COP 22 : réunion des dirigeants africains

Mohammed VI a convoqué les chefs d'Etat africains à un sommet, en marge de la COP 22. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Mohammed VI a invité ses homologues à un sommet, en marge de la COP 22.

Un sommet des chefs d'État et de gouvernements africains se tient mercredi en marge de la COP 22, la 22e conférence des Nations unies sur le climat, à Marrakech.

Ce sommet est une initiative du roi du Maroc, Mohammed VI, qui veut en profiter pour défendre les intérêts de l'Afrique face au réchauffement climatique et réaffirmer sa stratégie d'influence sur le continent.

La COP 22 est "un tournant décisif dans le processus de mise en œuvre de l'accord historique de Paris" sur le climat signé l'an dernier.

Pour les pays du Sud, les plus exposés au réchauffement climatique notamment, il s'agit désormais de bénéficier d'un soutien financier et technique urgent pour renforcer leurs capacités d'adapter aux changements climatiques.

Les pays africains doivent également s'assurer de "l'implication de tous" dans le transfert de technologies, la recherche et de l'innovation dans le domaine du climat.

Pour cela, le sommet sera l'opportunité pour les pays africains de coordonner leurs prises de position et de parler d'une seule voix pour défendre leurs intérêts, selon une source diplomatique marocaine.

L'enjeu du sommet essentiellement diplomatique

Une trentaine de chefs d'Etat ont fait le déplacement, parmi lesquels les traditionnels alliés du royaume, comme le Sénégal, le Gabon et la Côte d'Ivoire.

Seront également présents les présidents du Nigeria, du Kenya et du Rwanda.

Il faut signaler les absences du président égyptien et du Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, qui étaient initialement annoncés à Marrakech.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe et son homologue soudanais Omar El-Béchir, recherché par la Cour pénale internationale, sont attendus dans cette ville marocaine.

L'enjeu du sommet convoqué par le Maroc est surtout diplomatique. En l'organisant, Rabat entend démontrer son engagement en Afrique.

L'enjeu : la question du Sahara Occidental, qui se veut indépendante mais considéré par les autorités marocaines comme une partie du Maroc.

La réintégration du Maroc au sein de l'Union africaine, qu'elle a quittée depuis 1984, en est l'objectif à court terme.

Sur le même sujet

Lire plus