Coronavirus : quels sont les progrès réalisés en matière de traitement ?

  • Par James Gallagher
  • Correspondant santé et science
Une femme sur un lit d'hôpital

Crédit photo, Getty Images

Des essais à travers le monde tentent d'identifier des traitements pour les personnes atteintes de formes grave de Covid-19.

Les premiers médicaments qui font une différence sont en cours d'identification.

Quels sont les travaux en cours pour trouver des traitements ?

Plus de 150 médicaments différents font l'objet de recherches dans différents pays. La plupart sont des médicaments existants qui sont testés contre le virus.

  • Le Royaume-Uni mène le plus grand essai clinique au monde, appelé Recovery, auquel participent plus de 12 000 patients - c'est l'un des rares essais à avoir donné un avis définitif sur les médicaments qui fonctionnent et ceux qui ne fonctionnent pas
  • L'Organisation mondiale de la santé (OMS) mène l'essai Solidarité pour évaluer les traitements prometteurs dans les pays du monde entier
  • De nombreuses entreprises pharmaceutiques procèdent à des essais de leurs propres médicaments

Trois grandes approches sont à l'étude :

  • Médicaments antiviraux qui affectent directement la capacité du coronavirus à se développer dans l'organisme
  • Médicaments qui calment le système immunitaire (le Covid-19 grave est causé par une réaction excessive du système immunitaire des patients qui endommage l'organisme)
  • Les anticorps qui peuvent cibler le virus, prélevés dans le plasma sanguin des survivants ou fabriqués en laboratoire

Il est possible que différents médicaments fonctionnent mieux à différents stades, comme les antiviraux au début et les médicaments immunitaires dans les maladies à un stade avancé. Des combinaisons de thérapies seront également étudiées.

Les seuls médicaments qui sauvent des vies

De tous les médicaments testés, seuls les stéroïdes ont prouvé qu'ils pouvaient sauver des vies et cette découverte a constitué une avancée significative dans la lutte contre le coronavirus.

L'essai Recovery du Royaume-Uni a montré que le stéroïde dexaméthasone réduisait le risque de décès d'un tiers pour les patients sous respirateur et d'un cinquième pour ceux sous oxygène.

Et d'autres données suggèrent qu'un autre stéroïde, l'hydrocortisone, est également efficace.

Tous deux calment l'inflammation (qui fait partie de la réponse immunitaire) dans l'organisme, qui peut devenir dommageable dans les cas graves.Et surtout, il est bon marché, ce qui signifie qu'il pourrait être utilisé partout dans le monde.

Cependant, le médicament n'agit pas sur les personnes présentant des symptômes moins graves.

Les médicaments contre le VIH peuvent-ils traiter le coronavirus ?

Non.

Une paire de médicaments appelée lopinavir et ritonavir sont des médicaments antiviraux qui empêchent le VIH de se répliquer.

On en a beaucoup parlé et même les premières études de laboratoire ont laissé entendre qu'ils pourraient aussi être efficaces contre le coronavirus.

Cependant, l'essai Recovery du Royaume-Uni a montré qu'ils étaient inefficaces et l'OMS a également retiré les médicaments de son essai Solidarity.

Les médicaments contre le paludisme peuvent-ils arrêter le coronavirus ?

C'est un autre non.

La chloroquine, et le médicament qui lui est associé, l'hydroxychloroquine, peuvent avoir des propriétés antivirales et immuno-calmantes.

Ces médicaments ont été mis en avant comme des thérapies potentielles contre le coronavirus, en grande partie à cause des déclarations du président Trump, et parce que les premiers tests de laboratoire ont montré qu'ils pouvaient inhiber le coronavirus.

Légende vidéo,

Africa Eye : coronavirus en Sierra Leone - la maison pour seul refuge

Cependant, l'essai Recovery du Royaume-Uni a révélé que l'hydroxychloroquine ne fonctionne pas comme traitement pour le Covid-19 et l'OMS a cessé d'essayer le médicament.

Le sang des survivants peut-il traiter le coronavirus ?

Les personnes qui survivent à une infection doivent avoir des anticorps dans leur sang qui peuvent attaquer le virus.

Le plasma sanguin (la partie qui contient les anticorps) peut être extrait des personnes qui ont guéri et ensuite donné aux patients malades comme "plasma de convalescence".

On espère que la transfusion de plasma à des patients gravement malades peut aider le système immunitaire en difficulté.

Cette thérapie est actuellement testée au Royaume-Uni et aux États-Unis, entre autres pays. Deux essais distincts sont actuellement en cours au Royaume-Uni.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a donné une autorisation d'urgence pour l'utilisation du plasma pour traiter les patients atteints de coronavirus, sur la base des résultats prometteurs des premiers essais - bien que certains experts disent qu'il est trop tôt pour connaître l'efficacité du traitement.

A regarder aussi :

Légende vidéo,

Coronavirus : l'impact de la pandémie sur les musiciens - Alain Rodrigue Oyono, saxophoniste attitré de Youssou Ndour

Combien de temps avant d'avoir un remède ?

Nous n'obtiendrons peut-être jamais de "remède" pour le coronavirus. Nous n'en avons pas pour la grippe, le rhume ou d'autres infections similaires.

Cependant, il existe aujourd'hui un traitement qui fonctionne et d'autres qui semblent prometteurs.

Les médecins testent des médicaments qui ont déjà été mis au point et dont on sait qu'ils sont suffisamment sûrs pour être utilisés, de sorte que l'on peut s'attendre à d'autres résultats d'essais dans un avenir relativement proche.

Cela contraste avec les essais de vaccins (qui protègent contre l'infection plutôt que de la traiter) où les chercheurs partent de zéro.

Certains médicaments expérimentaux totalement nouveaux contre le coronavirus sont également testés en laboratoire, mais ne sont pas encore prêts pour des essais sur l'homme.

Légende vidéo,

Coronavirus : le boom des services de livraison au Sénégal

Pourquoi avons-nous besoin d'un traitement ?

La raison la plus évidente de vouloir un traitement est qu'il sauvera des vies, mais il pourrait aussi permettre de lever des restrictions telles que le confinement et la distanciation sociale.

Un traitement efficace permettrait, en substance, de rendre la maladie moins grave.

Si cela empêchait les personnes admises à l'hôpital d'avoir besoin d'une ventilation, il y aurait moins de risque que les unités de soins intensifs soient débordées, de sorte que les contrôles sur la vie des personnes n'auraient pas besoin d'être aussi stricts.