Guinée : l'opposition durcit le ton

L'opposition guinéenne menace de reprendre les manifestations après son retrait des travaux du comité de suivi des accords du 12 octobre 2016.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Aboubacar Sylla, porte-parole de l'opposition guinéenne

Le camp de l'opposition a annoncé cette décision après le report de la plénière de l'assemblée nationale sur l'adoption du projet de loi relatif au code électorale.

Les partis d'opposition dénoncent "la violation" de l'accord du 12 octobre par le camp présidentiel.

"Nous avons déjà décidé de suspendre notre participation aux travaux du comité de suivi des accords du 12 octobre. Nous ne voyons aucune volonté politique réelle du pouvoir de mettre en œuvre des dispositions qui ont été convenues dans le cadre de cet accord. Trois mois après sa signature, aucune disposition de cet accord n'est encore en vigueur", a déclaré.

Le nouveau code électoral n'a pas été adopté par les députés et cela remet en cause la tenue des élections locales et communales prévues, initialement, en février.

Le 4 janvier, la session budgétaire de l'Assemblée nationale a été clôturée sans l'examen de nouveau code électoral.

Ce qui augure des lendemains difficiles pour la Guinée selon Aboubacar Sylla

"La situation va s'aggraver parce que l'opposition ne va pas croiser les bras". ajoute-il.

Sur le même sujet