Macron : "Le succès de la force conjointe est une obligation collective"

IBK,IbrahimBoubacarKeita,EmmanuelMacron Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président malien Ibrahim Boubacar Keita et le président français Emmanuel Macron.

Le président français Emmanuel Macron a estimé mardi que "le succès de la force conjointe était une obligation collective" dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, après une rencontre à l'Elysée avec le président malien Ibrahim Boubakar Keita.

Emmanuel Macron a également insisté sur la nécessaire poursuite "d'un travail extrêmement important de retour des administrations et des services de base, de redéploiement de l'Etat sur l'ensemble du territoire malien afin de rétablir la confiance et la stabilité".

Soutenue notamment par la France, la nouvelle force antijihadiste G5 Sahel (G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso, Tchad)), formée de soldats de cinq pays de la région manque encore d'un financement et d'un mandat clairs, objets d'une réunion lundi du Conseil de sécurité de l'ONU.

La force conjointe doit atteindre d'ici à mars 2018 sa pleine capacité de 5.000 hommes, répartis en sept bataillons: deux pour le Mali et le Niger, et un pour le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie.

La ville de Sévaré, dans le centre du Mali, a été choisie pour accueillir le centre de commandement général, opérationnel depuis peu.

Sur le même sujet

Lire plus