Un médecin kényan, avocate de l'excision

Selon elle, la loi viole les droits des femmes à participer à une pratique culturelle ancestrale. Copyright de l’image AFP
Image caption Selon elle, la loi viole les droits des femmes à participer à une pratique culturelle ancestrale.

Une femme médecin kényane veut modifier la loi qui interdit les mutilations génitales féminines.

Dr Tatu Kamau considère que c'est discriminatoire d'autoriser la circoncision aux hommes et d'interdire l'excision aux femmes.

Selon elle, la loi viole les droits des femmes à participer à une pratique culturelle ancestrale.

Elle a déposé une requête à la cour dans la ville de Machakos.

A ses yeux, le terme mutilations génitales féminines est une opinion.

La justice va se prononcer sur le cas le mois dernier.

Sur le même sujet

Lire plus