L'épidémie d'ulcère mangeur de chair en Australie est un mystère, selon les médecins

Victoria a connu un pic dans des cas récents d'ulcère de Buruli

Crédit photo, DANIEL O'BRIEN

Légende image,

Victoria a connu un pic dans des cas récents d'ulcère de Buruli

Les médecins australiens ont exhorté à entreprendre de toute urgence une étude sur les raisons pour lesquelles cette maladie de peau se répand et un ulcère "s'aggrave".

Les cas locaux d'ulcère de Buruli, une maladie cutanée qu'on retrouve habituellement dans les zones tropicales en Afrique, ont augmenté de 400 % au cours des quatre dernières années, selon les experts.

Les infections sont également devenues plus graves et se sont propagées à de nouvelles régions.

Les médecins ne savent pas comment prévenir la maladie, qui est causée par des bactéries qui décomposent les tissus.

ATTENTION : image graphique ci-dessous

A lire aussi :

Quelque 275 nouvelles infections ont été enregistrées dans l'État l'année dernière, ce qui constitue un record avec une augmentation de 51 % par rapport à 2016.

Le Dr Daniel O'Brien, expert en maladies infectieuses, a déclaré que les cas d'ulcère de Buruli, ou maladie à Mycobacterium ulcerans, étaient devenus "terriblement plus fréquents et aussi plus graves" dans la région.

On ne sait pas pourquoi l'ulcère, généralement trouvé dans les zones tropicales, est apparu dans le climat tempéré de Victoria, a-t-il déclaré.

Crédit photo, DANIEL O'BRIEN

Légende image,

Un ulcère de Buruli à l'arrière de la jambe d'un homme

Qu'est-ce que l'ulcère de Buruli ?

  • Une maladie de la peau causée par la bactérie Mycobacterium ulcerans.
  • La bactérie émet des toxines qui détruisent les cellules de la peau, les petits vaisseaux sanguins et la graisse sous la peau, entraînant la formation d'ulcères et la perte de la peau.
  • L'ulcère grossit avec le temps, ronge la peau et peut entraîner une défiguration ou une invalidité permanente.
  • Affecte généralement les membres, mais peut également être trouvé sur le visage et le corps.
  • Les médecins ne savent pas comment la maladie est transmise aux humains, mais on pense qu'elle provient de l'environnement et du sol.
  • Il existe également des théories selon lesquelles les moustiques peuvent transporter les bactéries.

Dans le Medical Journal of Australia, les médecins ont appelé à un financement gouvernemental pour étudier la maladie et ses causes.

"Personne ne comprend ce qui se passe et ce qui est à l'origine de cette épidémie", a déclaré le Dr O'Brien, co-auteur, à la BBC.

"Nous pouvons émettre des hypothèses mais pas des conseils définitifs. C'est un mystère."

Il a déclaré que certaines théories impliquaient des facteurs tels que les précipitations, le type de sol et la faune. L'année dernière, les autorités ont trouvé des traces de la bactérie dans les excréments des possum locaux.

Crédit photo, ELLA CROFTS

Légende image,

L'ulcère de Buruli attaquant le genou d'un patient

"Le problème est que nous n'avons pas le temps de nous asseoir et de pontifier à ce sujet - l'épidémie a atteint des proportions effrayantes", a-t-il déclaré.

Les ulcères sont difficiles à traiter et les patients connaissent souvent une période de récupération comprise entre six et 12 mois. De nombreuses personnes doivent également subir une chirurgie reconstructive, a ajouté le Dr O'Brien.

Les autorités sanitaires victoriennes affirment avoir dépensé plus de 1 million de dollars australiens (780 000 $) pour la recherche sur la maladie et ont lancé des campagnes d'éducation pour sensibiliser le public à son sujet.

Jusqu'à il y a quelques années, les infections étaient plus fréquemment signalées dans les régions tropicales du Queensland avec des cas occasionnels dans d'autres États.

La maladie est plus fréquente dans les régions rurales d'Afrique de l'Ouest, d'Afrique centrale, de Nouvelle-Guinée, d'Amérique latine et des régions tropicales d'Asie.

Dans les pays en développement, la maladie est associée aux zones humides et à l'eau stagnante, mais en Australie, des cas ont été largement signalés dans les régions côtières.