Jeux olympiques 2021 : 4 raisons pour lesquelles ces jeux seront totalement différents (en plus de la pandémie)

  • La rédaction
  • BBC News Mundo
Affiche de Tokyo 2020

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le Comité international olympique a décidé que les Jeux continueraient de s'appeler Tokyo 2020

Les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo étaient déjà les Jeux les plus étranges et les plus inhabituels à avoir été organisés depuis la renaissance des Jeux olympiques modernes en 1896.

Surtout à cause de la pandémie, qui a obligé à reporter les Jeux d'un an.

Dans l'histoire des Jeux olympiques d'été (ceux qui se déroulent au milieu de l'année), la décision de les annuler n'a été prise qu'à trois reprises : la première fois en 1916 à Berlin en raison de la Première Guerre mondiale.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Puis, en 1940 à Tokyo, les Jeux ont été suspendus en raison de la Seconde Guerre mondiale et n'ont repris qu'en 1948 à Londres.

Et maintenant, la pandémie de coronavirus a mis Tokyo 2020 dans les cordes. Et bien qu'il ait été prévu d'annuler la compétition, la décision a été prise de la reporter, ce qui est en soi un événement sans précédent.

Mais le report n'est pas tout. Alors qu'une grande partie du Japon est toujours en état d'urgence, les Jeux olympiques de Tokyo seront les premiers Jeux sans public étranger depuis des décennies et probablement sans public dans la plupart des sites olympiques.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

En raison de la pandémie, les Jeux olympiques de Tokyo seront les plus chers de l'histoire

Et comme si cela ne suffisait pas à faire de ces Jeux olympiques un événement unique, BBC World vous propose quatre autres raisons pour lesquelles il s'agira de Jeux différents.

1. Record de catégories sportives

Les Jeux apporteront un nombre record de compétitions : 33 sports, 50 disciplines et près de 11 000 athlètes se disputeront 339 médailles d'or (et les médailles d'argent et de bronze associées).

Cela est dû à la décision du CIO d'inclure cinq sports de plus qu'à Rio 2016 : le karaté, le surf, l'escalade sportive et le skateboard.

Et c'est nouveau car le CIO (Comité international olympique) avait déterminé depuis Sydney 2000 qu'il ne devait pas y avoir plus de 28 disciplines.

En outre, le baseball et le softball, qui avaient été absents pendant 13 ans (ils avaient quitté le calendrier après Pékin 2008), sont de retour cette fois-ci.

Et de nouvelles spécialités ont également été incluses dans des sports traditionnels tels que le basket-ball et le cyclisme.

Par exemple, il y aura le basket-ball 3x3 et l'ajout de l'épreuve madison en cyclisme, qui est une épreuve par équipe de deux personnes.

Il y aura également de nouveaux sports de relais et d'autres compétitions pour les équipes mixtes, notamment l'athlétisme de sprint, la natation, le triathlon, le tir à l'arc et le tennis de table.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le surf sera l'un des sports qui feront leurs débuts à Tokyo 2020

Et une curiosité : le karaté, qui est inclus pour la première fois, ne reviendra pas pour les Jeux olympiques de Paris 2024. Il sera remplacé par le breakdancing.

2. Les jeux les plus chers de l'histoire

Les organisateurs ne sont pas entièrement à blâmer, mais les chiffres publiés par le comité d'organisation au cours des derniers mois le confirment : les Jeux olympiques de Tokyo seront les plus chers de l'histoire.

L'année dernière encore, peu avant le début de la pandémie, il avait été signalé qu'ils coûteraient quelque 12,6 milliards de dollars.

Bien que supérieur de plus de cinq millions de dollars au budget initial, il reste inférieur à celui de Londres 2012, dont le coût est estimé à 14,5 milliards de dollars, selon une étude publiée par l'université d'Oxford.

Cependant, la décision de suspendre et de reporter les joutes en 2020 a entraîné une dépense supplémentaire de 2,8 milliards de dollars américains. Et c'est à ce moment-là que tous les records monétaires historiques ont été passés.

Et comme si ces dépenses supplémentaires n'étaient pas assez choquantes (elles ont dû être supportées à parts égales par la ville de Tokyo et le comité d'organisation), s'ajoute maintenant la décision d'interdire les spectateurs dans les lieux fermés.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Tokyo sera les premiers Jeux olympiques sans spectateurs étrangers dans les tribunes

Cela signifie qu'ils perdront une grande partie des 810 millions de dollars US qu'ils s'attendaient à recevoir de la vente des billets.

Mais surtout, selon plusieurs analystes, les plus grosses pertes seront pour le tourisme : environ 600 000 personnes étaient attendues pour visiter le pays, mais finalement elles n'arriveront pas à cause des restrictions du covid-19.

