Grâce Mugabe toujours en Afrique du Sud

La police précise que dans son agenda, elle a des visites privées, mais aussi des rendez-vous officiels, Copyright de l’image AFP
Image caption La police précise que dans son agenda, elle a des visites privées, mais aussi des rendez-vous officiels

La police sud-africaine confirme que Grace Mugabe, l'épouse du président Robert Mugabe, se trouve toujours dans le pays et qu'elle n'est pas retournée au Zimbabwe.

Les forces de l'ordre affirment aussi qu'elle souhaite bénéficier de l'immunité diplomatique, alors qu'elle accusée d'avoir agressé un mannequin à Johannesburg dans une chambre d'hôtel dimanche dernier.

Pour l'instant, la première dame se trouve toujours sur le territoire sud-africain.

La police précise que dans son agenda, elle a des visites privées, mais aussi des rendez-vous officiels, puisque le sommet des chefs d'Etat de la SADC, l'organisation régionale de l'Afrique australe doit se tenir en fin de semaine.

Mardi, Grace Mugabe aurait dû se présenter à un commissariat de Johannesburg, mais elle ne s'est pas rendue contrairement à ce qui avait été négocié avec les autorités.

LIRE AUSSI

AfSud: une plainte contre Grace Mugabe

"Mugabe doit désigner un successeur"

Grace Mugabe victime d'un accident de la circulation

Copyright de l’image AFP
Image caption Grace Mugabe est visée par une plainte pour agression en Afrique du Sud, où elle est soupçonnée d'avoir frappé deux femmes dans un hôtel de Johannesburg dimanche soir.

Mais ses avocats et des représentants du gouvernement zimbabwéen ont fait savoir que la Première dame souhaite pouvoir être couverte par son immunité diplomatique et qu'elle ne répondrait à aucune question pour le moment.

Grace Mugabe est visée par une plainte pour agression en Afrique du Sud, où elle est soupçonnée d'avoir frappé deux femmes dans un hôtel de Johannesburg dimanche soir.

Une des victimes présumées, âgée de 20 ans, assure qu'elle se trouvait avec des amis lorsque l'épouse du président Robert Mugabe, est venue les agresser dimanche soir et les frapper avec un câble électrique.

La victime présumée assure souffrir de multiples blessures au visage et à l'arrière du crâne.

Sur le même sujet