Mort : Le phénomène poignant qu'un médecin a découvert chez les personnes sur le point de mourir

  • Carine Mardorossian
  • The Conversation*
Un homme mourant

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

À l'approche de la mort, il est possible de ressusciter des relations, de revivre des amours passées et d'obtenir le pardon.

L'un des éléments les plus dévastateurs de la pandémie de coronavirus a été l'impossibilité de s'occuper personnellement des êtres chers tombés malades.

À maintes reprises, des membres de familles endeuillées ont raconté à quel point la mort de leur proche était plus dévastatrice parce qu'ils n'avaient pas pu lui tenir la main pour lui offrir une présence familière et réconfortante dans ses derniers jours et heures.

Certains ont dû faire leurs derniers adieux à travers l'écran d'un téléphone portable tenu par un agent de santé. D'autres ont eu recours à des talkies-walkies ou ont fait signe aux membres de leur famille à travers les fenêtres.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

Comment surmonter le chagrin et la culpabilité accablants qui accompagnent l'idée qu'un être cher meurt seul ?

Je n'ai pas de réponse à cette question. Mais les travaux d'un médecin spécialisé dans les soins palliatifs, Christopher Kerr, avec qui j'ai écrit le livre "Death Is But a Dream : Finding Hope and Meaning at Life's End" (La mort n'est qu'un rêve : trouver l'espoir et un sens à la fin de la vie), peuvent apporter un certain réconfort.

Des visiteurs inattendus

Au début de sa carrière, le Dr Kerr a été chargé, comme tous les médecins, de s'occuper des soins physiques de ses patients.

Mais il a vite remarqué un phénomène auquel les infirmières expérimentées étaient habituées.

À l'approche de la mort, beaucoup de patients ont des rêves et des visions d'êtres chers décédés qui revenaient pour les réconforter dans leurs derniers jours.

Les médecins sont formés pour interpréter ces événements comme des hallucinations délirantes ou induites par les médicaments, qui pourraient justifier la poursuite de la médication ou une sédation complète.

Mais en voyant la paix et le réconfort que ces expériences de fin de vie semblaient apporter à ses patients, Kerr a décidé de faire une pause et d'écouter.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

De nombreuses maisons de retraite ont fermé leurs portes aux visiteurs pendant la pandémie.

Un jour de 2005, une patiente mourante nommée Mary a eu l'une de ces visions : elle a commencé à bouger ses bras comme si elle berçait un bébé, roucoulant pour son fils mort en bas âge des décennies plus tôt.

Pour Kerr, ça ne ressemblait pas à une déficience cognitive. Elle s'est demandé ce qui se passerait si les perceptions des patients en fin de vie avaient un impact sur leur bien-être d'une manière qui ne devrait pas inquiéter les infirmières, les aumôniers et les travailleurs sociaux.

À quoi ressembleraient les soins de santé si tous les médecins s'arrêtaient et écoutaient aussi ?

Début du projet

C'est ainsi qu'en voyant des patients mourants appeler leurs proches, dont beaucoup n'avaient pas été vus, touchés ou entendus depuis des décennies, il a commencé à recueillir et à enregistrer les témoignages des mourants.

Pendant 10 ans, Kerr et son équipe de recherche ont enregistré les expériences de fin de vie de 1 400 patients et familles.

Ce qu'il a découvert l'a stupéfié. Plus de 80 % de ses patients, quel que soit le milieu social, l'origine ou le groupe d'âge dont ils étaient issus, ont vécu des expériences de fin de vie qui semblaient aller au-delà des rêves bizarres.

Elles étaient vivantes, significatives et transformatrices. Et ils augmentent toujours en fréquence près de la mort.

Il s'agit notamment de visions de mères, de pères et de parents perdus depuis longtemps, ainsi que d'animaux domestiques morts qui reviennent réconforter leurs anciens propriétaires.

Il s'agissait de relations ressuscitées, d'amour ravivé et de pardon obtenu. Ils ont souvent apporté réconfort et soutien, paix et acceptation.

Devenir un tisserand de rêves

J'ai entendu parler des recherches du Dr Kerr pour la première fois dans une grange.

J'étais occupé à nettoyer le box de mon cheval. Les écuries se trouvaient sur la propriété de Kerr, et nous avons souvent discuté de son travail sur les rêves et les visions de ses patients mourants.

Il m'a parlé de sa conférence TEDx sur le sujet, ainsi que du projet de livre sur lequel il travaillait.

Je n'ai pu m'empêcher d'être ému par le travail de ce médecin et scientifique.

