Joe Biden: les premiers décrets pour changer les politiques de Trump

Le président américain Joe Biden signe des documents après avoir prêté serment
Légende image,

Le président Biden a rapidement signé des décrets sur le coronavirus, le changement climatique et l'inégalité raciale

Le président américain Joe Biden a commencé à défaire certaines des politiques clés de Donald Trump, quelques heures après avoir prêté serment.

Dans ses premiers actes en tant que 46ème président des États-Unis, il a signé 15 décrets - les premiers à stimuler la réponse fédérale à la crise du coronavirus.

D'autres décrets ont inversé la position de l'administration Trump sur le changement climatique et l'immigration.

Le président Biden s'est mis au travail dans le Bureau ovale après avoir prêté serment plus tôt mercredi au Capitole américain.

A ne pas manquer sur BBC Afrique

L'investiture n'était pas comme les autres en raison des restrictions liées au coronavirus, et peu de personnes étaient présentes pour assister aux prestations de serments et autres cérémonies.

Donald Trump, qui n'a toujours pas officiellement cédé la présidence à M. Biden, a refusé d'assister à l'événement, contrairement à la tradition.

Légende image,

Le président Biden : "La démocratie est fragile, et à cette heure, mes amis, la démocratie l'a emporté"

Quels sont les décrets signés par Biden ?

"Il n'y a pas de temps à perdre lorsqu'il s'agit de s'attaquer aux crises auxquelles nous sommes confrontés", a tweeté le président Biden alors qu'il se rendait à la Maison-Blanche après son investiture.

Le président Biden "prendra des mesures - non seulement pour réparer les dommages les plus graves causés par l'administration Trump - mais aussi pour commencer à faire avancer notre pays", indique un communiqué détaillant ses décrets.

En ce qui concerne le coronavirus, une série de mesures seront prises pour lutter contre la pandémie qui a fait plus de 400 000 victimes aux États-Unis.

Il sera obligatoire de porter des masques et de pratiquer la distanciation sociale sur toutes les propriétés du gouvernement fédéral.

Un nouveau bureau sera mis en place pour coordonner la réponse à la pandémie et les États-Unis mettront un terme au processus - entamé par l'administration Trump - de retrait de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Légende image,

M. Biden veut vacciner 100 millions d'Américains dans les 100 premiers jours de son mandat

La décision de renouer avec l'OMS a été saluée par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui a déclaré qu'elle était "absolument essentielle" pour une réponse mondiale plus coordonnée, a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric.

M. Biden s'est également engagé à faire de la lutte contre le changement climatique une priorité absolue de son administration.

Il a signé un décret qui lance le processus de réintégration de l'accord de Paris sur le climat de 2015, dont M. Trump a officiellement retiré les États-Unis l'année dernière.

L'envoyé de M. Biden pour le climat, l'ancien secrétaire d'État américain John Kerry, a tweeté que cet engagement fixait "un plancher, pas un plafond" pour le leadership américain en matière de climat et a exhorté à la coopération internationale avant la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (Cop26) qui se tiendra à Glasgow en novembre.

M. Biden a également révoqué le permis présidentiel accordé au controversé pipeline Keystone XL, que les environnementalistes et les groupes amérindiens ont combattu pendant plus d'une décennie.

Cette décision sera discutée lors du premier appel téléphonique de M. Biden à un dirigeant étranger - le Premier ministre canadien Justin Trudeau - vendredi, a déclaré l'attachée de presse de la Maison Blanche Jen Psaki.

Légende image,

Le projet de pipeline Keystone XL a donné lieu à des années de protestations

L'oléoduc financé par le secteur privé - dont le coût est estimé à environ 8 milliards de dollars (5,8 milliards de livres sterling) - transporterait environ 830 000 barils de brut lourd par jour des sables bitumineux de l'Alberta, au Canada, vers le Nebraska.

Barack Obama a opposé son veto à un projet de loi approuvant la construction de l'oléoduc en 2015, mais la décision a été annulée par le président Trump.

En ce qui concerne l'immigration, M. Biden a révoqué la déclaration d'urgence de l'administration Trump qui avait contribué à financer la construction d'un mur le long de la frontière mexicaine et a également mis fin à l'interdiction de voyager dans certains pays à majorité musulmane.

D'autres ordonnances portent sur la race et l'égalité des sexes.

C'est la partie (relativement) facile

Joe Biden et son équipe présidentielle ont eu près de trois mois pour planifier ses premières actions dès sa prestation de serment. Donald Trump avait largement utilisé son autorité exécutive pour faire avancer de larges pans de son programme politique, de sorte que la manière dont Biden commencerait à défaire ces actions - et le moment où il le ferait - revêtirait une importance particulière.

Il n'a pas fallu longtemps pour que le nouveau président montre sa main. Il a notamment ciblé certaines des parties les plus controversées de l'agenda de Trump. L'administration Biden va également geler tous les règlements de dernière minute de Trump en attendant un examen plus approfondi.

