Ces technologies qui pourraient transformer le vieillissement

Un robot nommé Pepper a été conçu pour interagir avec les personnes âgées
Légende image,

Un robot nommé Pepper a été conçu pour interagir avec les personnes âgées

Au début de l'été, Paula Tinkler était prête à donner une nouvelle orientation à sa carrière. Ce n'est peut-être pas inhabituel, mais la rapidité avec laquelle elle a pu faire la transition l'est.

En l'espace d'une semaine, elle a assisté un soignant à Workington, en Angleterre. Un mois plus tard, elle travaillait elle-même comme aide-soignante.

Non seulement sa formation a été rapide, mais elle s'est également déroulée entièrement chez elle.

"J'ai commencé le processus de recrutement par e-mail et j'ai effectué mon évaluation en ligne, qui a été suivie d'un entretien et d'une formation entièrement numérique", dit-elle.

Elle l'a fait par l'intermédiaire d'une société britannique appelée Cera Care, un "prestataire de soins à la pointe de la technologie" qui ne possède ni ne gère aucun centre de soins.

Elle permet aux familles d'organiser et de gérer les soins à domicile pour leurs proches en utilisant une plate-forme numérique qui trouve des clients compatibles avec un groupe de soignants disponibles.

Il utilise également Uber pour transporter les patients vers les hôpitaux pour leurs rendez-vous et un service de livraison à la demande pour aller chercher les ordonnances des clients dans les pharmacies.

L'entreprise a recueilli plus de 100 millions de dollars d'investissements depuis sa création en 2016 et effectue environ un demi-million de visites à domicile chaque mois, y compris chez Tinkler.

Des modèles nouveaux et agiles comme celui-ci pourraient devenir une nécessité dans les années à venir. Près d'un citoyen de l'UE sur cinq a plus de 65 ans, un chiffre qui devrait augmenter rapidement ces prochaines décennies. On observe un modèle similaire dans le monde entier. La population mondiale des plus de 60 ans a doublé depuis 1980 pour atteindre environ un milliard d'habitants. Elle doublera encore d'ici 2050.

Face à ce défi imminent, de nouveaux modèles devront être conçus pour permettre aux personnes âgées de mener une vie saine et indépendante. Et Cera Care est loin d'être la seule entreprise à développer des technologies d'assistance qui peuvent permettre aux personnes âgées de vivre de manière autonome et saine.

Légende image,

Avec le vieillissement de la population mondiale, qui exerce une pression sur les maisons de soins, les services de soins à domicile pourraient devenir plus répandus

Les appareils auditifs haut de gamme, par exemple, comportent désormais un dispositif de détection des chutes comme élément de sécurité. Un sous-vêtement orné de capteurs a été la clé de la fonctionnalité d'Alfred, un majordome virtuel développé par l'UE pour s'occuper des personnes âgées et les guider dans les tâches quotidiennes d'équilibre et d'exercice.

Le Lean Empowering Assistant ou Lea, quant à lui, est un robot marcheur qui sert également d'assistant virtuel et même de partenaire de danse.

Le grisonnement global

La nécessité de tout cela est bien sûr sous-tendue par le fait que nous vieillissons.

"Une personne sur trois née aujourd'hui vivra jusqu'à 100 ans", déclare Ben Maruthappu, directeur général et cofondateur de Cera Care. Pour l'industrie, le défi est qu'à mesure que le marché se développe, la main-d'œuvre devient limitée. La demande est supérieure à l'offre - nous n'avons pas assez de maisons de soins pour tout le monde".

De plus, la plupart des gens préfèrent recevoir des soins à domicile plutôt que de changer de résidence.

Cera a également mis au point Martha, une assistante virtuelle qui aide les soignants dans leur travail quotidien. "Martha a évolué pour répondre aux besoins de nos clients et du personnel soignant", dit Maruthappu.

"Au départ, c'était un chatbot auquel les soignants pouvaient s'adresser pour obtenir des conseils. Aujourd'hui, nous avons une interface qui fournit des conseils et des recommandations aux soignants, sur la base d'informations recueillies précédemment sur les clients qu'ils soignent".

Légende image,

Diverses nouvelles technologies - y compris des robots - ont été développées pour aider les gens à bien vieillir

En 2019, l'entreprise s'est associée à IBM pour tester l'installation de capteurs Lidar - plus souvent présents sur les véhicules à moteur - au domicile des personnes. Ces capteurs recueillent des données sur les mouvements des résidents et, surtout, peuvent alerter les soignants en cas de chute. "Il s'agit d'une assistance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et non pas seulement lorsque les soignants sont là", explique M. Maruthappu.

