Téodorin Obiang condamné à trois ans de prison avec sursis

Le vice-président équato-guinéen, qui ne s'est pas présenté lors de son procès Copyright de l’image AFP
Image caption Le vice-président équato-guinéen, qui ne s'est pas présenté lors de son procès

La justice française a rendu vendredi un premier jugement dans l'affaire des "biens mal acquis": le vice-président de la Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, a été condamné à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende.

Ce verdict est le premier d'une série de trois procès visant les chefs d'Etat du Gabon, du Congo et de la Guinée Equatoriale.

Le tribunal correctionnel de Paris a ordonné la confiscation de l'ensemble des biens saisis.

Le vice-président équato-guinéen, qui ne s'est pas présenté lors de son procès.

Le fils de Téodoro Obiang Nguema a été reconnu coupable de blanchiment d'abus de biens sociaux, blanchiment de détournement de fonds publics, blanchiment d'abus de confiance et blanchiment de corruption.

Patrimoine considérable

Copyright de l’image AFP
Image caption Son hôtel particulier de l'avenue Foch: 101 pièces, hammam et discothèque, marbre et robinets recouverts d'or

Le tribunal a également ordonné la confiscation de l'ensemble des biens saisis, dont un somptueux hôtel particulier avenue Foch à Paris, comme requis par le parquet.

L'avocat de Téodorin Obiang a dénonce "une décision militante" et a annoncé l'examen de "tous les recours possibles".

L'affaire a commencé après des plaintes des associations Sherpa et Transparency International.

L'enquête ouverte avait mis au jour le patrimoine considérable de Teodorin Obiang : objets d'art, voitures de luxe et de sport, et un hôtel particulier de l'avenue Foch: 101 pièces, hammam et discothèque, marbre et robinets recouverts d'or.

Sur le même sujet

Lire plus