Doit-on rémunérer les travaux ménagers des femmes au foyer?

  • Soutik Biswas
  • Correspondant en Inde
Une femme au foyer indienne lit un pamphlet électoral distribué par les partisans du Bharatiya Janata Party (BJP) devant sa maison lors d'un rassemblement de campagne à Mumbai le 10 avril 2014

Crédit photo, AFP

Légende image,

Un quart des hommes indiens sont engagés dans des tâches non rémunérées, contre quatre cinquièmes des femmes

Un nouveau parti politique indien, lancé par une star de cinéma, a promis des salaires aux femmes au foyer s'il accédait au pouvoir.

Un éminent parlementaire a salué l'idée, déclarant qu'elle permettrait de "monétiser les services des femmes au foyer, de renforcer leur pouvoir et leur autonomie" et de créer un revenu de base quasi universel.

C'est un débat passionnant, surtout à un moment où les femmes perdent du terrain dans le travail rémunéré.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

Partout dans le monde, les femmes consacrent du temps à des activités non rémunérées, allant d'un maximum de 345 minutes par jour en Irak à 168 minutes par jour à Taïwan, selon l'Organisation internationale du travail.

En moyenne, les hommes consacrent 83 minutes au travail de soins non rémunéré, tandis que les femmes y consacrent trois fois plus de temps, soit 265 minutes.

Les femmes au foyer devraient-elles donc être rémunérées pour les tâches ménagères largement ingrates ?

Les 160 millions de femmes au foyer en Inde, comme beaucoup de leurs homologues dans le reste du monde, nettoient, rangent, cuisinent, font la vaisselle et gèrent les finances de la famille.

A regarder :

Légende vidéo,

Des inondations historiques ont fait plus de 300 morts au sud de l'Inde ce vendredi.

Elles vont chercher de la nourriture, de l'eau et du bois de chauffage, et s'occupent des enfants et de leur belle-famille.

Elles consacrent 297 minutes par jour aux travaux domestiques, contre 31 minutes pour les hommes. Un quart des hommes sont occupés à des tâches non rémunérées, contre quatre cinquièmes des femmes.

Selon le juriste Gautam Bhatia, les travaux ménagers non rémunérés constituent un "travail forcé".

Arpan Tulsiyan, chercheur à l'université de Delhi, affirme qu'il est "important de reconnaître la valeur du travail domestique non rémunéré".

Ce que l'on sait moins, c'est que depuis plus d'un demi-siècle, les tribunaux indiens accordent en fait une compensation pour le travail non rémunéré effectué par les femmes au foyer. Mais seulement après leur mort.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

En Inde, les travaux ménagers ont toujours été considérés comme une responsabilité féminine

Prabha Kotiswaran, professeur de droit et de justice au King's College de Londres, a examiné environ 200 cas entre 1968 et 2021, déposés en vertu d'une loi indienne qui réglemente tous les véhicules de transport routier et impose des sanctions pour conduite imprudente, entre autres.

Elle a constaté que les tribunaux du pays avaient mis en place un cadre juridique "novateur" concernant les "salaires élevés pour les travaux ménagers" : les juges ont valorisé le travail non rémunéré des femmes décédées dans des accidents de la route et ont accordé des indemnités aux personnes à leur charge.

Lire aussi :

Pour calculer la valeur des travaux ménagers, les juges ont pris en compte le coût d'opportunité - auquel on renonce pour faire autre chose - de la décision d'une femme de travailler à la maison, considéré le salaire minimum pour les travailleurs qualifiés et non qualifiés, pris en compte le niveau d'éducation de la femme décédée et ajusté les indemnités après avoir tenu compte de l'âge et du fait qu'elle avait ou non des enfants.

A regarder :

Légende vidéo,

Inde: un autre football

En décembre, un tribunal a accordé une indemnisation de 12 587 943 FCFA (1,7 million de roupies, soit 23 263 dollars) à la famille d'une femme au foyer de 33 ans décédée dans un accident de la route, après avoir fixé son salaire théorique à 5 000 roupies par mois.

