Un drapeau, du sang humain et pleins de controverses

Photo of the Dark Mofo festival in Hobart, the capital of Tasmania

Crédit photo, MONA/Rémi Chauvin

Légende image,

Le festival Dark Mofo de Tasmanie est réputé pour ses œuvres d'art provocantes.

Un festival australien s'est excusé d'avoir commandé une œuvre d'art qui aurait vu le drapeau britannique trempé dans le sang d'indigènes.

L'œuvre, intitulée Union Flag, de l'artiste espagnol Santiago Sierra, ne sera pas présentée au festival Dark Mofo.

Elle avait suscité des condamnations après avoir été incluse dans le programme la semaine dernière.

Le festival avait demandé aux "peuples des Premières nations des pays revendiqués par l'Empire britannique" de se porter volontaires pour donner de petites quantités de sang.

Sierra a déclaré que l'installation visait à transmettre la douleur et la destruction causées par le colonialisme.

Mais les critiques, dont plusieurs Aborigènes australiens, ont qualifié l'œuvre d'"abusive", de "sourde" et de "re-traumatisante".

Ils ont notamment relevé le fait que le festival se déroule en Tasmanie, un État insulaire qui a connu des massacres d'Aborigènes par des colons blancs au XIXe siècle.

A lire en ce moment sur BBC Afrique :

"Demander aux membres des Premières nations de donner leur sang pour arroser un drapeau, c'est recréer, et non critiquer, les conditions odieuses de la colonisation", a déclaré l'artiste indigène Cass Lynch.

Un autre critique a écrit en ligne : "Je ne comprends pas comment vous ne voyez pas l'hypocrisie qu'il y a à demander aux membres des Premières nations de donner leur sang à un artiste blanc et à souligner dans le même temps qu'il s'agit d'une terre volée."

Les organisateurs défendent puis annulent l'œuvre d'art

L'artiste avait prévu que le drapeau soit "immergé" dans une cuve de sang et accroché pour le festival.

Le directeur du festival a d'abord défendu l'œuvre contre les critiques, affirmant que "l'expression personnelle est un droit humain fondamental".

"Nous soutenons les artistes pour qu'ils réalisent et présentent des œuvres indépendamment de leur nationalité ou de leur origine culturelle", a déclaré Leigh Carmichael lundi.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

L'artiste Santiago Sierra

Mais face à l'escalade de la réaction, M. Carmichael a présenté des excuses le lendemain et a déclaré que Dark Mofo allait annuler l'œuvre.

"Nous avons entendu la réaction de la communauté à l'Union Flag de Santiago Sierra. En fin de compte, le mal qui sera causé par la procédure n'en vaut pas la peine", a-t-il déclaré.

"Nous avons fait une erreur, et nous en prenons l'entière responsabilité".

Plusieurs artistes indigènes ont appelé à sa démission.

A lire aussi :

Approuvé sans réfléchir

David Walsh, le milliardaire australien propriétaire du festival, s'est également excusé et a déclaré avoir reçu plus tôt une lettre de plainte du personnel au sujet de l'œuvre.

"[Je] n'ai pas vu les conséquences plus profondes de cette proposition", a admis David Walsh. "Naïvement, peut-être incroyablement, j'ai pensé que cela plairait à l'habituelle démographie gauchiste."

M. Walsh a déclaré qu'il croyait au "droit d'exprimer une opinion même... lorsque l'expérience fait défaut", mais a convenu avec les critiques que "mon ignorance ne me donne pas de pouvoir".

Crédit photo, MONA/Rémi Chauvin

Légende image,

Leigh Carmichael, directeur du festival, est revenu sur sa décision de ne pas accepter l'œuvre.

De nombreuses personnes ont affirmé que l'œuvre était un "activisme performatif".

"Et si, au lieu de soutenir la vision du colonialisme d'un artiste blanc, vous souteniez les artistes indigènes qui luttent activement contre cette oppression", a déclaré un critique en ligne.

Si de nombreux internautes ont salué cette décision, d'autres, dont des fans de Sierra, ont critiqué la concession du festival.

Sierra a posté une image sur Facebook après l'annulation, qui se lit comme suit : "Souvent l'esclave défend les symboles du maître".

L'artiste européen est connu pour ses œuvres provocantes sur la souffrance humaine.

Il a notamment représenté des prostituées toxicomanes avec une ligne tatouée dans le dos et a réalisé des sculptures à partir de matières fécales humaines.