Le Royaume-Uni pour la conception à trois

Image caption Cette technique vise à bloquer les maladies génétiques mortelles transmises d’une mère à son enfant,

Les députés britanniques se sont prononcés mardi sur l’adoption d’une technique permettant de concevoir un enfant en utilisant l'ADN de trois personnes, deux femmes et un homme.

L’adoption de ce procédé, qui vise à bloquer les maladies génétiques mortelles étant transmis d’une mère à son enfant, a été déterminée par un vote démocratique. Quelque 382 députés ont voté pour, contre 128.

Au cours du débat, les ministres ont déclaré que la technique représentait "la lumière au bout d'un tunnel sombre" pour les familles.

Le Royaume-Uni est maintenant en passe de devenir le premier pays à introduire des lois pour permettre la création de bébés à trois personnes.

L’éthique au cœur des débats

Cette forme avancée de fécondation in vitro (FIV), qui ne concerne qu'une petite minorité de couples, a suscité un débat éthique féroce et a divisé le Royaume-Uni.

Le correspondant de la BBC pour les questions de santé, Fergus Walsh, rapporte que les Églises catholique et anglicane d'Angleterre ont émis des réserves, insistant pour que la procédure soit interdite.

Les opposants à cette technique, y compris des experts universitaires, ont avancé qu'il pourrait y avoir des risques inconnus importants. D'autres ont mis en évidence les préoccupations éthiques.

Sauver des vies

De nombreux médecins pensent pourtant que ce procédé pourrait sauver des vies.

Environ un bébé sur 6 500 naît chaque année au Royaume-Uni avec un dysfonctionnement mitochondrial transmis par la mère.

Ces enfants n’ont pas l’énergie musculaire nécessaire au fonctionnement de l’organisme, ce qui, dans les cas les plus graves, peut se révéler mortel.

Les premiers bébés issus de cette technique pourraient naître dès 2016.