Bunny Wailer : la légende du reggae qui a connu la gloire avec Bob Marley meurt à 73 ans

  • Par Mark Savage
  • BBC music reporter
Bunny Wailer

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Bunny Wailer a remporté trois Grammys

L'une des voix les plus importantes du reggae, Bunny Wailer, est morte à l'âge de 73 ans.

Le musicien, originaire de Kingston, en Jamaïque, était un membre fondateur des Wailers aux côtés de son ami d'enfance, Bob Marley.

Ensemble, ils ont atteint une renommée internationale avec des classiques du reggae comme "Simmer Down" et "Stir It Up", avant que Wailer ne parte en solo en 1974.

Il a ensuite remporté trois Grammys et a reçu l'Ordre du mérite de la Jamaïque en 2017.

Sa mort est confirmée par le manager Maxine Stowe et la ministre jamaïcaine de la Culture, Olivia Grange.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

La cause du décès est inconnue, mais il était hospitalisé depuis son attaque cérébrale en juillet 2020.

Les hommages ont déjà afflué pour le musicien, ses fans et ses collègues le décrivant comme une légende.

"C'est l'un des moments les plus sombres de l'histoire de notre culture", écrit l'artiste de danse Shaggy sur Facebook. "Tu as fait de nous des rois fiers. Repose-toi bien".

"Oh mec, que Dieu bénisse Bunny Wailer", note le bassiste de Red Hot Chili Peppers, Flea. "Quel vrai rockeur et quel homme noble. Je l'aime."

Andrew Holness, le premier ministre jamaïcain, a également rendu hommage à ce dernier, en qualifiant sa mort de "grande perte pour la Jamaïque et pour le reggae".

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

L'incarnation originale des Wailers, vers 1964 (de gauche à droite) : Bunny Wailer, Bob Marley et Peter Tosh

La star, de son vrai nom Neville O'Riley Livingston, était le dernier membre survivant des Wailers, après la mort de Bob Marley d'un cancer en 1981 et le meurtre de Peter Tosh lors d'un vol en 1987.

Né le 10 avril 1947, Livingston a passé ses premières années dans le village de Nine Miles, où il a été élevé par son père, Thaddeus, qui tenait une épicerie.

C'est là qu'il a rencontré Marley pour la première fois, et les bambins sont rapidement devenus des amis solides, faisant leur première musique ensemble à l'école primaire et au collège Stepney.

Après la mort du père de Marley en 1955, sa mère, Cedella, s'est installée chez le père de Livingston. Les garçons sont essentiellement élevés comme demi-frères, surtout après que Cedella et Thaddeus ont eu une fille ensemble, Pearl.

Après avoir déménagé à Trenchtown à Kingston, ils ont rencontré Peter Tosh et ont formé un groupe vocal appelé The Wailing Wailers - parce que, selon Marley : "On a commencé à pleurer."

Lire plus sur les Wailers :

La région était pauvre et affligée par la violence. Livingston se souvient plus tard d'avoir construit sa première guitare à partir "d'un bâton de bambou, des fils fins d'un câble électrique et d'une grande boîte de sardines".

Mais le chanteur Joe Higgs, alias "le parrain du reggae", vivait tout près et a pris les garçons sous son aile. Sous sa tutelle, ils ont affiné leur son, ajoutant le chanteur Junior Braithwaite et les choristes Beverly Kelso et Cherry Green avant d'abréger leur nom en The Wailers.

En décembre 1963, le groupe entre dans le fameux Studio One de Coxsone Dodd pour enregistrer "Simmer Down", une chanson que Marley avait écrite pour appeler à la paix dans les ghettos de Kingston.

Plus rapide et plus dure que la musique pour laquelle les Wailers se sont plus tard fait connaître, la chanson a été un succès immédiat, atteignant le numéro un en Jamaïque. Ils l'ont fait suivre de la version originale de "Duppy Conqueror", avant de sortir leur premier album The Wailing Wailers, en 1965.

Peu après, le groupe fait une pause, Marley s'étant marié et ayant déménagé aux États-Unis, et Livingston ayant passé un an en prison pour possession de marijuana. Mais ils ont quand même réussi à sortir 28 singles entre 1966 et 1970, avant de sortir leur deuxième album, "Soul Rebels".

