propagation de l'ECA-2 est la raison pour laquelle la Covid-19 provoque un si large éventail de symptômes. Cela va d'une infection du nez, qui entraîne une perte de l'odorat, à une inflammation des poumons, qui provoque une forte toux.

En général, la plupart des virus se propagent ou peuvent provoquer une maladie grave. La Covid-19 est plus dangereuse car elle fait les deux.

En infectant les voies respiratoires supérieures, le nez et les poumons supérieurs, l'inflammation provoque une toux et des éternuements, qui propagent rapidement la maladie. Par ailleurs, l'infection des voies respiratoires inférieures peut entraîner des problèmes respiratoires graves, voire mortels.

On ne sait toujours pas si les enfants sont plus ou moins susceptibles de transmettre le virus que les adultes.

Selon le professeur Farzan, les scientifiques ont maintenant la preuve que les enfants, qui représentent moins de 2 % des cas, ont moins de récepteurs ECA-2 dans leurs poumons inférieurs que les adultes.

"Cela signifie que les enfants seront moins sujets à la maladie, du moins au type de pneumonie grave que les adultes ont connue", explique le professeur Farzan.

Cependant, ils ont toujours un nombre élevé de récepteurs dans leurs poumons supérieurs, explique-t-il.

"Ils seront toujours capables de transmettre le virus à d'autres personnes, car ces voies respiratoires supérieures sont vraiment importantes pour que le virus passe à la personne suivante", ajoute le professeur Farzan.

C'est grâce à l'efficacité dévastatrice avec laquelle le virus se multiplie et se déplace que, malgré six mois d'enquête et de découvertes scientifiques, les scientifiques pensent que la seule façon de mettre véritablement fin à la pandémie - et d'éviter de futures vagues du virus - est un vaccin préventif.

La course au vaccin

Crédit photo, AFP

Il y a actuellement 124 groupes différents de chercheurs qui cherchent à devenir la première équipe à développer un vaccin contre la Covid-19.

Le professeur Jorge Kalil, directeur médical de l'université de Sao Paulo, dirige l'un des rares essais en cours au Brésil - un pays paralysé par le coronavirus, mais dont le président, Jair Bolsonaro, continue d'assister à des rassemblements anti-confinement, bien que les autorités régionales ordonnent des mesures de restriction dans la plupart des grandes villes du pays. En réponse à certains groupes qui affirment qu'un vaccin pourrait être prêt dès septembre, la fabrication et la distribution prenant ensuite 12 à 18 mois supplémentaires, Kalil reste sceptique. Il affirme qu'il s'agit de rester rigoureux - et non de se précipiter pour être les premiers.

"Nous devons aller aussi vite que possible. Mais je ne pense pas que le premier arrivé sera le gagnant. Ce n'est pas une course de voitures. Le vainqueur sera le meilleur vaccin, celui qui fonctionne pour le plus grand nombre de personnes - idéalement 90 % - et qui arrête à la fois les symptômes et la transmission", déclare le professeur Kalil.

Kalil pense que pour mettre véritablement fin à la pandémie, le monde a besoin d'un vaccin qui fonctionne pour les personnes âgées et celles qui souffrent de maladies chroniques. Selon lui, ce sont ces personnes qui auront le plus de mal à développer des anticorps, le mécanisme de défense naturel de notre corps en réponse à un vaccin ou à une infection. Ainsi, à moins qu'un vaccin ne fonctionne pour la majorité des gens, y compris les plus vulnérables, il pense que la Covid-19 continuera de se propager.

Il pense également qu'il est impératif que tous les pays puissent avoir accès à un vaccin, afin de prévenir les futures vagues d'épidémie.

"Le problème, c'est l'argent et la politique. Ici à Sao Paulo [Brésil], les riches s'isolent dans leurs belles maisons, mais une famille modeste peut être composée de huit, neuf ou dix personnes qui partagent une seule pièce. Comment sont-ils censés s'isoler ? Pour en finir vraiment , nous avons besoin d'un très bon vaccin. Il n'y a pas d'autre solution", affirme-t-il.

Crédits

Reporter - Claire Pressavec - Bugyeong Jung

Illustrations - Charlie Newland

Graphiques - Zoe Bartholomew, Daniel Dunford, Dominic Bailey, Alison Trowsdale

Rédacteurs - Ben Allen et Jacky Martens

Merci à Victoria Lindrea, Courtney Tims, Angelo Attanasio, Juliana Gragnani et Woongbee Lee