Togo: l'opposition boycotte les "consultations"

Brigitte Adjamagbo-Johnson et Jean-Pierre Fabre, à l'issue d'une cérémonie de prière pour les victimes des manifestations de l'opposition. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Brigitte Adjamagbo-Johnson et Jean-Pierre Fabre, à l'issue d'une cérémonie de prière pour les victimes des manifestations de l'opposition.

La coalition de l'opposition togolaise qui manifeste depuis plus de trois mois contre le président Faure Gnassingbé a boycotté mardi les "consultations" entamées par le gouvernement.

"C'est une manœuvre de diversion. Nous sommes très vigilants, nous nous sommes concertés sur une réponse commune. Le gouvernement est disqualifié pour mener des consultations", a déclaré Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordonnatrice de la coalition de l'opposition.

Même si elle se dit prête pour le dialogue, l'opposition exige que les consultations se déroulent sous la houlette d'une médiation internationale.

Les présidents Nana Akufo-Addo du Ghana et Alpha Condé de la République de Guinée ont jusqu'ici assuré la médiation entre les protagonistes.

Lire aussi:

La principale coalition de l'opposition descend mercredi, jeudi et samedi dans la rue, dans tout le pays, pour exiger la démission de Faure Gnassingbé du pouvoir.

Elle exige également comme "mesures d'apaisement", préalablement au dialogue, la libération des personnes détenues, la levée de "l'Etat de siège" et de l'interdiction de manifester dans les villes.

Sur le même sujet