Maroc : les minorités religieuses pour la liberté de croyance

Maroc : les minorités religieuses pour la liberté de croyance Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des convertis chrétiens marocains assistent à des prières dans une maison à Ait Melloul près d'Agadir le 22 avril 2017.

Le but de cette rencontre, selon les membres du Centre des études et recherches en sciences humaines de Casablanca, est que la Constitution marocaine reconnaisse la liberté de conscience.

"L'Etat marocain met toujours des barrières quand il s'agit de réformes juridiques concernant les minorités", souligne Jawad el Hamidi, le coordinateur de la Commission marocaine des minorités religieuses qui organisait les débats.

La réunion ne s'est pas tenue sans obstacle: le lieu du congrès a dû être changé, des intervenants se sont désistés après des pressions et ceux qui sont venus ont subi des contrôles serrés, selon les organisateurs.

"Nous subissons des répressions, des harcèlements", assure Jawad el Hamidi, évoquant aussi les sorties médiatiques les qualifiant d'athées ou d'homosexuels.

Les minorités religieuses : chrétiens, juifs, baha'is et chiites représentent moins de 1% de la population marocaine, qui reste majoritairement musulmane sunnite de rite malékite.

Lire plus