Coupe du monde 2022 : à quoi ressemble le système de tutelle masculine des femmes au Qatar

  • José Carlos Cueto - @josecarloscueto
  • Envoyé spécial de BBC News Mundo au Qatar
Femme qatarie

Crédit photo, Getty Images

La baie de Doha au coucher du soleil est l'un des points de rencontre favoris des multiples cultures qui coexistent pendant ce mois de la Coupe du monde au Qatar.

Lorsque les thermomètres baissent à 30°C pendant l'"hiver" qatari, les familles, les supporters et les curieux se retrouvent tous pour se promener le long de l'avenue Al Corniche qui longe le front de mer de la capitale sur sept kilomètres.

C'est ici que l'on apprécie le plus le contraste entre les visiteurs occidentaux et plusieurs familles qataries locales, qui regardent avec un certain étonnement ce qui se passe dans leur pays.

Les Qataris ne sont pas plus de 350 000 dans cet État musulman de trois millions d'habitants et il existe parmi eux tout un éventail d'interprétations des principes islamiques.

Il existe des familles conservatrices et traditionnelles, mais aussi des familles progressistes et libérales.

Le rôle des femmes est au centre de cette réalité avec plus de gris que de noirs ou de blancs.

Sur la Corniche, certaines femmes se promènent entièrement couvertes de noir et d'autres portent simplement un hijab de couleur (voile uniquement pour la tête et le cou).

Mais les questions qui les concernent vont bien au-delà de leur tenue vestimentaire.

Au Qatar, il existe un système connu sous le nom de tutelle masculine des femmes que les opposants décrivent comme "être comme une mineure toute sa vie". Un tel système est à la base de nombreuses revendications pour de meilleurs droits.

Au Royaume-Uni, la BBC s'est entretenue avec "Zainab", une femme qatarie qui préfère ne pas révéler son nom, même si elle vit déjà hors de son pays.

Zainab dit que certains éléments religieux conservateurs de la loi qatarie ont eu un impact sur sa santé mentale au point qu'elle a envisagé le suicide.

"Pour chaque décision majeure de la vie, vous avez besoin de la permission écrite explicite d'un tuteur masculin. Si vous ne l'avez pas, vous ne pouvez pas prendre cette décision, qu'il s'agisse de s'inscrire à l'université, d'étudier à l'étranger, de voyager, de se marier ou de divorcer", dit-elle.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Des femmes regardent les feux d'artifice pour l'ouverture de la Coupe du monde à Doha.

Cependant, toutes les familles ne suivent pas ce système complexe à la lettre.

La Qatari Shaima Sheriff est cofondatrice de Embrace Doha, une association culturelle qui vise à aider l'importante communauté d'expatriés et un nombre croissant de touristes à mieux comprendre la culture du pays.

Sheriff explique à BBC Mundo que l'application de la tutelle ne répond pas à une loi en soi, mais réside dans les normes familiales qui dépendent du degré de conservatisme de la famille. Sheriff représente l'autre côté de la médaille, l'environnement libéral qatari où les femmes sont habilitées.

En quoi consiste donc le système de tutorat ?

Eleni Polymenopoulou, professeur de droit et de droits de l'homme à l'université Bin Khalifa de Doha, explique à BBC World que la constitution qatarie, étant un pays musulman, fait de la charia sa principale source de droit.

"Mais la charia est un ensemble de règles très diverses, avec de nombreuses écoles de pensée, certaines plus strictes et d'autres plus libérales, modernes et réformistes", dit-il.

L'article 35 de la constitution qatarie stipule que toutes les personnes sont égales devant la loi et ne peuvent faire l'objet d'une discrimination fondée sur le sexe, la race, la langue ou la religion.

En 2019, Human Rights Watch (HRW) a publié un vaste rapport dans lequel il a recueilli des dizaines de témoignages similaires à celui de Zainab. Dans ce même document, il décrit que la tutelle masculine n'est pas un système juridique clair.

"Il s'agit plutôt d'un mélange de lois, de politiques et de pratiques dans lesquelles les femmes adultes doivent obtenir la permission de leur tuteur masculin pour des activités spécifiques", indique l'ONG.

Ce système constitue un défi pour ceux qui en souffrent, car il n'y a pas de clarté ni d'information sur la portée de "ces lois et exigences administratives discriminatoires".

Le tuteur masculin peut être un père, un frère, un oncle, un parrain ou un mari.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Au Qatar, certaines femmes sont entièrement couvertes, d'autres se couvrent les cheveux.

Le gouvernement qatari a rejeté le rapport de HRW comme étant inexact et a déclaré que les témoignages décrits n'étaient pas conformes à ses lois, mais a également promis d'enquêter sur les cas et de poursuivre toute personne qui enfreint la loi.

