Cameroun : polémique autour du nombre de victimes

Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement camerounais Copyright de l’image Getty Images
Image caption Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement camerounais

Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la communication, par ailleurs porte-parole du gouvernement, soutient qu'il n'y a pas eu plus de dix morts.

"C'est complètement faux à moins que ce ne soient des morts imaginaires, des morts virtuels. Il n'y a pas eu plus de dix personnes dont cinq prisonniers qui sont morts après avoir mis le feu dans leur prison", a déclaré M. Tchiroma.

Il explique que cinq autres prisonniers se sont servis d'armes contre les forces de défense et de sécurité qui, en légitime défense, ont fait usage de leurs armes.

L'opposant John Frun Ndi, qui accuse le président Paul Biya d'être responsable du pourrissement de la violence dans les régions anglophones, avait préalablement annoncé plus de trente morts.

Lire aussi:

"La nuit dernière on me parlait de plus de 30 morts. La CRTV, la télévision d`Etat et d'autres informations parlent de 8. Même s'il n'y avait qu'un seul mort, qui est violent ici", a-t-il demandé.

John Fru Ndi a également recommandé que les coupables soient traduits à la Cour pénale internationale.

Sur le même sujet