Angola : report du procès des opposants

Isaias Samakuva, leader de l'opposition angolaise Copyright de l’image AFP
Image caption Isaias Samakuva, leader de l'opposition angolaise

La justice angolaise a annoncé le report au 2 décembre prochain du procès de 37 personnes accusées d'avoir tenté au début de l'année un coup d'Etat contre le président José Eduardo Dos Santos.

Le début du jugement des accusés initialement prévu vendredi.

Le procès a été reporté à la demande de leurs avocats, a déclaré le président du tribunal de Luanda chargé du dossier, Joao Pedro Fuantoni.

Trente-sept anciens combattants, membres du principal parti d'opposition en Angola, sont accusés d'avoir planifié une agression armée contre le palais présidentiel et une occupation des locaux de la radiotélévision nationale.

Selon le procureur, ils sont tous d'anciens membres de l'aile armée de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), une ex-rébellion devenue un parti d'opposition.

Les autorités ajoutent que 20 autres suspects sont toujours recherchés.

"Une spéculation inutile"

Le procureur a expliqué que "l'affaire avait été tenue secrète pendant un certain temps pour éviter une spéculation inutile et la panique au sein de la population".

Lors d'une conférence de presse, l'Unita a rejeté ces accusations.

Le chef du groupe parlementaire du parti, Adalberto da Costa Junior, a dit que ce n'était pas "la première fois que les autorités angolaises utilisaient ce type d'accusations pour dénigrer l'opposition".

En mars, 17 militants politiques avaient été condamnés à deux et huit ans de prison pour les actes de rébellion.

Ils ont été amnistiés le mois dernier.

Des observateurs signalent que ce procès se tient moins d'une année avant l'élection présidentielle à laquelle Dos Santos, au pouvoir depuis 37 ans, pourrait se présenter.

Lire plus