Le Zimbabwe d'Emmerson Mnangagwa

Emmerson Mnangagwa (à gauche) en 2008 Copyright de l’image Getty Images
Image caption Emmerson Mnangagwa (à gauche) en 2008

En tête dans la succession de Robert Gabriel Mugabe jusqu'à son renvoi, Emmerson Mnangagwa n'a jamais renoncé au pouvoir.

Vice-président du Zimbabwe depuis 2014, Emmerson Mnangagwa a été limogé le 6 novembre 2017 par l'ancien président Robert Mugabe pour son comportement "déloyal". Sans compter que la Première dame Grace Mugabe n'a jamais caché ses propres ambitions politiques.

Deux semaines plus tard, le parti au pouvoir, la Zanu-PF a voté pour la réintégration de ce vétéran de la guerre d'indépendance pour le porter à la présidence du parti, succédant à Mugabe.

Contraint à l'exil, sa déchéance n'aura duré que peu de temps. Il est rentré au pays quelques jours après avec le soutien de l'armée et son nom a été retenu pour assurer la transition politique jusqu'à la fin du mandat de Mugabe.

50 ans de loyauté contrariée

Depuis la démission du chef d'État zimbabwéen le 21 novembre, c'est bien M. Mnangagwa qui occupera le fauteuil présidentiel jusqu'aux élections nationales de 2018.

Media playback is unsupported on your device
Zimbabwe : Emmerson Mnangagwa remplacera-t-il Mugabe ?

Mnangagwa était proche de Robert Mugabe depuis la guerre des libérations dans les années 1960.

En revanche, il a spectaculairement rompu avec Robert et Grace Mugabe depuis son limogeage, accusant le couple de se prendre pour des "demi-dieux" et en critiquant un président "qui pense être en droit de diriger jusqu'à sa mort".

Copyright de l’image Getty Images

Sa nomination en tant que premier vice-président, qui le plaçait en tête de la succession politique, était considérée comme le point culminant de plus de cinquante ans de loyauté envers le parti au pouvoir, la ZANU-PF.

Cependant, beaucoup l'ont soupçonné d'avoir orchestré la destitution de son prédécesseur, le vice-président Joice Mujuru. Il nie toute implication.

Dans le cadre du premier gouvernementdu Zimbabwe indépendant, Mnangagwa obtint plusieurs postes clés :

-au sein des partis et des ministères liés à la défense, à la sécurité et au renseignement jusqu'en 1988

-ministre de la justice, des affaires juridiques et parlementaires

-président de la Chambre d'assemblée

-en 2000, il devient secrétaire à l'administration de la ZANU-PF,

- en 2013, il devient ministre de la Justice, portefeuille qu'il conserve jusqu'en Octobre 2017

3 choses à savoir sur l'homme fort du Zimbabwe

  • En 1999, le Financial Gazette rapporte que Mnangagwa est surnommé le "fils de dieu" par les membres de la Central Intelligence Organisation (CIO) en raison des liens étroits
  • Il est surnommé le "crocodile" pour son caractère impitoyable qu'il entretient avec Robert Mugabe. Son nom a été cité dans les massacres de Matabeleland
  • Il a prêté son soutien au président Laurent Désiré Kabila dans sa lutte contre les rebelles en République démocratique du Congo (RDC)

Sur le même sujet