Une femme comme prochain dalaï lama?

Dalaï Lama
Image caption Tenzin Gyatso, 77 ans

Le dalaï lama a ouvert le débat sur la possibilité de voir une femme pour prendre sa succession.

Invité sur le plateau de la chaîne de télévision britannique Channel 4, Tenzin Gyatso a véritablement éteint les préjugés selon lesquels les chefs religieux doivent être uniquement des hommes.

Son soutien à la gente féminine s'est d'ailleurs voulu spontané : "Je pense qu'il serait bon d'avoir une femme comme leader, car biologiquement parlant, les femmes ont plus de potentiel pour développer de l'affection ou de l'amour pour autrui".

Le 14e dalaï lama a développé : "Certains scientifiques ont testé deux personnes, un homme et une femme, en train de regarder un certain genre de film. La femme [était] plus sensible: la réponse est plus forte. Alors donc... maintenant que nous sommes au 21ème siècle... les femmes ont plus de potentiel et devraient donc jouer un rôle plus actif dans la promotion de la compassion humaine."

Pour le Prix Nobel de la Paix 1989, il s'agit d'une main tendue mais pas d'une surprise.

En 2009, il s'était décrit lui même comme un féministe.

"N'est-ce pas ainsi que vous appelez quelqu'un qui se bat pour le droit des femmes?", avait-il alors ajouté dans un clin d'oeil.

Depuis 1391 et la désignation du premier chef spirituel religieux de la communauté bouddhiste, aucune femme n'a été choisie.

Cela n'est pourtant pas banni car aucune précision concernant le sexe du leader religieux n'existe.

Le successeur du dalaï lama est désigné après sa mort.

Quarante-neuf jours après son décès, le dalaï lama doit se réincarner dans un embryon.

Ce processus de désignation du dalaï lama auquel contribuent les moines bouddhistes et membres du gouvernement tibétain peut prendre plusieurs mois voire plusieurs années.