Wikipedia : quel avenir face aux Fake news et à la désinformation?

Wikipédia sous la loupe

Crédit photo, Getty Images

C'est le site de référence pour trouver des informations sur à peu près tout, mais jusqu'à récemment, Wikipédia a surtout évité les batailles sur les comportements abusifs et les fausses nouvelles qui ont affligé les géants des médias sociaux.

Aujourd'hui, alors qu'un nouveau directeur général vient de prendre ses fonctions, une dispute amère a éclaté entre les rédacteurs bénévoles de l'édition chinoise de l'encyclopédie en ligne à propos de la manière dont les événements de Hong Kong sont dépeints.

Cette semaine, Tech Tent se demande si Wikipédia peut continuer à prospérer à l'ère de la désinformation.

Le différend concernant Hong Kong porte sur un principe clé de Wikipédia, comme l'explique Selina Cheng, de la Hong Kong Free Press, dans l'émission : "Wikipédia n'autorise pas les reportages originaux.

Ainsi, quiconque veut ajouter ou modifier du contenu sur les articles de Wikipédia doit citer des sources existantes, par exemple des communiqués du gouvernement ou des articles de presse."

Mais ces sources doivent être désignées comme fiables - et là, le désaccord était violent entre un groupe de rédacteurs bénévoles qui voyait le gouvernement chinois comme une source fiable et un autre, principalement basé à Hong Kong, qui préférait s'appuyer sur les récits des manifestants.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

La dispute portait sur la question de savoir qui utiliser comme source d'information - l'État chinois ou les manifestants de Hong Kong.

Selina Cheng explique que l'enjeu était de taille car certains rédacteurs avaient accès à des informations personnelles sensibles qui pouvaient intéresser les autorités chinoises :

"On craignait que, du fait de cette tension croissante entre les rédacteurs de ces différents lieux géographiques, certains administrateurs n'abusent de leur accès pour utiliser ces informations personnelles contre certains rédacteurs."

Cette semaine, la Fondation Wikimedia a banni sept rédacteurs liés à un groupe de Chine continentale, qu'elle a accusé de tenter de promouvoir les intérêts de l'État chinois en infiltrant l'encyclopédie.

Cette mesure a été prise alors que la fondation, qui supervise le projet d'encyclopédie à but non lucratif, a annoncé la nomination de son nouveau directeur général.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, a déclaré à Tech Tent que les géants de la technologie pourraient apprendre beaucoup de la façon dont Wikipédia traite la désinformation.

Maryana Iskander, selon sa fiche Wikipédia, est une avocate et une entrepreneuse sociale américaine d'origine égyptienne qui dirige actuellement l'accélérateur d'emplois pour les jeunes Harambee en Afrique du Sud.

Lorsque nous lui avons demandé comment elle pourrait aborder des défis comme celui de la Chine, elle a pris soin de souligner que la communauté Wikipédia est largement autonome : "L'une des premières choses que j'ai apprises dans ce processus est que la Wikimedia Foundation ne joue certainement pas un rôle dans la définition de la politique éditoriale et que ce sont les débats qui ont lieu dans les communautés."

Mais elle a déclaré que la première tâche de la fondation était de protéger la sécurité de ses bénévoles et que l'autre principe clé était la transparence sur la façon dont Wikipédia était gérée. Elle a souligné la façon dont Wikipédia a traité les élections américaines de 2020 comme un exemple de son contenu "transparent, vérifiable et précis".

Après avoir été critiqué pour ses inexactitudes au cours de ses premières années d'existence, il semble que le système d'autocorrection de Wikipédia, dans lequel des bénévoles surveillent constamment les articles, discutent et apportent des modifications lorsque de nouvelles informations arrivent, pourrait servir d'exemple aux plateformes de médias sociaux moins fiables.

La polarisation du débat et la détermination de certains gouvernements à voir l'encyclopédie refléter leur vision de la vérité ont mis le système à rude épreuve, avec des guerres d'édition de plus en plus acharnées sur des articles portant sur tous les sujets, du changement climatique à Donald Trump.

Mais Maryana Iskander croit toujours aux Wikipédiens, comme les volontaires aiment s'appeler : "Ce qui a été vraiment intéressant pour moi, c'est de voir comment il s'agit d'une communauté d'humains qui s'organisent et s'intéressent exactement à ces grands débats, qu'il s'agisse des droits des femmes ou du changement climatique."

La mission, dit-elle, est de fournir des connaissances précises et vérifiables sur certaines des questions les plus controversées de notre époque. Voyons maintenant si, à l'ère des faits alternatifs, cette mission est encore réalisable.

A voir

Légende vidéo,

Fadima Diawara a su imposer sa marque de téléphone dans son pays d’origine, la Guinée