Des cinéastes nigérianes risquent la prison pour avoir produit un film sur le lesbianisme

La photo de couverture du film IFE montrant deux femmes en face l'une de l'autre
Légende image,

La photo de couverture du film IFE montrant deux femmes en face l'une de l'autre

Le conseil du film au Nigeria, où les relations homosexuelles sont interdites, affirme que le film viole des lois strictes sur l'homosexualité.

Deux cinéastes nigérians risquent l'emprisonnement s'ils outrepassent l'avertissement sévère des autorités et s'ils tentent de poursuivre la diffusion d'un film sur une relation lesbienne.

Une crise est née entre les autorités de régulation de... Nigerian Film and Video Censors Board (NFVCB)... et les producteurs de IFE.

La productrice Pamela Adie et le réalisateur Uyaiedu Ikpe-Etim sont déterminés à ce queIfe (qui signifie "amour" en langue yoruba) atteigne un public nigérian, mais le NFVCB déclare qu'il ne sera pas approuvé car il viole les lois strictes du pays sur l'homosexualité.

Première internationale

Pour contourner ce problème, les cinéastes prévoient une sortie surprise en ligne pour prendre au dépourvu les régulateurs. Le NFVCB, cependant, surveille assidûment toutes les plateformes numériques pour empêcher la sortie du film .

Selon le patron du NFVCB, Adebayo Thomas, Adie et Ikpe-Etim pourraient être emprisonnés pour avoir promu l'homosexualité dans un pays où les relations homosexuelles sont interdites et peuvent être condamnées à 14 ans de prison.

Les deux cinéastes comptent organiser une projection privée dans la capitale commerciale, Lagos, à la fin du mois, pour laquelle ils estiment ne pas avoir besoin d'obtenir d'autorisation.

IFE sera également présenté en première internationale au Canada en octobre.

Pamela Adie a déclaré que le but du film était de montrer une image exacte des femmes lesbiennes et bisexuelles dans les films nigérians.

Si une femme lesbienne apparaît dans un film standard de Nollywood, elle est souvent dépeinte comme étant possédée, influencée par de mauvais amis ou forcée à l'homosexualité et ayant toujours besoin d'être "sauvée", a-t-elle déclaré à la BBC.

"On voit rarement des histoires sur les personnes LGBT, en particulier sur les femmes homosexuelles qui parlent des réalités de notre vie.

"IFE a été créé pour combler le fossé et pour faire avancer la conversation au Nigeria", a-t-elle signalé.

A lire aussi :

Légende image,

Uzoamaka Aniunoh (G) et Cindy Amadi (D), vues ici sur le plateau, jouent les deux femmes qui tombent amoureuses

Faire son coming out à une mère nigériane

Ife est l'histoire de deux femmes qui tombent amoureuses alors qu'elles passent trois jours ensemble. Elles "font ensuite tester leur amour par les réalités d'une relation homosexuelle dans un pays comme le Nigeria", selon la publicité du film.

Si l'on en croit la bande-annonce de juillet dernier où le sexe est évoqué mais pas réellement montré, Ife repousse certainement les limites de la narration de l'histoire LGBT selon les normes du cinéma nigérian.

Dans un plan, les deux protagonistes, Ife et Adaora, sont au lit et parlent de l'amour et des défis auxquels sont confrontés les LGBT, notamment au sein de leur famille.

Leur conversation constitue la colonne vertébrale du film.

"J'en ai d'abord parlé à ma mère, j'ai mis une semaine à l'accepter", dit Ife, interprétée par Uzoamaka Aniunoh, en parlant de révéler qu'elle était lesbienne.

Adaora est jouée par Cindy Amadi.

"Est-il trop tôt pour dire que je pourrais être amoureuse de toi ?" demande Adaora en se faisant un câlin.

"Nous sommes lesbiennes, c'est le moment idéal", répond Ife.

La pratique homosexuelle n'est quasiment pas tolérée en Afrique

L'homosexualité est une question extrêmement controversée dans de nombreuses régions d'Afrique et le Nigeria n'est pas différent.

