Coronavirus : Singapour offre un "bonus pandémie" pour stimuler les naissances

Singapour offre un paiement unique pour encourager les gens à avoir un bébé.

Singapour offre un paiement pour encourager les gens à avoir des bébés pendant la pandémie de coronavirus.

L'inquiétude est que les citoyens remettent à plus tard la parentalité alors qu'ils sont confrontés à des difficultés financières et à des licenciements.

Les détails du montant qui pourrait être versé n'ont pas encore été dévoilés. Il s'ajoute à plusieurs primes importantes pour les bébés offertes par le gouvernement.

Singapour a l'un des taux de natalité les plus bas du monde, qu'elle s'efforce de stimuler depuis des décennies.

Le contraste est frappant avec certains de ses voisins, comme l'Indonésie et les Philippines, qui sont confrontés à la perspective d'une hausse massive du nombre de grossesses en raison de leurs verrouillages de coronavirus.

Certains de nos articles les plus lus:

"Nous avons reçu des informations selon lesquelles le Covid-19 a incité certains aspirants parents à reporter leurs projets de parentalité", a déclaré lundi le vice-premier ministre de Singapour, Heng Swee Keat.

Il a indiqué que les détails concernant les montants et les modalités de paiement seraient annoncés ultérieurement.

Le système actuel de prime à la naissance de Singapour offre aux parents éligibles jusqu'à 10 000 dollars singapouriens (7 330 dollars) de prestations.

Le taux de fertilité de Singapour a atteint son niveau le plus bas depuis huit ans en 2018, selon les données du gouvernement, avec un taux de 1,14 naissance par femme.

De nombreux pays asiatiques sont confrontés à un problème similaire de baisse des taux de fécondité, qui pourrait s'aggraver pendant le ralentissement de la pandémie.

Au début de cette année, le taux de natalité de la Chine est tombé à son plus bas niveau depuis la formation de la République populaire de Chine il y a 70 ans.

Et ce, malgré l'assouplissement de la politique de l'enfant unique, très critiquée.

Coronavirus et grossesse:

Baby boom

Mais certains des voisins de Singapour sont confrontés au problème inverse.

Aux Philippines, on prévoit une augmentation de près de la moitié des grossesses non désirées, soit 2,6 millions, si les restrictions de mouvement induites par le Covid 19 sont maintenues jusqu'à la fin de l'année, selon le Fonds des Nations unies pour la population.

"Ces chiffres sont une épidémie en soi", a déclaré le mois dernier Aimee Santos, porte-parole de l'agence des Nations unies aux Philippines.

Les Philippines ont la deuxième plus forte population d'Asie du Sud-Est, avec 108,4 millions d'habitants. Elle connaît l'une des pires épidémies de virus de la région avec plus de 307 000 infections.

"Ces questions des femmes et des enfants sont restées largement invisibles pendant la pandémie. Il est temps de les mettre au premier plan", a déclaré le mois dernier la sénatrice Risa Hontiveros, présidente de la commission des femmes de la Chambre des représentants.

Elle a soutenu les appels en faveur d'un plus grand nombre de femmes dans le groupe de travail national contre l'épidémie de coronavirus.

Sujets divers sur le coronavirus: