Nouvelles révélations sur les écoutes de la NSA

Image caption Les révélations successives sur l'espionnage présumé de dirigeants et de citoyens par la NSA ont suscité une vague de protestation, y compris aux Etats Unis lors de manifestations fin octobre

Les révélations se succèdent sur l'espionnage présumé de citoyens et de dirigeants du monde entier par la NSA.

L'agence nationale de sécurité aux Etats-Unis aurait secrètement surveillé soixante millions d'appels en Espagne en un mois.

Des révélations publiées par les journaux de Madrid, qui proviendraient des documents fournis par l'ancien expert de la CIA en fuite, Edward Snowden.

Les informations recueillies par la NSA comprenait, d'après les médias espagnols, les numéros et les localisations des interlocuteurs, mais pas le contenu des appels.

L'ambassadeur américain à Madrid a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères.

Autre révélation: en 2011, la NSA aurait demandé au gouvernement japonais de l'aider à surveiller des câbles à fibres optiques transportant des données personnelles à travers la région Asie-Pacifique.

Il se serait agi d'une tentative d'espionner la Chine.

Le Japon aurait refusé la demande. La Constitution japonaise interdit la coopération sur les questions de défense et de renseignement avec les autres pays.

des révélations qui interviennent alors que des présomptions d'espionnage, révélées par Edward Snowden, ont déjà créé la polémique autour de la NSA.

Notamment, la mise sur écoute de la chancelière allemande Angela Merkel, révélée par des médias allemands, qui ont affirmé que le président américain Barack Obama était même informé depuis 2010 de cette mise sur écoute.

C'est ce que révèle la presse allemande qui cite des sources proches des services secrets américains.

La NSA a nié que le président Obama était au courant.

Le ministre allemand de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, a déclaré que Washington devait désormais fournir des informations claires sur les activités de surveillance des États-Unis et sanctionner les éventuels responsables.

Les récentes révélations sur l'ampleur des écoutes américaines ont poussé les dirigeants européens à exiger de Washington un nouvel accord sur la collecte de renseignements.

Les informations recueillies par la NSA comprenait, d'après les médias espagnols; les numéros et les localisations des deux interlocuteurs, mais pas le contenu des appels.

L'ambassadeur américain à Madrid a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères aujourd'hui

Une délégation parlementaire de l'Union Européenne doit rencontrer lundi des responsables de la sécurité américaine, ainsi que des membres du Congrès.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a également envoyé des responsables du renseignement allemand à Washington pour exiger des réponses.