CPI : un ancien commandant de la LRA à la barre

lra, ongwen, cpi Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ongwen lors de l'audience de confirmation des charges à la CPI

Le procès de Dominic Ongwen, un ancien commandant de l'Armée de résistance du Seigneur, la LRA, s'ouvre mardi à la Cour pénale internationale, à La Haye.

Ongwen était l'un des cinq commandants de la LRA contre lesquels la CPI avait délivré des mandats d'arrêt en 2005.

La LRA de Joseph Kony a semé la terreur dans le nord de l'Ouganda pendant près de deux décennies et est connu pour avoir incendié des villages et enlevé des femmes, des filles et des jeunes hommes.

En janvier 2015, il s'est rendu aux rebelles Seleka en République centrafricaine, qui l'ont remis aux forces américaines. Par la suite, il a été livré à l'armée ougandaise.

Plus tard, le gouvernement ougandais a transféré l'ancien chef rebelle à la CPI, à La Haye.

Ongwen commandait des forces de la LRA

Il est visé par 70 chefs d'accusations de crimes contre l'humanité. Notamment, le meurtre, la tentative de meurtre, l'esclavage, la torture, le viol et l'esclavage sexuel. L'audience de confirmation des charges avait eu lieu en janvier dernier.

Certains ces crimes ont été commis en 2004. A l'époque, Ongwen commandait des forces de la LRA qui ont attaqué un camp pour les personnes déplacées à Lukodi dans le district de Gulu, tuant et mutilant.

Selon son propre témoignage, Ongwen a été enlevé sur le chemin de l'école à l'âge de quatorze. Il se défend en soutenant qu'il est, lui-même, une victime de la LRA et n'avait d'autre choix que suivre les ordres ou être tué.

Son procès à La Haye est crucial pour la Cour pénale internationale, car il arrive à un moment où certains pays africains ont annoncé leur intention de se retirer du Statut de Rome qui a établi le tribunal.

Lire plus