Chine : dévaluation importante du yuan

Copyright de l’image AFP
Image caption C’est un choc pour les marchés financiers.

La Chine a dévalué fortement sa monnaie, le yuan, abaissant son taux de référence face au dollar. Les pays africains s’inquiètent.

Mercredi, elle a atteint son plus bas niveau en quatre ans : 6,43 yuans pour 1 dollar. Le yuan a perdu 3,5 % en Chine et environ 4,8 % sur les marchés mondiaux.

Cette décision vient à la suite d’une baisse des exportations chinoises. Le gouvernement souhaite que la monnaie chinoise soit plus réactive aux forces du marché.

C’est un choc pour les marchés financiers, accentuant les inquiétudes au sujet de la deuxième plus grande économie du monde, notamment de la part des pays africains.

Impact sur l'Afrique

La conséquence évidente, c’est que les exportations chinoises vont être moins chères et celles de l’Afrique vers la Chine le seront plus.

Mais cela ne vaut que pour les produits manufacturés. Les produits de base, qui constituent l'essentiel des exportations de l'Afrique, sont vendus en dollars.

Comme l’a indiqué le gouverneur de la banque centrale d'Afrique du Sud, le commerce de produits manufacturés sera certes touché, mais de toute façon l'Afrique du Sud ne vend pas beaucoup de ces produits vers la Chine.

L’autre conséquence plus importante vient du fait que la Chine est désormais le premier partenaire commercial de nombreux pays africains. Cela signifie que le yuan a pénétré de nombreuses économies du continent :

Par exemple, en raison de l’importance du commerce entre la Chine et le Kenya et la quantité de produits chinois arrivant au port de Mombasa, le gouvernement kenyan envisage de créer un centre d'échange pour faciliter les échanges avec l’étranger. Autre exemple : techniquement le yuan est légal dans l'économie multi-devises du Zimbabwe.

Plus notable encore, il y a quatre ans la Banque centrale du Nigeria a promis de stocker entre 5% et 10% de ses réserves de change en yuans.

La monnaie des Etats africains qui ont ces relations étroites avec la Chine pourraient donc subir une pression importante.

Lire plus