Zimbabwe : coup de force légal selon la justice

La sortie de l'armée a abouti au départ de Robert Mugabe Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un char de l'armée zimbabwéenne dans une rue de Harare

Selon un tribunal de Harare, le coup de force visait à "empêcher des proches de Robert Mugabe d'occuper des fonctions électives".

Cette intervention des militaires dans la politique du pays ne faisait pas entorse à la constitution du Zimbabwe, estime le tribunal.

L'intervention militaire a abouti à la démission mardi, de Robert Mugabe.

Il a été remplacé à la tête du pays par son ancien vice-président Emmerson Mnangagwa qui a été investi vendredi.

Lire plus