Le connecteur, l'alerteur et la cyberactiviste

Rémy Nsabimana

Media playback is unsupported on your device
Podcast émission Afrique Avenir à écouter et réécouter ici

C'est l'histoire de trois jeunes africains à l'origine, chacun, d'une initiative innovante et citoyenne. Ils font partie d'un mouvement plus vaste de mobilisation et de démocratisation des communautés.

La "civic tech" et la "community action" sont en vogue en Afrique. Comment les jeunes africains peuvent-ils contribuer activement à améliorer la vie dans leur cité? Nous en avons sélectionné trois qui sont porteurs de changement.

Tidiani Togola

Malien, il a créé "MonElu". Son projet permet aux populations d'entrer directement en contact avec leurs élus locaux. L'application mobile est déjà disponible sur android.

Copyright de l’image Bassekou Tangara
Image caption Tidiani veut créer un pont qui relie élus et populations locales

"Nous permettons aux citoyens, qui ont des questions ou des propositions, d'interpeller directement ou indirectement leurs députés ou leurs maires. L'idée, c'est de favoriser la participation citoyenne et renforcer la redevabilité des élus par l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication, notamment le téléphone portable et l'internet", affirme Tidiani Togola, directeur exécutif de Tuwindi, porteur du projet MonElu.

La solution vient résoudre un gros problème : celui de la confiance qui s'était brisée entre citoyens et élus du fait que les deux acteurs ne communiquaient plus (ou pas suffisamment).

Etchri Edeh Dona

Togolais, il a développé une plateforme qui permet de signaler, identifier et géolocaliser les infrastructures dangereuses ou défectueuses.

Copyright de l’image EED
Image caption Etchri cherche à mobiliser les communautés en leur permettant d'améliorer leur quotidien

"Au Togo, nous avons un carrefour de la banlieue de Lomé (du quartier Atikoumé) qui cause beaucoup d'accidents au quotidien. Malgré son triste surnom de "carrefour de la mort", rien n'est fait depuis des années. C'est de là que nous est venue l'idée de créer des communautés pour permettre à chaque citoyen de participer à la vie de la Nation", explique Etchri Edeh Dona, développeur et concepteur de systèmes numériques, créateur de l'application Doomevi.

Anne-Marie Befoune

Camerounaise, elle ne veut pas seulement donner la parole mais souhaite surtout la démocratiser. Elle anime une plateforme pour la promotion, l'information et l'éducation en matière de droits et devoirs du citoyen.

Copyright de l’image Elle Citoyenne
Image caption Anne-Marie veut démocratiser la parole dans les pays africains où l'on parle peu ou pas

"Dans nos pays, les gens ont fini par avoir peur de parler à cause de l'oppression. Quand j'ai créé "Elle Citoyenne", en novembre 2015, ce n'était qu'un tout petit blog. Et mon action a inspiré beaucoup de gens, qui au départ, me contactaient pour que je partage leurs idées. Plus tard, ils ont commencé eux-mêmes à écrire leurs propres articles. Et c'est comme ça que le projet est passé de petit blog à média citoyen", raconte Anne-Marie Befoune, cyber-activiste, fondatrice et animatrice de "Elle Citoyenne".

Son idée à elle, c'est donc de créer la discussion, "de permettre aux gens de parler et de réflechir sur les problèmes de leur pays". Et pas qu'au Cameroun. Son projet réunit une quarantaine de contributeurs dans 10 pays africains. Ces derniers identifient des problèmes et proposent des solutions dans leurs communautés".

Connexions citoyennes

Les trois projets ont un mot en commun : citoyenneté. Logique, les trois jeunes font partie des 15 lauréats du projet "Connexions citoyennes" de CFI, l'agence française de coopération médias.

Nicolas Jalladeau CFI coopération médias, Rémy Nsabimana, Afrique Avenir, BBC Afrique

Copyright de l’image CFI
Image caption Pierre dirige la section Afrique de CFI, l'agence française de coopération médias

"Le monde connait actuellement l'émergence de la "civic tech", les technologies au service des citoyens pour améliorer la démocratie. Et nous considérons qu'il est important de soutenir ces initiatives citoyennes et numériques", explique Pierre Jalladeau, directeur Afrique de CFI, coopération médias.