Kenya: pourquoi Roselyn Akombe a démissionné

Un haut fonctionnaire de la commission électorale du Kenya (IEBC) a quitté son poste et s'est enfui aux États-Unis. Copyright de l’image AFP
Image caption Un haut fonctionnaire de la commission électorale du Kenya (IEBC) a quitté son poste et s'est enfui aux États-Unis.

Un haut fonctionnaire de la commission électorale du Kenya (IEBC) a quitté son poste et s'est enfui aux États-Unis.

Roselyn Akombe a donné plusieurs raisons à sa décision:

1. Sécurité

Mme Akombe dit que sa vie est en danger et que son frère a également reçu des menaces.

Selon elle, l'assassinat du responsable informatique de la commission électorale, Chris Msando, tué moins d'une semaine avant le scrutin présidentiel du 8 août dernier, prouve que ces menaces doivent être prises au sérieux.

Elle soutient qu'elle craint également pour la sécurité du personnel de la commission dans la capitale kenyane, Nairobi, et dans les bastions de l'opposition où les militants ont promis de perturber la reprise des élections.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le Kenya avait alors plongé dans deux mois de violences politico-ethniques et de répression policière.

2. Divisions au sein de l'IEBC

Roselyn Akombe indique que la commission électorale est divisée et qu'elle est devenue un acteur dans la crise actuelle.

"Il est devenu de plus en plus difficile de continuer à assister aux réunions plénières où les commissaires sont prêts à voter selon des règles partisanes et à ne pas discuter du bien-fondé des questions dont ils sont saisis", a-t'elle déclaré à la BBC

3. L'IEBC n'est pas prêt

Mme Akombe estime que la commission n'est pas prête à organiser "des élections libres, justes et crédibles" la semaine prochaine.

Elle affirme que la commission devrait être franche et énoncer clairement les défis auxquels elle est confrontée.

Lire aussi:

Kenya: l'informaticien de la commission électorale retrouvé mort

Kenya : l’opposant Raila Odinga se retire

Kenya: IEBC dément les accusations de "piratage"

4. Responsabilité collective

Le Dr Akombe soutient que sa conscience ne lui permet pas de défendre certaines positions de la commission.

"Il est devenu de plus en plus difficile d'apparaître à la télévision pour défendre des positions avec lesquelles je ne suis pas d'accord au nom de la responsabilité collective".

La démission de Mme Akombe est un pavé dans la marre avant l'élection du 26 octobre prochain et vient donner un peu plus de poids aux griefs soulevés par l'opposition.

Mais l'IEBC poursuit actuellement ses préparatifs pour organiser l'élection le 26, malgré les inquiétudes émises par Roselyn Akombe.

Media playback is unsupported on your device
Kenya: Une décision historique

Sur le même sujet