L'action de l'exécutif est cependant la partie (relativement) facile. Pour que Biden puisse apporter des changements durables - des politiques qui ne peuvent être défait par les futurs présidents - il devra travailler avec le Congrès pour faire passer des lois sur des questions comme l'aide aux pandémies, la citoyenneté des migrants sans papiers, la réforme des soins de santé et la protection des droits de vote.

A lire aussi

Il a également refusé, pour l'instant, de prendre d'autres mesures exécutives, comme l'annulation de la dette des prêts étudiants, la levée des restrictions commerciales de M. Trump ou la promulgation de nouvelles mesures de justice pénale.

Avec les démocrates aux commandes à la Chambre des représentants et au Sénat, Biden dispose d'une fenêtre pour des réalisations, même s'il devra surmonter les obstacles procéduraux des républicains et maintenir son parti dans le droit chemin. Les décennies d'expérience du président en tant que législateur pourraient s'avérer utiles.

Lors de la première conférence de presse de la présidence Biden, il a été demandé à l'attachée de presse Jen Psaki si sa priorité était de promouvoir les intérêts du président Biden, ou de fournir "la vérité absolue".

Elle a déclaré qu'elle avait "un profond respect pour le rôle d'une presse libre et indépendante" et qu'elle se joindrait au président pour ramener "la transparence et la vérité au gouvernement".

Le président Trump - et ses attachés de presse - ont souvent eu des relations conflictuelles avec les médias.

Légende image,

La Maison Blanche a une nouvelle attachée de presse - Jen Psaki

Que s'est-il passé lors de l'inauguration ?

"La démocratie a prévalu", a déclaré le président Biden après avoir prêté serment avec le président de la Cour suprême John Roberts sur la scène devant le Capitole américain.

Livrant un message d'unité après les années turbulentes de Trump, il a promis d'être un président "pour tous les Américains" - y compris ceux qui ont voté contre lui.

Trois de ses prédécesseurs ont assisté à la cérémonie : Barack Obama - sous lequel M. Biden a été vice-président pendant huit ans - Bill Clinton et George W Bush, ainsi que le vice-président de M. Trump, Mike Pence.

Kamala Harris a prêté serment en tant que vice-président avant M. Biden. Elle est la première femme - et la première personne noire et asiatique-américaine - à occuper ce poste.

Légende image,

Kamala Harris a été assermenté par Sonia Sotomayor, juge à la Cour suprême

La sécurité de la cérémonie a été renforcée après que le Capitole américain ait été pris d'assaut par de violents manifestants pro-Trump le 6 janvier.

M. Biden et la première dame Jill Biden, ainsi que Mme Harris et son mari Doug Emhoff, ont ensuite marché sur Pennsylvania Avenue jusqu'à la Maison Blanche, pour saluer leurs amis et leurs partisans.

Légende image,

Le président Joe Biden et la première dame Jill Biden ont parcouru une partie de l'avenue de Pennsylvanie jusqu'à la Maison Blanche

La cérémonie d'inauguration comprenait des prestations musicales de Lady Gaga - qui a chanté l'hymne national - ainsi que de Jennifer Lopez et Garth Brooks.

Amanda Gorman, la toute première poétesse lauréate nationale de la jeunesse américaine, a récité son œuvre The Hill We Climb.

Légende image,

Amanda Gorman a déclamé son poème: la colline que nous gravissons

Un concert télévisé de 90 minutes en soirée intitulé "Celebrating America" a été organisé au Lincoln Memorial dans la ville. Animé par Tom Hanks, il mettait en vedette Bruce Springsteen, John Legend, Jon Bon Jovi, Justin Timberlake et Demi Lovato et s'est terminé par un spectaculaire feu d'artifice.

Qu'en est-il de Donald Trump ?

M. Trump a été le premier président à ne pas assister à l'investiture de son successeur depuis 1869. Il a quitté la Maison Blanche tôt mercredi et s'est rendu à la base aérienne d'Andrews, située à proximité.

Légende image,

Trump quitte la Maison Blanche pour la dernière fois en tant que président des Etats-Unis

Dans son discours d'adieu à la base, il a souligné ce qu'il considère comme les succès de sa présidence. "Ce que nous avons fait est extraordinaire à tous points de vue", a déclaré M. Trump.

L'homme de 74 ans est ensuite parti pour son club de golf de Mar-a-Lago en Floride, où il est arrivé plus tard dans la matinée.

Dans ses dernières heures de présidence....

A lire aussi

Le drame politique qui entoure M. Trump est loin d'être terminé. Le Sénat américain devrait bientôt le juger, après sa deuxième mise en accusation record par la Chambre des représentants pour avoir prétendument incité à l'émeute du Capitole.

Mardi, le leader républicain du Sénat, Mitch McConnell, a déclaré que la foule avait été provoquée par M. Trump et nourrie de mensonges.