L'objectif global de Cera, explique M. Maruthappu, est de prévoir et d'éviter les séjours à l'hôpital, la composante de soins qui nécessite le plus de ressources et qui contribue gravement à la morbidité.

Toutefois, des mises en garde ont été émises concernant l'utilisation de l'IA. En 2018, le Nuffield Council on Bioethics, un groupe consultatif médical indépendant, a publié une note d'information sur l'utilisation de l'IA dans la recherche et la médecine, notant le potentiel de réduction de la transparence dans les décisions cliniques, les préoccupations concernant la vie privée des patients et une possibilité accrue d'exclusion sociale.

Bien vieillir

Bien qu'il soit généralement admis que nous vivons plus longtemps, ce n'est qu'une partie de l'histoire. Si le nombre de personnes atteignant 80 ans a beaucoup augmenté au cours du siècle dernier, le nombre de personnes atteignant 90 ou 100 ans n'a pas augmenté dans les mêmes proportions.

La réalité est que si nous vivons plus longtemps, ces années supplémentaires ne sont pas nécessairement passées en bonne santé.

Légende image,

Le nombre de personnes atteignant 80 ans a beaucoup augmenté au cours du siècle dernier, mais le nombre atteignant 90 ans n'a pas augmenté

Avec l'augmentation de l'âge moyen de la population, nous serons de plus en plus nombreux à être préoccupés par les effets chroniques de l'arthrose, du diabète, de l'obésité, des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques, des maladies respiratoires et des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et le glaucome.

Si votre espérance de vie est le nombre total d'années que vous vivez, votre durée de vie est le nombre de celles qui sont passées sans maladie chronique.

Et l'espérance de vie est une chose que tout le monde souhaite ardemment prolonger. Dans sa stratégie industrielle pour 2019, le gouvernement britannique, par exemple, a lancé un "grand défi" consistant à ajouter cinq années de vie en bonne santé à chacun de ses citoyens d'ici 2035.

Pendant ce temps, l'entreprise de recherche biologique de Google ("California Life Company") a consacré les sept dernières années et 2 milliards de dollars à la recherche de traitements "qui permettent aux gens de vivre plus longtemps et en meilleure santé".

Légende image,

Malgré l'accent mis sur les solutions pharmaceutiques pour le vieillissement, certaines des meilleures stratégies comprennent des habitudes quotidiennes comme l'exercice physique

Une grande attention a été accordée aux solutions médicales à ce problème, par exemple des médicaments tels que la rapamycine et la metformine, connus sous le nom de sénolytiques, qui peuvent purger les cellules pathologiques et rajeunir le corps - chez les souris, au moins. Bien que, comme le souligne Judy Campisi - professeur de biogérontologie au Buck Institute for Research on Aging en Californie, aux États-Unis, et cofondatrice de la société de médicaments sénolytiques Unity -, il existe des options bien plus prosaïques.

"Optimiser le régime alimentaire, l'exercice et les interactions sociales aide beaucoup", dit-elle. "Fournir des défis intellectuels, un engagement ou d'autres activités mentales aide également".

Un point d'interrogation subsiste quant à savoir qui assurera cet engagement et cette interaction sociale. Puisque la population active totale se réduit par rapport aux retraités, il y aura moins de personnes disponibles pour payer les soins par leurs impôts - et moins de médecins, d'infirmières, de thérapeutes et de travailleurs sociaux pour fournir ces services directement. Le nombre de personnes dans le besoin augmentera même si les ressources et les budgets de santé se réduisent.

Légende image,

Les interactions sociales sont également importantes, et la technologie peut y contribuer

Pour assurer une vie digne aux personnes âgées, il faut donc trouver des moyens de faire plus avec peu. Il n'est pas étonnant que les gens se tournent vers la technologie pour prendre le relais.

Des compagnons mécaniques

Le prix 2018 du vieillissement intelligent, décerné par le groupe de réflexion britannique Nesta, a par exemple été attribué au norvégien Komp, une tablette à un bouton destinée aux personnes âgées.

Cette tablette est calquée sur les téléviseurs analogiques d'antan et offre un moyen simplifié de partager des photos et de passer des appels vidéo à la famille et aux amis.

