CEDEAO: sommet extraordinaire sur la Gambie

Copyright de l’image EPA
Image caption Le président Buhari et d'autres dirigeants ont été incapables de persuader Yahya Jammeh à quitter le pouvoir.

Le président nigérian Muhammadu Buhari recevra, ce lundi à Abuja, quatre autres dirigeants ouest-africains pour trouver une issue à la crise postélectorale en Gambie.

Yahya Jammeh refuse de quitter le pouvoir depuis sa défaite à la présidentielle face à son rival Adama Barrow, le 3 décembre dernier

Le président sénégalais Macky Sall, la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le vice-président de la Sierra Leone, Victor Foh, et l'ancien président du Ghana, John Mahama, se rendront à Abuja. Ils feront partie du groupe de discussion.

Le président nigérian et son homologue ghanéen ont été mandatés par la Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour assurer une passation pacifique du pouvoir le 19 janvier, a déclaré la présidence nigériane dans un communiqué.

Pour une possible intervention militaire en Gambie

La CEDEAO maintient la pression sur Yahya Jammeh. Même si elle privilégie un transfert pacifique du pouvoir, le 19 janvier, pour faire respecter le verdict des urnes, l'organisation régionale n'exclut pas une intervention militaire.

Le président guinéen n'est pas du même avis. Alpha Condé préfère le dialogue au recours à la force. Il estime qu'il faut rassurer le président sortant gambien pour le pousser à accepter de partir.

Le chef de l'armée gambienne, le général Ousman Badjie, a renouvelé « l'assurance de la loyauté et du soutien inébranlable des forces armées gambiennes » à Yahya Jammeh.

L'ambassade américaine en Gambie a conseillé aux citoyens américains de quitter le pays.