Lorsqu'il m'a révélé qu'il n'avançait pas beaucoup dans l'écriture, j'ai proposé mon aide. Il était hésitant au début.

J'étais un professeur d'anglais expert dans l'art de démonter les histoires que les autres écrivaient, sans les écrire moi-même.

Son agent s'est inquiété du fait que je ne pouvais pas écrire d'une manière qui soit accessible au public, ce pour quoi les universitaires ne sont pas exactement connus. J'ai persisté et le reste appartient à l'histoire.

C'est cette collaboration qui a fait de moi un écrivain.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Pour de nombreux enfants en phase terminale, le fait de penser à leur animal de compagnie apporte réconfort et soulagement.

J'ai été chargé d'insuffler plus d'humanité à l'intervention médicale remarquable que représentait cette recherche scientifique, de mettre un visage humain sur les données statistiques qui avaient déjà été publiées dans les revues médicales.

Les récits émouvants des rencontres de Kerr avec ses patients et leurs familles ont confirmé comment, selon les mots de l'écrivain français de la Renaissance Michel de Montaigne, "l'homme qui apprend aux hommes à mourir doit en même temps leur apprendre à vivre".

J'ai entendu Robert, qui perdait Barbara, sa femme depuis 60 ans, et était submergé par des sentiments contradictoires de culpabilité, de désespoir et de foi.

Un jour, il l'a vue, de façon inexplicable, tendre la main vers le bébé qu'ils avaient perdu il y a plusieurs décennies, dans un bref moment de rêve lucide qui faisait écho à l'expérience de Mary, des années auparavant.

Robert a été frappé par l'attitude calme et le sourire béat de sa femme.

Ce fut un moment de pur épanouissement, transformant son expérience du processus de mort.

Barbara vivait son décès comme un moment d'amour retrouvé, et le fait de la voir réconfortée a apporté à Robert une certaine paix au milieu de sa perte irrémédiable.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

De nombreux patients atteints de coronavirus sont morts seuls dans les hôpitaux pendant la pandémie.

Pour les couples âgés dont Kerr s'occupait, être séparés par la mort après des décennies de vie commune était tout simplement insupportable.

Les rêves et visions récurrents de Joan ont aidé à réparer la blessure profonde laissée par le décès de son mari quelques mois plus tôt.

Elle l'appelait la nuit et signalait sa présence le jour, même dans les moments de pleine lucidité articulée.

Pour sa fille Lisa, ces événements signifient que le lien entre ses parents est indéfectible. Les rêves et les visions de sa mère avant sa mort ont aidé Lisa sur son propre chemin vers l'acceptation, un élément clé du traitement de la perte.

Lorsque les enfants sont en train de mourir, ce sont souvent leurs animaux de compagnie bien-aimés et décédés qui font des apparitions.

Jessica, 13 ans, qui était en train de mourir d'un cancer des os, a commencé à avoir des visions de son vieux chien, Shadow. Sa présence l'a rassurée.

"Je vais m'en sortir", a-t-elle dit au Dr Kerr lors d'une de ses dernières visites.

Pour Kristen, la mère de Jessica, ces visions, et le réconfort qu'elles ont apporté à Jessica, l'ont aidée à entamer le processus auquel elle avait résisté : le lâcher prise.

Isolé mais pas seul

Le système de soins de santé est difficile à changer. Toutefois, le médecin espère aider les patients et leurs proches à se réapproprier le processus de mort, en passant d'une approche clinique à une approche appréciée comme une expérience humaine unique et riche.

Les rêves et les visions avant la mort aident à combler le vide qui pourrait autrement être créé par le doute et la peur qu'évoque la mort.

Ils aident les mourants à retrouver ceux qu'ils ont aimés et perdus, ceux qui leur ont donné la sécurité, les ont soutenus et leur ont apporté la paix.

Ils guérissent les vieilles blessures, restaurent la dignité et reconquièrent l'amour. La connaissance de cette réalité paradoxale aide également les personnes endeuillées à faire face au deuil.

Alors que les hôpitaux et les maisons de retraite restent fermés aux visiteurs en raison de la pandémie de coronavirus, il peut être utile de savoir que les mourants parlent rarement d'être seuls. Ils parlent d'être aimés et de se remettre ensemble.

Rien ne remplace la possibilité d'embrasser nos proches dans leurs derniers instants, mais il peut être réconfortant de savoir qu'ils sont réconfortés.

Regarder :

Légende vidéo,

Les futurs techniciens de la mort en Tanzanie

*Carine Mardorossian est professeur d'anglais à l'université de Buffalo, aux États-Unis.

Cet article a été initialement publié dans The Conversation.