La Cour suprême a accordé des montants forfaitaires allant jusqu'à 9 000 roupies par mois comme revenu fictif à une femme au foyer décédée, âgée de 34 à 59 ans, avec un montant inférieur pour les femmes âgées, entre 62 et 72 ans.

A regarder :

Légende vidéo,

Des hommes mariés de force en Inde

L'indemnité diminue avec l'âge car les tribunaux estiment que la femme fait moins de travail de garde d'enfants à mesure que les enfants grandissaient.

Dans la mesure du possible, les juges ont essayé de suivre le rythme de l'inflation. Dans un arrêt, les juges ont considéré le mariage comme un "partenariat économique égal", de sorte que le salaire de la femme au foyer serait la moitié du salaire du mari.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Les juges en Inde ont considéré le mariage comme un "partenariat économique égal".

Le premier cas d'indemnisation de ce type découvert par le professeur Kotiswaran est un jugement de 1966. Dans cette affaire, le tribunal a décidé que le coût pour le mari de "l'entretien" de sa femme aurait été égal à son salaire imaginaire, de sorte qu'aucune indemnisation ne lui a été accordée.

Certaines des indemnisations calculées par les tribunaux ont été "dérisoires", selon le professeur Kotiswaran, mais "le principe même de la reconnaissance du travail non rémunéré au même titre qu'une occupation est tout à fait remarquable".

A regarder :

Légende vidéo,

Inde: elle devient barbier après la mort de son mari

Cela soulève la question suivante : si une famille peut être indemnisée pour le travail non rémunéré effectué par une femme après sa mort, pourquoi ne pas payer les femmes de leur vivant ?

Les avocats pourraient utiliser ces jugements pour "déclencher des développements dans le droit constitutionnel et le droit de la famille afin de reconnaître le travail non rémunéré des femmes au foyer en temps normal, plutôt que seulement en cas de perturbation", déclare le professeur Kotiswaran.

Lire aussi :

Le versement de salaires aux femmes effectuant un travail non rémunéré à la maison permettrait également de stimuler la baisse du taux d'activité des femmes en Inde.

"Je ne plaide pas seulement en faveur de salaires pour les femmes au foyer, mais pour un mouvement plus large de salaires pour le travail à domicile. Les organisations comme ONU Femmes sont trop axées sur le fait que le travail non rémunéré est un obstacle au travail rémunéré", déclare le professeur Kotiswaran.

"L'accent semble être mis sur la manière d'amener plus de femmes à exercer un travail rémunéré. Le mouvement des femmes indiennes se concentre sur de nombreuses questions louables mais ne pose pas la grande question ici du travail effectué dans le cadre du mariage".

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Dans l'Inde rurale, les ménagères vont chercher du bois de chauffage pour la maison

Il n'y a pas non plus de mobilisation massive des femmes au foyer sur cette question, dit-elle.

"La plupart des élites pensent que les salaires des femmes au foyer sont au mieux inapplicables et au pire régressifs, mais il y a lieu d'envisager un argument politique plus large sur la reconnaissance des tâches ménagères. Je pense que les femmes de millions de foyers indiens, soumises à la corvée de l'entretien du foyer, accueilleront favorablement une proposition de salaire".

Il y a beaucoup de questions sur la façon dont cela peut être réalisé.

L'argent pour les salaires devrait-il provenir de transferts en espèces, de subventions de l'État ou d'un revenu de base universel ?

Lire aussi :

Le droit de la famille doit-il être modifié pour reconnaître le travail non rémunéré des femmes ?

Les hommes qui effectuent des travaux ménagers doivent-ils également être rémunérés ?

Les femmes transgenres devraient-elles être incluses dans ces systèmes de paiement ?

Quelles pourraient être les conséquences involontaires des salaires pour les femmes au foyer ?

"Nous avons besoin d'un débat permanent sur tous ces aspects avant de nous mobiliser pour les salaires des femmes au foyer", déclare le professeur Kotiswaran.

Regarder :

Légende vidéo,

En Inde, les cheveux des fidèles coupés dans les temples finissent pour la plupart en Europe, en Afrique et en Amérique.