Enseignante de plusieurs étudiants en droit qataris, Mme Polymenopoulou explique que "de nombreuses femmes issues de familles libérales sont autorisées à faire beaucoup plus de choses, mais il y en a d'autres qui ont besoin de la permission du tuteur pour sortir, par exemple, et c'est l'un des plus gros problèmes. Cela dépend vraiment de la famille.

"Beaucoup de mes étudiants discutent toujours de la manière de changer la loi, se demandent pourquoi elle fonctionne comme elle le fait, pourquoi ils sont censurés et ce qui doit être réformé. D'autres sont plus conservateurs", ajoute-t-elle.

BBC World a demandé à interviewer certains des étudiants de Polymenopoulou, mais ils n'ont pas donné suite. Interviewer les Qataris locaux s'avère être l'un des défis de la presse venue couvrir la Coupe du monde.

"Une idée occidentale"

Avec un père conservateur, Zainab n'a pas pu mener la vie qu'elle souhaitait.

Selon elle, les femmes qataries dont les familles libérales ne leur imposent pas de restrictions ne réalisent pas à quel point le système de tutelle est nuisible.

Zainab affirme que ce système fait souffrir les femmes aux mains des membres de la famille qui les contrôlent et que les lois qataries s'alignent souvent sur les familles tribales conservatrices pour les satisfaire.

"Les conservateurs pensent que les droits de la femme sont une idée occidentale et qu'ils entrent en conflit avec les valeurs, la tradition et la culture islamiques", dit-elle.

La femme qatarie a demandé à la BBC de ne pas donner de détails sur son expérience si elle était identifiée, car cela pourrait causer des difficultés à sa famille.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Au Qatar, contrairement à d'autres pays musulmans, les femmes ont été autorisées à accéder aux stades.

Les responsables de la Coupe du monde affirment que les critiques adressées à leur pays à ce sujet et sur d'autres questions ne sont pas fondées.

Un point de vue partagé par l'étudiante Moselle de la Cité de l'éducation à Doha : "Nous n'avons pas besoin que des organisations occidentales viennent nous dire ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire".

"C'est notre pays. Nous avons la possibilité de nous développer selon nos convictions et non selon ce qu'on nous dicte", ajoute-t-elle.

L'idée qu'il existe des femmes conservatrices qui respectent et croient en ces règles que les Occidentaux considèrent comme restrictives est également une autre facette de cette réalité.

Une Colombienne qui vit dans le pays depuis plus de dix ans raconte à la BBC Mundo des situations dans lesquelles des femmes qataries conservatrices l'ont interpellée ou lui ont interdit l'accès à certains lieux parce qu'elles jugeaient sa tenue inappropriée.

"Les autorités prennent généralement leur parti. Les femmes conservatrices le considèrent comme une offense à leurs valeurs", dit-elle, en demandant la confidentialité : "En tant que résidents, nous ne devrions pas trop en parler.

La génération responsabilisée

Lorsque le gouvernement qatari a répondu au rapport de HRW, il a affirmé que "l'autonomisation des femmes est au cœur de sa vision et de sa réussite".

"Au Qatar, les femmes occupent des rôles de premier plan dans tous les aspects de la vie, y compris dans la prise de décisions politiques et économiques. Le Qatar est en tête de la région pour presque tous les indicateurs de l'égalité des sexes, notamment le taux le plus élevé de participation des femmes au marché du travail, l'égalité de rémunération dans le secteur public et le pourcentage le plus élevé de femmes inscrites dans des programmes universitaires."

C'est le genre de réalisations sur lesquelles Shaima Sheriff, qui représente un secteur féminin plus autonome, préfère se concentrer.

"Je pense que beaucoup de gens ont des idées fausses qui changent quand ils viennent ici. Les statistiques concernant les femmes parlent d'elles-mêmes. Il y a beaucoup de femmes qui ont des masters et des doctorats, même dans les universités de l'Ivy League", dit-elle à BBC Mundo.

"Il y a des femmes incroyablement intelligentes ici et beaucoup de choses ont changé au cours des cinq dernières années. Au Qatar, de nombreuses mesures sont prises pour réduire l'écart entre les sexes et soutenir davantage les femmes. Nous sommes également très soutenues dans notre rôle de mère, ce qui n'est pas toujours le cas dans les pays occidentaux.

L'entrepreneuse, diplômée en archéologie, appelle la presse étrangère et le monde extérieur à s'intéresser également à ce genre de choses lorsqu'ils parlent des droits et libertés des femmes au Qatar.

"Bien sûr, tout n'est pas parfait ici et nous avons beaucoup de choses à améliorer. Mais nous avons beaucoup de femmes autonomes à des postes de direction qui mettent ces questions sur la table", conclut-elle.