Leur percée internationale a lieu trois ans plus tard avec "Catch A Fire" - le premier disque qu'ils ont enregistré pour Island Records de Chris Blackwell.

Cette collaboration s'est faite presque par hasard. Les Wailers avaient fait une tournée au Royaume-Uni avec Johnny Nash - qui avait eu un succès avec une reprise de "Stir It Up" - mais ils se sont retrouvés dans l'incapacité de payer leur voyage de retour.

Blackwell propose de signer le groupe sur l'île, en leur versant une avance pour couvrir leurs billets d'avion et le coût de l'enregistrement d'un album en Jamaïque.

Légende vidéo,

À Saint-Pétersbourg, en Russie un couple mixte lutte contre le racisme avec le reggae

Au grand dam du groupe, certaines chansons ont été doublées pour les rendre plus agréables à écouter pour un public international.

"J'ai senti que la façon de briser les Wailers était comme un numéro de rock noir ; je voulais des éléments de rock là-dedans", dira plus tard Blackwell à Rolling Stone. "Bunny et Peter ne voulaient pas quitter la Jamaïque, alors Bob est venu en Angleterre quand nous avons fait les overdubs."

L'album n'a pas été un grand succès de vente et n'a pas atteint les charts aux États-Unis et au Royaume-Uni - mais il est devenu un classique.

Le magazine Rolling Stone l'a récemment placé à la 140e place de sa liste des 500 meilleurs albums de tous les temps, en écrivant "the Wailers' ghetto rage comes across uncut" (la rage du ghetto des Wailers se fait sentir) dans des chansons comme "Concrete Jungle" et "Slave Driver".

Le succès commercial a suivi avec le "Burnin" de 1973, qui présentait des coupes classiques comme "I Shot The Sheriff", "Small Axe" et "Get Up, Stand Up".

Cependant, ce devait être le dernier album des Wailers à présenter le line-up original des Wailers.

Les tensions déjà présentes ont été exacerbées par le fait que Island commercialise leurs albums sous le nom de Bob Marley and The Wailers, et par un calendrier de tournée qui éloigne Livingston de sa famille.

Il finit par partir en 1973, affirmant que le style de vie des tournées allait à l'encontre de ses croyances rastafariennes - citant la pression de manger des aliments transformés et de jouer dans des "freak clubs".

Ecouter :

Légende audio,

La star du reggae ivoirien Alpha Blondy.

Plus tard, il explique que la célébrité est l'ennemi de la créativité.

"La musique est basée sur l'inspiration et si vous êtes dans un environnement où vous êtes de haut en bas, ici et là, c'est comme ça que votre musique va sonner", dit Livingston au Los Angeles Times en 1986.

"Les gens se laissent emporter par l'envie de devenir une star et c'est une chose différente de celle de devenir un bon écrivain, musicien, producteur et arrangeur".

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

La star était connue comme un ancien homme d'État du reggae

Libéré du groupe, il commence à travailler sur son album solo "Blackheart Man", qui comprend des chansons classiques comme "Dreamland" et "Fighting Against Conviction", inspiré par son séjour en prison.

Il sort ensuite plusieurs albums acclamés, dont "Rock 'n' Groove" en 1981 et "Bunny Wailer Sings The Wailers" dans les années 1980, qui lui ont permis de revisiter certains des classiques du groupe.

Dans les années 1990, il remporte trois fois le prix Grammy du meilleur album de reggae, chacun de ces disques prolongeant et préservant l'héritage de Marley and the Wailers : "Time Will Tell" : "A Tribute to Bob Marley" de 1991, "Crucial" ! de 1995 "Roots Classics" de 1995 et le "All-Star Hall of Fame" de 1997 : Hommage au 50e anniversaire de Bob Marley.

"Je suis satisfait de savoir que je sers l'objectif de faire en sorte que la musique reggae soit là où elle est", disait-il au Washington Post en 2006. "Je suis fier d'en faire partie".

Regarder :

Légende vidéo,

Tiken Jah Fakoly et ses "nouvelles stars"