Soudan: des journalistes condamnés pour un article

Dans cet article publié en 2012, a expliqué M. Mirgani, le journaliste "Mohamed Zine El Abidine accusait la famille de Béchir d'être corrompue". Copyright de l’image AFP
Image caption Dans cet article publié en 2012, a expliqué M. Mirgani, le journaliste "Mohamed Zine El Abidine accusait la famille de Béchir d'être corrompue".

Le rédacteur en chef d'un journal indépendant soudanais a été condamné lundi à six mois de prison ferme pour avoir publié un article accusant la famille du président de corruption.

L'auteur de cet article a écopé d'une peine de trois ans de prison avec sursis, selon la même source.

"Le tribunal m'a ordonné de payer 10.000 livres soudanaises (1.260 euros) ou d'aller en prison pour six mois", a déclaré Osman Mirgani, rédacteur en chef du quotidien Al-Tayar.

"J'ai décidé de ne pas payer et j'attends que les autorités m'emmènent en prison", a-t-il ajouté.

Dans cet article publié en 2012, a expliqué M. Mirgani, le journaliste "Mohamed Zine El Abidine accusait la famille de Béchir d'être corrompue".

Une enquête avait alors été ouverte par le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS).

Osman Mirgani est un ingénieur formé aux Etats-Unis devenu journaliste.

Des éditions entières de son journal ont plusieurs fois été confisquées par le NISS.

Le rédacteur en chef d'Al-Tayar a également été battu par des hommes armés dans son bureau à Khartoum en 2014.

Dans son rapport 2017, Reporters sans frontières classe le Soudan parmi les pays où la situation de la liberté de la presse est "très grave", à l'instar notamment de l'Egypte, Bahreïn et la Syrie.

Omar El Béchir dirige depuis 28 ans le Soudan.

LIRE LA SUITE

Amnesty accuse le Soudan

Football : le Soudan suspendu par la FIFA

Soudan : 250 enfants morts de diarrhée

Sur le même sujet