Légende image,

Komp est une tablette modelée sur les télévisions analogiques d'antan, et offre un moyen simplifié de partager des photos et de passer des appels vidéo

Pour ceux qui ont besoin d'un contact plus régulier que le FaceTime occasionnel, les robots prêts à devenir votre meilleur ami ne manquent pas. Il y a Pepper, le petit androïde fabriqué par le groupe japonais SoftBank, qui a été vu en train de divertir les invités du club social Life 90 à Prague - "très stupide, mais très amusant", selon l'une des personnes présentes.

Un bébé phoque robotisé en peluche nommé Paro se trouve dans les centres de soins du monde entier, miaulant et se tortillant pendant que les personnes âgées le cajolent. L'improbable robot japonais (pour recharger ses batteries, il suce une sucette attachée) est conçu pour être une expérience thérapeutique pour les patients atteints de démence, dont beaucoup ne savent pas qu'ils tiennent un robot et non un bébé phoque vivant, se liant avec le robot comme si c'était un vrai animal.

Légende image,

Un robot nommé Pepper a été conçu pour interagir avec les personnes âgées

Et le projet Enrichme, financé par l'UE, a permis d'envoyer des robots Tiago, construits par l'entreprise espagnole Pal Robotics, dans les maisons de personnes âgées.

Ces grands droïdes qui se déplacent après avoir été chargés, leur rappelaient leurs rendez-vous et leurs horaires de prise de médicaments, effectuaient des exercices physiques et cherchaient les objets égarés. Mais leur compagnonnage était aussi apprécié que leur capacité à retrouver des clés perdues.

À la fin de l'expérience, les résidents ont pleuré la perte de leurs nouveaux amis, l'un d'eux a réorganisé ses meubles pour remplir l'espace vide laissé par le droïde.

Antonio Kung est le PDG de Trialogue, une entreprise de technologie d'innovation basée en France. En 2016, il a dirigé un projet de trois ans visant à développer des robots en collaboration avec des personnes âgées.

Les deux modèles étaient Buddy, un "compagnon émotionnel" mignon ; de la taille d'un chien, et Astro, un assistant de marche robuste presque aussi grand qu'une armoire d'arcade.

Les responsables du projet ont visité des maisons de soins et parlé aux résidents de la façon dont les robots pourraient mieux répondre à leurs besoins. "Nous voulions savoir si nous pouvions recueillir les réactions des utilisateurs et fournir un système plus proche de leurs attentes", explique M. Kung. "Curieusement, il n'y a pas grand-chose de fait pour l'instant à ce sujet."

Les recherches de Kung ont également laissé entrevoir les limites de ce qui peut être réalisé avec la technologie. Alors que les réactions à Astro étaient communes - le robot était trop gros, disaient-ils - Buddy était une autre affaire. "Ils voulaient des caractéristiques qu'un humain possède - mieux les comprendre, être plus fluide, avoir une conversation vocale qui fonctionne bien", dit Kung. "Ils voulaient qu'il soit plus humain".

En fin de compte, l'isolement social qu'un robot peut atténuer est limité. Ceux-ci ont leur place en tant que facilitateurs, dit Kung, mais au fond, ce sont toujours des jouets, même s'ils sont utiles. À son avis, le robot révolutionnaire pour les soins aux personnes âgées sera probablement une ramification d'un produit plus courant - un produit qui est assez bon pour que tout le monde en veuille un.

Légende image,

Le robot Tiago peut non seulement retrouver les clés perdues, mais aussi fournir de la compagnie

Même si, c'est le lien humain qui est au cœur de nos relations. "Je peux jurer, que j'aime absolument mon nouveau travail et qu'il est incroyablement gratifiant", déclare M. Tinkler.

"Moi-même et d'autres soignants de Cera Care dans cette région avons eu des voisins qui nous applaudissaient dans la rue, et nous sommes constamment arrêtés lors de visites par des personnes qui nous offrent des tasses de thé ou nous remercient. J'espère que cela inspirera d'autres personnes à faire carrière dans le domaine des soins".

Le besoin de personnes comme Tinkler n'a jamais été aussi accru. Les États-Unis devront recruter environ 2,3 millions de soignants d'ici 2025 pour répondre à la demande, tandis que l'Australie aura besoin de 100 000 personnes. D'autres pays développés sont confrontés à des pénuries similaires.

Une main-d'œuvre dotée de compétences techniques, formée en ligne et associée à des assistants virtuels, des médecins télé-présents, des maisons équipées de capteurs et des robots compagnons fiables est un avenir qui devient rapidement réalité.

Pour un monde qui vieillit rapidement, le plutôt serait le mieux pour un tel changement.