RDC : accord signé entre pouvoir et opposition

La crise est provoquée par le maintien du président Kabila au pouvoir
Image caption Joseph Kabila

Le texte prévoit le maintien en poste du président Joseph Kabila, dont le mandat a pris fin le 19 décembre. Le chef de l'Etat ne quittera le pouvoir qu'après l'élection de son successeur, fin 2017.

Il ne pourra ni briguer un troisième mandat, ni tenter de modifier la Constitution pendant la transition.

Le Rassemblement de l'opposition se voit attribué le poste de premier ministre. Il obtient en outre la direction du comité chargé de faire le suivi de l'application du compromis politique conclu le 31 décembre.

Cet accord survient après de longues tractations, ponctuées par des rebondissements. Il était voulu inclusif, mais certains partis d'opposition comme le MLC de Jean-Pierre Bemba, ont refusé d'y adhérer, dénonçant un « complot contre la République ».

Lire plus