C'est une société très religieuse et traditionnelle et ses organisations chrétiennes et musulmanes influentes s'opposent à l'homosexualité.

En conséquence, le Nigéria est l'un des 30 pays du continent où l'homosexualité est criminalisée.

La législation interdisant les relations homosexuelles a été adoptée en 2014 et s'appuie sur l'interdiction de la sodomie à l'époque coloniale. La police nigériane a pris des mesures de répression à l'encontre des personnes soupçonnées d'homosexualité, obligeant la plupart d'entre elles à se cacher.

Le sentiment d'être mis à l'écart et la nécessité de remettre en question les croyances selon lesquelles l'homosexualité est immorale sont les raisons qui ont poussé le réalisateur Ikpe-Etim à se lancer dans ce projet.

"Jusqu'à présent, on nous a raconté des histoires à sens unique. Ce que nous faisons avec ce film, c'est normaliser l'expérience homosexuelle, nous normalisons la romance LGBT.

"Il va commencer à effacer la honte à laquelle les femmes LGBT (lesbiennes, bisexuelles et transgenres) sont confrontées", a-t-elle déclaré à la BBC.

La communauté LGBT en Afrique se fait de plus en plus entendre et est de plus en plus visible, grâce à Internet qui offre un espace pour les films, les talk-shows et les sites web.

Mais cela n'a pas empêché les cinéastes d'avoir des ennuis avec les autorités.

A lire aussi :

Le responsable du NFVCB a déclaré qu'il n'y avait pas d'espace pour Ife ou d'autres films homosexuels au Nigeria, citant la loi.

"Il existe une loi permanente qui interdit l'homosexualité, que ce soit dans la pratique ou dans un film ou même dans un théâtre ou sur une scène. Si le contenu provient du Nigeria, il doit être censuré", a déclaré M. Thomas à la BBC.

Il a ajouté que quelle que soit la plateforme, "tant que le contenu est nigérian et qu'il raconte une histoire nigériane, alors nous avons le droit de le faire".

Mais il n'y a pas de projet de projection à grande échelle d'Ife dans les cinémas nigérians ou de vente du DVD, car les producteurs veulent le rendre disponible en ligne sous forme de paiement à la demande.

Mais même cela leur causera des problèmes avec les autorités de régulation.

Accroître l'acceptation des personnes LGBT à travers le cinéma

C'est également le destin de Rafiki, premier film kenyan sur une relation lesbienne, qui a été le premier film d'un pays de l'Afrique de l'Est à être présenté en première au festival de Cannes et à recevoir une nomination aux Oscars.

Inxeba/The Wound, un film sud-africain sur une relation entre deux hommes dans le cadre du rituel d'initiation Xhosa, a également été interdit dans les grands cinémas sud-africains en 2018.

Malgré ces revers, certains membres de la communauté LGBT en Afrique affirment qu'ils gagnent progressivement en confiance et en acceptation et établissent un lien avec la visibilité accrue dans les films et la littérature qui encouragent une plus grande tolérance parmi les jeunes générations.

Une enquête menée en 2019 sur les attitudes au Nigeria a montré une augmentation de l'acceptation des personnes LGBT - bien que la balance penche toujours en leur défaveur.

Vous pouvez aussi regarder :

Légende vidéo,

Nigerian LGBT women speak out: 'We shouldn't be written out of history.'

Quelque 60 % des Nigérians interrogés ont déclaré qu'ils n'accepteraient pas un membre de leur famille qui serait LGBTQ, mais ce chiffre est nettement inférieur aux 83 % qui se sont mis dans cette catégorie en 2017.

La nécessité d'un changement supplémentaire est la raison pour laquelle des personnes comme Ikpe-Etim veulent continuer à raconter les histoires de la communauté LGBT.

"En tant que membre d'un groupe sous-représenté, vous êtes constamment à la merci de personnes qui ne comprennent pas ce que signifie être homosexuel.

"Je savais que si je voulais que la société considère les personnes LGBT sous un autre angle, je devais raconter toute l'histoire", a-t-elle déclaré.