USA et Iran contre l'Etat islamique

Copyright de l’image Getty
Image caption John Kerry avec ses homologues arabes à l'occasion d'une réunion du Conseil de la coopération du Golfe à Djeddah en Arabie saoudite, le 11 septembre.

Face à la menace que représentent les islamistes de l'Etat islamique, les chefs de la diplomatie des Etats Unis et de l'Iran ont entamé des discussions hier, une première depuis la brutale rupture des relations entre les deux pays il y a plus de 30 ans.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif se sont entretenus hier à New York au sujet de "la menace" posée par les djihadistes du mouvement l'Etat islamique en Irak et en Syrie, selon un diplomate américain.

Cette rencontre entre les deux gouvernements qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 34 ans s'inscrit dans l'objectif de Washington de constituer une alliance contre les extrémistes sunnites de l'EI.

L'iran est déjà engagé avec les Etats Unis dans le cadre du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Chine, Russie et Allemagne) dans des négociations sur le programme nucléaire iranien.

En marge de ces pourparlers sur le nucléaire qui devrait aboutir à un accord

définitif fin novembre -- les deux chefs de la diplomatie ont parlé "de la menace posée par le groupe EIIL", l'Etat islamique en Irak et au Levant, toujours d'après la même source.

Si John Kerry a tendu la main à l'Iran ce n'est pas pour autant que ce pays qui est le principal allié de la Syrie d'Assad fera partie officiellement de la coalition anti Etat islamique.

Sur le terrain, les djihadistes de l'Etat islamique (EI) assiégeaient hier une ville clé kurde syrienne, après avoir pris une soixantaine de villages dans une offensive fulgurante qui a chassé des dizaines de milliers de Kurdes syriens en Turquie.