C'est notamment pour cette raison que des recherches menées par des universitaires japonais - comme Katsuhiro Miyamoto de l'Université Kansal - estiment que les pertes seront de l'ordre de 23 milliards de dollars.

Mais il faudra voir comment les joutes vont se dérouler pour obtenir un bilan des pertes réelles, car l'annuler de toute façon aurait représenté une perte totale de 16 milliards de dollars.

3. Dans une année impaire : 2021 (mais s'appellera toujours Tokyo 2020)

En raison de la pandémie de coronavirus et du report des Jeux olympiques, ce seront les premiers Jeux de l'histoire moderne à se tenir dans une année impaire.

Cela peut sembler anecdotique mais cela a de sérieuses répercussions, notamment pour le comité d'organisation.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Environ 600 000 touristes étaient attendus au Japon pour les Jeux olympiques

Bien que les Jeux aient lieu en 2021, ils seront toujours officiellement appelés les Jeux de la 32e Olympiade Tokyo 2020.

Lorsque la décision a été prise de reporter les Jeux d'un an en raison de la pandémie, l'une des nombreuses questions qui se sont posées était de savoir s'ils allaient changer leur nom en Tokyo 2021.

Mais la maire de Tokyo, Yuriko Koike, a été claire : "un nombre impair est hors de question".

En effet, peu après, le CIO a publié une déclaration indiquant qu'"il a été convenu que les Jeux conserveront le nom de Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020".

La raison est liée au marketing.

Comme le souligne Alastair Gale du Wall Street Journal, depuis la désignation de Tokyo comme hôte des Jeux olympiques en 2013, mais surtout depuis 2015, Tokyo utilise un logo qu'elle a reproduit non seulement dans ses produits marketing et publicitaires, mais aussi dans tout ce qui concerne la présentation des sites et l'habillage et la parure des villes.

Et ils disent tous Tokyo 2020.

Depuis 2018, des objets allant de simples épingles vendues un dollar à des sculptures en or avec le logo de Tokyo 2020 coûtant jusqu'à 15 000 dollars ont été mis en vente.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 sont les premiers Jeux olympiques à être reportés dans l'histoire

De plus, comme le souligne l'agence de presse Bloomberg, en conservant le nom, le CIO s'assure de maintenir l'investissement réalisé dans d'autres produits marketing tels que les T-shirts, les sacs, les poupées et même les designs des émissions télévisées, et évite ainsi d'augmenter les coûts pour les sponsors de l'événement.

4. Des idées radicales pour un concours "vert"

L'une des tâches des organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo est de faire des compétitions les plus écologiques de l'histoire.

À cette fin, ils ont pris plusieurs mesures qui frappent par leur nouveauté.

Tout d'abord, il a été décidé que les lits dans lesquels dormiront les athlètes seront en carton, afin qu'ils puissent être recyclés une fois l'événement terminé.

Les organisateurs ont indiqué que 18 000 lits ont été fabriqués avec ce matériau, qui peut supporter jusqu'à 200 kilos.

Une autre mesure concerne les précieuses médailles, qui sont fabriquées à partir de matériaux recyclables, notamment de téléphones portables mis au rebut. On en a extrait 32 kilos d'or, 3 500 kilos d'argent et 2 200 kilos de bronze pour produire les 5 000 médailles qui seront décernées aux Jeux olympiques et paralympiques.

Mais leur principal objectif est de réduire les émissions de carbone pendant l'événement. Environ 2,9 millions de tonnes de CO2 devraient être émises pendant les Jeux.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Les médailles olympiques ont été fabriquées à partir de matériaux recyclés

Ce chiffre serait inférieur aux niveaux enregistrés à Rio 2016 (4,5 millions de tonnes) et à Londres 2012 - considéré comme le plus vert de tous les temps - avec 3,3 millions de tonnes.

Pour cela, des véhicules électriques ont été prévus pour transporter les athlètes et l'énergie générée par des panneaux solaires pour couvrir la demande des installations sportives.

Toutefois, certains experts soulignent que Tokyo ne sera tout simplement pas en mesure d'atteindre cet objectif.

D'autres font remarquer que ces mesures ne sont que de la poudre aux yeux et que ce sont peut-être les Jeux olympiques les plus verts de tous les temps, mais uniquement en raison des restrictions de la pandémie de covid-19.

"Nos recherches montrent que le bilan de Tokyo en matière de durabilité sera dans la moyenne", a déclaré au magazine E&T Martin Müller, professeur de géographie humaine à l'université de Lausanne (Suisse) et auteur de la première étude à long terme sur la (non-)durabilité des Jeux olympiques.

"Ironiquement, la plus grande contribution de Tokyo à la durabilité n'a peut-être pas été planifiée : les ajustements effectués à la suite de la pandémie. Cela montre qu'il est possible d'organiser des Jeux olympiques avec moins de conséquences et probablement moins de visiteurs", a-t-il ajouté.