Ceriav, le centre artisanal des entrepreneurs aveugles du Cameroun

Rémy Nsabimana

Media playback is unsupported on your device
Podcast émission Afrique Avenir avec Pierre-Marie Kouogne Kadji, promoteur du CERIAV

Tout est tissé grâce au touché. Ils ne voient rien (ou presque) de ce qu'ils font, ils se contentent de le ressentir. Des artistes de talent qui ne verront probablement jamais, la beauté de leurs créations.

Sur le marché, leurs produits rivalisent et s'imposent par leur qualité et leur beauté. Difficile d'imaginer qu'ils ont été faits à la main par des aveugles et malvoyants.

C'est à PK20, un quartier périphérique de Douala, à 20 km du Centre-ville, que ces jeunes entrepreneurs particuliers passent une bonne partie de leur temps. Tables, chaises, paniers, c'est à la main et au touché qu'ils tissent pour survivre.

"Pour fabriquer un objet, nous partons d'abord d'un autre objet que nous avons touché. La forme est renvoyée dans notre cerveau qui communique ensuite à nos mains ce qu'il faut faire. Au fur et à mesure que nous tissons, nous touchons pour sentir si cela ressemble à ce que nous avons précédemment touché", explique Pierre-Marie Kouogne Kadji, formateur en vannerie et promoteur du Centre de Recyclage et d'Intégration des Aveugles de Douala (CERIAV).

Ce centre n'est pas seulement leur lieu de travail, il constitue pour beaucoup, l'unique chance de bénéficier d'une formation et d'une source de revenus.

"L'objectif principal est de former et recycler les mal et non-voyants afin de leur assurer une autonomie effective. Nous avons ainsi mis en place une structure intégrée de recyclage qui, en même temps, forme et produit tout en employant ceux qui ont été formés", poursuit Pierre-Marie.

Vivre sans voir

Quarante-sept aveugles ont déjà été formés. Des jeunes pour la plupart, qui vivent sans voir. Des exclus sociaux qui doivent tous les jours faire face à leur handicap, à la stigmatisation et à la précarité.

Au Cameroun, on en compte des milliers dans cette situation. Difficile d'avoir des chiffres exacts.

Selon l'OMS, plus de 280 millions de personnes présentent une déficience visuelle dans le monde. 39 millions d'entre elles sont aveugles et 246 millions présentent une baisse de l'acuité visuelle.

Près de 90% de celles qui présentent une déficience visuelle vivent dans des pays à faible revenu comme le Cameroun.