Coronavirus : Les utilisateurs de médias sociaux sont plus susceptibles de croire à des conspirations

Théorie du complot Copyright de l’image Getty Images
Image caption Théorie du complot

De l'idée que le coronavirus a été créé dans un laboratoire à la croyance que tout cela fait partie d'un plan visant à introduire des vaccinations obligatoires, les théories du complot ont été nombreuses ces derniers mois.

Aujourd'hui, les recherches indiquent que les personnes qui tirent leurs informations des médias sociaux sont plus susceptibles de croire à ces théories - et aussi plus susceptibles de s'opposer au confinement.

Les chercheurs du King's College London et d'Ipsos Mori ont découvert qu'une proportion assez élevée de la population croient à certaines théories du complot.

Dans un sondage en ligne réalisé fin mai auprès de plus de 2 000 personnes, 30 % des personnes interrogées pensaient que le coronavirus avait été créé dans un laboratoire, contre 25 % en avril.

Lire aussi : Des solutions africaines à la crise du coronavirus

Une proportion similaire pensait que le véritable nombre de morts de Covid-19 était caché par les autorités.

Environ 13 % des personnes interrogées pensent que la pandémie fait partie d'un effort mondial pour obliger tout le monde à se faire vacciner, et 8 % pensent qu'il existe un lien entre les symptômes et les radiations des antennes-relais 5G.

Dans un article de la revue Psychological Medicine, les chercheurs du King's College ont décrit comment les personnes qui croyaient aux théories du complot avaient tendance à être plus dépendantes des médias sociaux pour s'informer et étaient moins susceptibles de suivre les conseils officiels en matière de santé.

Lire aussi : Les bureaux seront-ils sûrs pour un retour au travail ?

Quelque 60% de ceux qui pensent que les symptômes du Covid-19 sont liés aux radiations 5G ont déclaré qu'une grande partie de leurs informations sur le virus provenaient de YouTube - alors que parmi ceux qui pensent que c'est faux, seuls 14% ont déclaré dépendre du site.

Les personnes qui ont ignoré les conseils officiels et sont sorties malgré les symptômes du virus sont également beaucoup plus susceptibles d'avoir compté sur YouTube pour obtenir des informations.

"Ce n'est pas surprenant, étant donné qu'une grande partie des informations diffusées sur les médias sociaux sont trompeuses ou carrément erronées", a déclaré le Dr Daniel Allington.

Lire aussi : L'intelligence artificielle en Afrique: 'j'ai appris à un bot à lire les sms de ma mère"

L'accès à des informations de qualité est d'autant plus important que les mesures de confinement ont été assouplies et que les gens doivent prendre leurs propres décisions sur ce qui est sûr ou non.

Selon l'enquête, les programmes de télévision et de radio sont le principal moyen d'information sur le virus, suivis par les journaux et les magazines.

Mais 45 % des 16-24 ans ont déclaré qu'ils obtenaient une grande partie de leurs informations sur YouTube, tandis que près de 40 % des moins de 35 ans ont déclaré que Facebook était une source importante pour eux.

Les allégeances politiques ont également joué un rôle dans le fait que les gens croient ou non aux théories du complot : 39 % des électeurs conservateurs pensent que le coronavirus a probablement été créé dans un laboratoire, contre 23 % des électeurs travaillistes.

Lire aussi : Coronavirus : Qu'est-ce qu'une récession ?

Mais les électeurs travaillistes étaient deux fois plus susceptibles que les conservateurs de penser que le nombre de morts était délibérément dissimulé par les autorités.

Facebook, YouTube et Twitter ont tous défini des politiques pour tenter de lutter contre la désinformation sur le virus.

Certains des théoriciens du complot les plus extrémistes se sont vus interdire l'accès à un certain nombre de plateformes, mais si vous cherchez le "coronavirus 5G" sur l'un des grands sites de médias sociaux, vous trouverez toujours une mine de matériel relatif à la théorie de conspiration.

Ce rapport suggère que cette marée de rumeurs et de désinformation continue à représenter un défi pour un gouvernement qui tente de persuader les gens de limiter les comportements à risque et de contrôler la propagation du virus.

Lire plus